La santé

Ménopause chez la femme: symptômes, traitement du syndrome ménopausique

Pin
Send
Share
Send
Send


Le syndrome climatérique est un complexe de signes cliniques qui complique le cours de la période de transition physiologique qui se produit dans la vie de chaque femme. Avec l'âge, la fonction reproductrice s'estompe, le tissu glandulaire des ovaires subit un développement inverse, la sécrétion d'hormones sexuelles diminue, la menstruation cesse, la taille de l'utérus diminue, une hypoplasie de l'endomètre se produit. La santé des femmes à la ménopause s'aggrave, se développent alors des troubles somatiques, autonomes, métaboliques, endocriniens, urogénitaux, adaptogènes, vasomoteurs et mentaux de gravité variable.

Le syndrome ménopausique est autrement appelé ménopause, ménopause ou syndrome ménopausique. Il s’agit d’une phase de transition, indiquant l’extinction de la fonction de procréation et le début de la vieillesse. Le point culminant n'est pas une pathologie, mais un état normal du corps de la femme, qui caractérise une certaine période d'âge. et se développant sous l’influence de la restructuration du CNS. Le processus de production d'hormones gonadotropes hypophysaires est altéré, ce qui conduit à un dysfonctionnement ovarien - les glandes sexuelles féminines. Leur phase folliculaire change, la réserve ovarienne est épuisée, le nombre de follicules diminue. Le corps a une pénurie d'hormones sexuelles - progestérone et œstrogène.

La ménopause se développe chez 30 à 60% des femmes âgées de 45 à 55 ans. Ce processus naturel de flétrissement du corps est provoqué par une diminution du taux d'hormones sexuelles dans le sang. Ce phénomène se manifeste souvent assez brutalement et procure beaucoup d'inconfort. Les principaux symptômes de la maladie sont les suivants: bouffées de chaleur sur le corps, pulsations à la tête, hyperhidrose, cardialgie, élévation persistante de la pression artérielle, rythme cardiaque rapide et irrégulier, sommeil médiocre. Le syndrome porte le code ICD-10 95.1 et le nom "Ménopause et ménopause chez la femme".

Étiologie et pathogenèse

L'hypothalamus - l'hypophyse - les ovaires est un système complet, qui fonctionne sur le principe de la rétroaction.

Les structures hypothalamiques perdent leur sensibilité à la concentration normale en œstrogène sécrétée par les ovaires et l'involution envahit. L'hyperfonction hypothalamique se développe pour rétablir l'équilibre, ce qui stimule plus activement l'hypophyse. Ce dernier libère de grandes quantités d’hormones gonadotropes, en particulier des follicules stimulants. Un dysfonctionnement ovarien se développe, qui commence à sécréter non seulement les fractions fonctionnelles d’œstrogènes, mais également leurs composants intermédiaires. Les hormones sexuelles sont produites de manière acyclique. Leur nombre n'est pas suffisant pour inhiber le travail de l'hypothalamus et de l'hypophyse. Un excès de FSH dans le sang entraîne l'arrêt de l'ovulation et de la fertilité.

Les structures de la région hypothalamo-hypophysaire régulent toutes les fonctions de base du corps. En cas de violation de leur travail, de l'ostéoporose, des troubles métaboliques, des dysfonctionnements du cœur, des vaisseaux sanguins et des nerfs périphériques se développent, ce qui conduit au développement de la ménopause.

Chez certaines femmes, la ménopause est relativement facile. Cela est dû à la capacité du cortex surrénalien à produire partiellement des hormones sexuelles lors de l'involution des ovaires. Syndrome bénin dû à l'absence de symptômes pathologiques.

Facteurs conduisant au développement du syndrome:

  1. L'hérédité
  2. Infections aiguës
  3. Opérations,
  4. Maladies somatiques chroniques,
  5. Mauvaises habitudes
  6. L'hypodynamie,
  7. Surpoids
  8. Mauvaise nutrition
  9. Intoxication chronique du corps,
  10. Risques professionnels
  11. Maladies du SNC,
  12. Surmenage émotionnel, stress,
  13. Manque de sommeil
  14. Facteurs environnementaux négatifs,
  15. Le nombre de naissances et d'avortements dans l'histoire
  16. Utilisation à long terme de médicaments hormonaux et cytostatiques.

Processus pathogéniques à la ménopause: involution du tissu glandulaire des ovaires, réduction du nombre de follicules en maturation, ovulation rare, cessation de la menstruation. Le tissu glandulaire d'un organe est progressivement remplacé par des fibres de tissu conjonctif. L'hypoplasie ovarienne après 40 ans est due au fait que les Blancs restent à la place des corps jaunes, qui ne sont pas complètement résolus. Les glandes se contractent en raison de la croissance de tissus fibreux, puis subissent des processus dystrophiques irréversibles. Les réactions cardiovasculaires, respiratoires, émotionnelles, comportementales et thermiques sont perturbées dans le corps.

Symptomatologie

Le tableau clinique du syndrome climatérique comprend des signes de régulation végétative altérée, de syndrome d'hyperventilation, de dysfonctionnement du système urinaire et de ralentissement du trophisme cutané.

Le syndrome climatérique commence par des manifestations neuropsychiatriques prononcées et des signes de dystonie végétative-vasculaire. Ceux-ci comprennent:

  • Troubles du sommeil - insomnie et somnolence diurne,
  • Anxiété, anxiété, obsessions,
  • Dépression, indécision, oubli, distraction,
  • Humeur déprimée, apathie, éclats d’émotions négatives, irritabilité, pleurs, colère,
  • Faiblesse, fatigue, fatigue, malaise, mal de tête, diminution des performances,
  • Déprimé
  • Intolérance au son fort et aux odeurs nettes,

symptômes du syndrome ménopausique

L'anorexie ou la boulimie,

  • Oligurie et soif constante
  • Engorgement douloureux des glandes mammaires,
  • Ballonnements,
  • Dépression ou désir sexuel accru
  • Des bouffées de chaleur à la tête et à la poitrine,
  • Hyperémie du visage, apparition de taches rouges sur le cou - "collier vasculaire",
  • Vertige
  • Hyperhidrose nocturne,
  • Engourdissements et crampes dans les jambes,
  • Dyspnée, asphyxie, douleur au coeur, irradiant au cou, à la clavicule, à l'omoplate,
  • Tachycardie et arythmie seule,
  • Sentiment de cœur qui sombre
  • Fluctuations de la pression artérielle.
  • À la fin de la deuxième année de ménopause, la menstruation cesse et des symptômes plus prononcés apparaissent. Les éléments suivants sont ajoutés aux premiers signes du syndrome:

    1. Apparition de saignements intermenstruels,
    2. Amincissement et séchage de la muqueuse urogénitale,
    3. Dyspareunie - rapports sexuels douloureux,
    4. Excrétion spontanée de l'urine,
    5. Athérosclérose
    6. En surpoids,
    7. Troubles du métabolisme des glucides avec développement du diabète sucré,
    8. Diminution de l'acuité visuelle et de l'audition
    9. L'ostéoporose

    Formes de syndrome climatérique:

    • Typiques - bouffées de chaleur à la tête, hyperhidrose, insomnie, instabilité émotionnelle, migraine. Le nombre de marées atteint 4-10 par jour.
    • Atypique - excès de tissu adipeux sur le corps, gonflement des jambes et du visage, arthralgie, myalgie, dysurie, sécheresse vaginale, peur de la mort, arythmie, hypertension, allergie, hyper ou hypoglycémie, épipridation, hirsutisme, nystagmus, hallucinose visuelle.
    • Combiné - se développe chez les femmes ayant des antécédents de signes de maladie cardiaque, d’hypertension, de dysfonctionnement de la zone hépatobiliaire et de troubles métaboliques.

    Marées - Il s'agit d'un signe clinique spécifique de la ménopause, c'est-à-dire une attaque de chaleur localisée à la tête, au cou et à la poitrine. Il cède la place aux frissons et à la sueur glacée. Dans le même temps, la pression artérielle fluctue considérablement, une faiblesse apparaît, les patients perdent conscience. Durée des marées - de quelques secondes à dix minutes.

    Chez les femmes ménopausées, une vaginite atrophique se développe souvent. Ceci est dû à un manque d'œstrogène et à une lente synthèse des cellules protectrices du vagin. Le nombre de bactéries lactiques est réduit, les écoulements vaginaux deviennent abondants et l'alcalinisation du milieu se produit. Cela permet aux agents pathogènes et aux agents pathogènes conditionnels de se développer et de se multiplier activement dans le vagin, provoquant une inflammation aiguë. Symptômes de pathologie urogénitale - dystrophie vulvaire, inflammation vaginale, miction douloureuse. Ces modifications pathologiques sont accompagnées de démangeaisons, de saignements, de pertes abondantes, de fréquentes envies d'aller aux toilettes.

    Pendant la ménopause, des changements se produisent dans les parties génitales: l'utérus, les trompes de Fallope et les ovaires diminuent, leur muqueuse devient plus fine. Les ligaments et les muscles du bassin s'affaiblissent et s'étirent. Ils ne peuvent pas tenir complètement les organes, ce qui entraîne leur omission. Les interventions sexuelles deviennent douloureuses, accompagnées de sécheresse et de gêne. Pour rétablir la vie sexuelle à part entière et l'attirance pour le sexe opposé, seuls les médicaments hormonaux seront utilisés. Le tissu fibreux se développe dans les glandes mammaires.

    Chez les femmes de cet âge, la quantité de collagène dans la peau diminue, ce qui se manifeste par son vieillissement - l'apparition de rides et de taches de vieillesse. Les cheveux sur la tête, le pubis et les aisselles commencent à tomber, les ongles deviennent cassants et doux.

    L'ostéoporose - complication tardive de la ménopause, manifestée cliniquement 3 à 7 ans après la fin de la menstruation. Le tissu osseux perd de sa force, des fractures se produisent périodiquement. Les femmes se plaignent de pieds froids, d'engourdissements, de picotements, de rampements.

    Un changement de comportement de la femme est associé à la perception de la ménopause comme un signe de vieillissement. Certains deviennent déprimés, ce qui est difficile à traiter. En plus des soins thérapeutiques, les femmes ont actuellement besoin de l'appui des autochtones. Elle doit encore se sentir bien accueillie par son mari, aimé par les enfants, attrayant pour les autres. Après tout, l’apogée n’est pas la fin, mais une nouvelle étape de la vie.

    Chez les hommes, la ménopause survient un peu plus tard - après 50 ans. L'involution du tissu glandulaire des testicules entraîne un manque de testostérone dans le sang et un excès de gonadotrophines. Un tel déséquilibre se manifeste en violation du travail conjoint du système nerveux central et des glandes endocrines. Les hommes ont rarement des symptômes de la maladie. Cela se passe généralement facilement et sans douleur. Dans certains cas, la même clinique apparaît que chez les femmes: tachycardie, cardialgie, hypertension, migraine, trouble du sommeil, inattention, diminution des performances, obésité progressive, attaques de goutte, hyperglycémie, impuissance.

    Méthodes de diagnostic

    Le diagnostic de la pathologie ne pose pas de difficultés. Les spécialistes évaluent la régularité du cycle menstruel en fonction de l'âge, étudient les signes cliniques et les plaintes des patientes, excluent les maladies concomitantes, déterminent le statut hormonal du patient. Dans la plupart des cas, des consultations supplémentaires de spécialistes en ophtalmologie, neuropsychiatrie et endocrinologie sont nécessaires.

    Les médecins recueillent les antécédents héréditaires et gynécologiques, examinent la fonction menstruelle de la femme, effectuent un examen gynécologique avec un examen bimanuel obligatoire, puis envoient la patiente faire un don de sang pour une analyse déterminant le contexte hormonal. En outre, les glandes mammaires palpées.

    1. Hémogramme
    2. Détermination des niveaux hormonaux.
    3. Analyse cytologique du col.
    4. Biochimie sanguine - enzymes et marqueurs du métabolisme basal.
    5. Coagulogramme.
    6. Examen microbiologique du vagin détachable sur la microflore.
    7. Méthodes instrumentales:
    8. Etude mammographique.
    9. Échographie des organes génitaux.
    10. ECG
    11. Radiographie des organes thoraciques selon les indications.

    Événements médicaux

    Recommandations, règles et mesures visant à atténuer l'évolution du syndrome de la ménopause:

    • La normalisation du travail et du repos,
    • Des repas correctement faibles en calories,
    • Réception de vitamines et de minéraux,
    • Lutter contre la dépendance,
    • Vie sexuelle régulière, de préférence avec un seul partenaire,
    • Examens médicaux périodiques,
    • Activité physique optimale.

    Il est conseillé d'utiliser des complexes spéciaux de thérapie par l'exercice. Le massage général et les promenades avant le coucher améliorent le bien-être du patient. La nutrition alimentaire est recommandée pour les femmes atteintes d'une forme bénigne du syndrome. Il est très important de faire attention à la teneur en calories des aliments consommés. À la ménopause, chez les personnes qui négligent les principes d'une bonne nutrition, la quantité de tissu adipeux augmente, ce qui se dépose en excès sur le dos, les côtés, le ventre et les hanches.

    Les produits laitiers, le poisson maigre et la viande doivent prévaloir dans l'alimentation. Il est nécessaire de limiter le porc, le canard, les viandes fumées, les marinades, les épices, le chocolat, le thé fort et le café, l’alcool, les glucides. Il est utile d’utiliser des salades fraîches, normalisant la motilité intestinale, avec une petite quantité d’huile végétale qui protège les cellules des effets négatifs des facteurs environnementaux.

    Vitaminothérapie - rétinol, vitamines C, E et B, remèdes sédatifs à base de plantes - Agripaume, aubépine, teinture de valériane. Les massages thérapeutiques et la thérapie par l'exercice, la physiothérapie, l'acupuncture, l'hydrothérapie, la balnéothérapie, l'aromathérapie aideront à vous détendre et à améliorer votre bien-être. Ces techniques améliorent l'état psycho-émotionnel des femmes dans une période de vie aussi difficile.

    Traitement médicamenteux

    Les formes modérées sont traitées avec des médicaments:

    1. Neuroleptiques - Sonapaks, Fenothiazine, Aminazin,

    2. Tranquillisants - Fenozepam, Atarax,
    3. Antihypertenseurs - Enalapril, Bisoprolol,
    4. Antidépresseurs - Amitriptyline, Parexetine,
    5. Avec les marées prononcées et la transpiration - "Klimalanin",
    6. Normaliser les réactions dans le système de l'hypothalamus - hypophyse - ovaires - "Sagenit",
    7. Drogues œstrogéniques à base de plantes - Climandione, Remens, Mastodinone,
    8. Complexes de vitamines et minéraux,
    9. Métaboliques - Piracétam, Riboxin, Mildronat,
    10. Sédatifs - Sedavit, Novopassit.

    Les phytoestrogènes ont un effet modéré sur les processus climatériques dans le corps: réduire la fréquence des bouffées de chaleur, rétablir le sommeil, stabiliser l'état psycho-émotionnel, minimiser la gravité des principales manifestations cliniques. Ces produits sont vendus sans ordonnance et n'ont pas d'effets secondaires tels que de vraies hormones.

    En l'absence d'effet de ces médicaments ou en cas d'évolution sévère du syndrome, un traitement hormonal substitutif par des médicaments estrogènes-progestatifs est prescrit - Lindinet, Mersilon, Femoston.

    Une correction médicale adéquate rend le pronostic du syndrome dans son ensemble favorable. Les troubles neuropsychiatriques et les états dépressifs sont difficiles à traiter. Si la maladie apparaît sous une forme sévère sur fond de maladies somatiques, des complications graves du cœur, des vaisseaux sanguins et du système nerveux central se développent. Le schéma thérapeutique est sélectionné individuellement par un spécialiste pour chaque patient, en fonction des caractéristiques du processus pathologique.

    Si la ménopause survient avant 45 ans, un traitement hormonal substitutif est utilisé, ce qui permet de prolonger le fonctionnement des ovaires. Klinon et Clemanorm contribuent à l'apparition des règles et réduisent le risque d'hyperplasie de l'endomètre.

    Traitement du syndrome folklorique

    Les remèdes populaires les plus courants pour rendre le processus de restructuration du corps féminin moins douloureux:

    • L'infusion de racine de valériane soulage l'irritabilité et l'humeur.

    • La décoction de valériane, de menthe poivrée et de camomille de pharmacie a un effet curatif général sur le corps.
    • L'infusion de sauge, de prêle et de racine de valériane aide à se débarrasser des manifestations végétatives du syndrome - hyperhidrose et bouffées de chaleur.
    • Le citron concassé, la coquille d'œuf et le miel améliorent le métabolisme.

    Le traitement en spa est indiqué pour les femmes ménopausées. Après le climat et la balnéothérapie, l'état général du corps s'améliore, les maux de tête disparaissent, les bouffées de chaleur, la capacité de travail est rétablie, le sommeil, la pression, le tractus gastro-intestinal et les reins sont normalisés.

    Le syndrome climatérique est une condition qui peut être gérée. Les recommandations cliniques des spécialistes, des médicaments et de la médecine traditionnelle y contribueront. La ménopause est un processus irréversible, car le temps ne peut être inversé. Le syndrome climatérique est la transition d'une femme d'un jeune âge à un âge avancé. Un traitement complet permet de lisser le processus et de le rendre indolore.

    Âge auquel commence la ménopause chez la femme

    Le point culminant est l'extinction naturelle de la principale fonction féminine - la maternité. Un développement inversé progressif des organes est nécessaire à cet effet: les seins, les ovaires, l’utérus et la diminution du taux d’œstrogènes dans le corps.

    Dans les ovaires de chaque femme, un certain nombre de follicules sont génétiquement incorporés, et l’époque du syndrome ménopausique en dépend. La ménopause survient généralement entre 50 et 55 ans. Si ses symptômes sont observés avant l'âge de 40 ans - il s'agit d'un syndrome précoce (voir les femmes de ménage risquent de porter leur ménopause). Toutes les réactions du corps à cette dernière «tempête» hormonale sont différentes pour chaque femme.

    L'un vit cette période dure et longue, l'autre il passe presque inaperçu. Il existe un lien évident entre l'héritage et le début de l'extinction de la fonction de procréation chez les femmes, si une femme veut savoir comment ce processus va se dérouler, elle en a assez pour adresser cette question à sa mère. Cela vous permettra de vous préparer psychologiquement et vous aidera à passer cette période plus facilement (voir les premiers signes de la ménopause).

    Le syndrome de ménopause précoce est diagnostiqué chez les femmes de moins de 40 ans, ce qui est une déviation et non un processus naturel (un phénomène fréquent au cours des dernières décennies). Les personnes à risque comprennent:

    • femmes qui fument
    • souffert d'un grand nombre d'avortements médicaux (conséquences)
    • mener une vie sexuelle non régulière
    • souffrant d'alcoolisme, d'obésité
    • ne pas observer le régime de travail et de repos
    • souvent stressé et friand de régimes, de famine
    • ayant des maladies auto-immunes, des troubles endocriniens (maladie de la thyroïde, diabète)
    • maladies gynécologiques, y compris les maladies oncologiques

    Périodes d'ajustement hormonal

    Le temps nécessaire pour un ajustement hormonal complet se déroule en trois étapes:

    Préménopause Au premier stade, avec une durée allant jusqu'à 6 ans, les follicules deviennent plus résistants à l'action des hormones qui les stimulent pour arriver à maturité. A perturbé le cycle menstruel cyclique habituel. La menstruation peut survenir avec des retards importants, diminuer ou augmenter le nombre de jours, jusqu'à l’arrêt complet. Les changements et la quantité d'écoulement, le saignement devient plus rare ou plus abondant. Les gynécologues appellent cette période pré-ménopausée.

    Dans le cours pathologique de la préménopause, il y a une production accrue d'oestrogènes - hyperestragenia. Par conséquent, lors d'un onco-examen prophylactique par un gynécologue, ces patients peuvent présenter les signes suivants:

    • production excessive de mucus cervical, repliement prononcé de la paroi vaginale
    • la taille de l'utérus n'est pas réduite mais agrandie et compactée
    • lorsque l'examen des glandes mammaires est déterminé par l'étanchéité et la taille moyenne des phoques, celles-ci sont quelque peu élargies et douloureuses
    • dans les parois de l'utérus révèlent des nœuds de myome et d'autres tumeurs tumorales des organes génitaux
    • la menstruation peut être plus longue et plus abondante, il n’ya pas de rares saignements dysfonctionnels (voir les causes des saignements utérins)

    Ménopause - la deuxième étape est la cessation la plus courte et la plus complète du début de la menstruation.
    Au troisième stade, les modifications hormonales sont finalement terminées, les ovaires cessent de produire des hormones complètement, le taux d'œstrogènes est progressivement réduit de 50% du niveau de la phase de reproduction. Involution continue de l'âge de l'organisme. C'est une ménopause précoce (1 à 2 ans).

    La ménopause - Au troisième stade, les modifications hormonales sont finalement terminées, les ovaires cessent de produire complètement des hormones, le niveau d'œstrogènes est progressivement réduit de 50% du niveau de la phase de reproduction. Involution continue de l'âge de l'organisme. C'est une ménopause précoce (1 à 2 ans). Les organes, au fonctionnement desquels les hormones sexuelles ont participé, subissent des modifications hypotrophiques lisses:

    • amincissement des poils pubiens
    • les parois vaginales perdent leur tonus et se plient
    • les voûtes sont aplaties
    • la taille de l'utérus diminue
    • le volume de mucus sécrété par le canal cervical diminue, une cessation complète est possible.

    Des changements importants se produisent également dans les glandes mammaires, ce qui est un processus physiologique - l'involution des glandes mammaires se produit par le remplacement gras ou fibreux du tissu glandulaire. En période climatérique normale, le bien-être reste satisfaisant pendant longtemps. La postménopause dure directement le reste de sa vie.

    Quels sont les symptômes du syndrome ménopausique

    Les œstrogènes jouent un rôle actif dans la vie de l’organisme dans son ensemble, des récepteurs sensibles à ces hormones existent dans de nombreux organes, d’où la variété des symptômes. Si cette période survient chez une femme présentant des complications, les symptômes de ménopause suivants seront observés:

    • Changements dans la sphère émotionnelle

    Les Grecs de l’Antiquité associaient directement l’état émotionnel de la femme à l’utérus, ce qui se reflète dans l’origine du mot hystérie du grec hystera - l’utérus. Chez certaines femmes, les troubles de la ménopause de la sphère émotionnelle se manifestent selon le syndrome asthéno-névrotique. Cet état se manifeste par des pleurs non motivés, une irritabilité, une anxiété, une peur, une insomnie, une intolérance à certains sons et à certaines odeurs.

    D'autres patients présentent des troubles dépressifs prononcés peu compatibles avec le traitement traditionnel et se présentant sous une forme sévère. Chaque femme peut subir des changements comportementaux importants, jusqu’à l’appelante. Ils font des coiffures éclatantes, portent des tenues révélatrices, préfèrent un maquillage éclatant, dans l’espoir de retarder le départ de leur jeunesse.

    • Troubles du système nerveux autonome

    Les symptômes les plus vifs et les plus spécifiques, avec le syndrome de la ménopause sévère, sont des "marées", qui résultent d'une réaction de la neurorégulation végétative aux effets de facteurs externes et internes (voir comment se débarrasser des marées pendant la ménopause). Cliniquement, des "bouffées de chaleur" apparaissent:

    • anxiété
    • sensation de cœur qui sombre
    • manque d'air
    • transpiration excessive,
    • rougissement de la peau
    • nausée
    • vertige et faiblesse croissante.

    Syndrome d'hyperventilation (GVS) - caractérisé par des arythmies, une profondeur, des troubles de la fréquence respiratoire. Les patients se plaignent de manque d'air, d'oppression thoracique, d'une boule dans la gorge. Dans ce syndrome, des maux de tête persistants sont notés, dans le type de migraine, douleur de tension, types mixtes. Ces patients ne tolèrent pas la congestion, l'humidité et la chaleur. Le SGV est associé à une altération du métabolisme des minéraux, à savoir du calcium et du magnésium, qui est causée par une diminution persistante du niveau d'oestrogène.

    Récemment, le syndrome de l’apnée du sommeil et les crises fréquentes d’haleine spontanée et de courte durée pendant le sommeil font partie du système GVS. Les symptômes indirects de la ménopause sont:

    • ronflement nocturne
    • réveils fréquents
    • augmentation de la somnolence pendant la journée
    • chiffres d'hypertension artérielle dans la matinée.

    La fonction des œstrogènes comprend la préservation et la restauration des cellules nerveuses détruites pendant la maladie d'Alzheimer, l'amélioration de la fonction neuronale, les effets anti-inflammatoires et antioxydants, la normalisation de la circulation sanguine dans le cerveau et la régulation des taux de glucose.

    • Altération de la fonction du système urogénital et modification du trophisme de la peau

    La vaginite atrophique - carence en œstrogènes, avec syndrome de ménopause, conduit à une diminution du flux sanguin dans les parois vaginales à l'ischémie. La lumière des artères se rétrécit, le nombre de capillaires fonctionnels diminue, la production de mucus naturel est perturbée, ce qui explique la sécheresse pathologique du vagin, provoquée par des démangeaisons, des brûlures, une omission des parois.

    Les changements atrophiques dans l'appareil ligamentaire pelvien modifient la localisation anatomique normale de l'urètre et de la vessie, ce qui contribue au prolapsus des parois du vagin et de l'utérus.

    Symptômes de cystouréthrite atrophique - augmentation de la miction avec la libération d’une petite quantité d’urine, douleur, miction brûlante pendant la miction, douleurs coupantes dans la vessie. Mictions fréquentes, plus d'une fois par nuit, incontinence urinaire.

    Perturbation de l'alimentation normale de la peau. La peau devient plus fine, perd son élasticité, devient sèche, ridée et molle. Des taches pigmentaires et de petites excroissances cutanées apparaissent. La quantité de cheveux sur la tête diminue, la croissance des cheveux sur le visage augmente.

    Ostéoporose et troubles fonctionnels du système cardiovasculaire.
    Le système cardiovasculaire répond à la ménopause avec une augmentation progressive de la pression artérielle, une douleur dans la région du cœur est ressentie subjectivement.

    Ostéoporose postménopausique - dans la survenue d'une ostéoporose, la carence en estradiol joue le rôle principal - l'hormone du groupe des œstrogènes. Pendant la ménopause, il existe un déséquilibre dans les processus qui assurent le renouvellement du tissu osseux. Cliniquement, cela se manifeste:

    • affalé
    • une diminution de la croissance due à la compression ostéoporotique des corps vertébraux,
    • fractures fréquentes dues à un effet mécanique mineur,
    • douleur dans les articulations, le sacrum, mal de dos pendant une longue marche, en position debout.

    Traitement de la ménopause chez les femmes - soins médicaux pour les femmes ménopausées

    Pour le traitement de la ménopause chez les femmes utilisant des médicaments, des plantes médicinales, de la physiothérapie et de la physiothérapie. Avant de commencer le traitement avec des médicaments, ils recommandent le massage, la diète et les hydro-procédures. En l'absence d'effet perceptible, ils commencent la thérapie avec des médicaments, y compris une thérapie avec des moyens hormonaux et non hormonaux (voir la liste de tous les médicaments pour la ménopause).

    • Médicaments qui réduisent la labilité émotionnelle: Belloid ou Bellaterin n 2-3 fois par jour, un comprimé, pendant une longue période.
    • Vitamines et ATP
      • B1 - 30 jours pour 1 ml / m
      • B6 - 30 jours pour 1 ml / m
      • E - 30 jours 100 mg 2 fois par jour à l'intérieur
      • ATP - 30 jours pour 1 ml / m

    Pour les troubles de la sphère émotionnelle des neuroleptiques:

    • tazépam 0,01 g jusqu'à 3 fois par jour
    • Frenolone 2,5 mg jusqu'à 2 fois par jour

    • Thérapie de remplacement:
      • l'utilisation d'œstrogènes "purs" - proginova, estraphem, premarin et autres
      • thérapie cyclique combinée - divina, clemen
      • traitement continu - kligogest
      • thérapie combinée œstrogène-androgène - amboix, dépôt de ginodien
    • Des modulateurs des récepteurs aux œstrogènes sont prescrits, s'il existe des contre-indications au traitement hormonal substitutif, aux médicaments anti-œstrogènes.
    • Régulateur d'activité d'œstrogène sélectif dans les tissus.
    • Phytoestragènes et phytohormones (Estrovel, Klimadinon, Feminal, Femicapes, Chi-Klim, Brosse rouge, Inoklim, Tribestan, Ménopace, Bonisan, Klimalanin, Femivell, Remens, Formule Ménopause, Klimaksan, Klimaksan, Ovimoinme 9m ménopause).
    • Il existe également un médicament: l’Ovestin, il s’agit d’œstrogènes naturels et semi-synthétiques (bougies, crème vaginale, comprimés).

    • Stimulants psychotropes pendant 2 à 4 mois (nootropil, aminalon)
    • Antidépresseurs (Lerivon, Tsipramil, Efevelon, Velaksin, Velafaks)
    • Remèdes homéopathiques - ménopause, ménopause, ménopause.

    • Une association efficace consiste à prendre 1 à 1,5 mg de calcium par jour en association avec de la vitamine D, à une dose de 400 à 600 UI.

    • Marcher sur les orteils en rétractant l'anus.
    • Marchez avec l'objet pris en sandwich entre les jambes.
    • Allongé sur le dos, soulevez alternativement les jambes droites.
    • Dans la même position, élevez le bassin au-dessus du sol avec un anus rétractable.
    • Assis incliné jambes pliées aux genoux.

    Des cours de yoga efficaces, ainsi que la gymnastique "Bodyflex", qui vous permet d'éliminer le prolapsus des organes si vous avez déjà les premiers signes, renforce les muscles du bassin et de la paroi abdominale, améliore la circulation sanguine, augmente le tonus général.

    • Avoir un effet apaisant: mélisse, menthe, mère, aubépine, valériane, zamaniha haute.
    • Effet hémostatique avec saignement mineur inhabituel et règles abondantes: eau, poivre, ortie, sac à herbe de berger, achillée millefeuille, maïs. épine-vinette ordinaire.
    • Tonifiant: Ginseng, Schizandra Chinois, Echinacea.

    Tous les remèdes à base de plantes peuvent être achetés dans les pharmacies, les méthodes de préparation, la posologie indiquée sur l'emballage.

    Combien de temps peut durer le syndrome ménopausique?

    Le point culminant chez les femmes n'est pas une maladie. C'est un âge physiologiquement normal (entre 45 et 55 ans) et un état génétiquement déterminé du corps, consistant en une restructuration des parties supérieures du système nerveux central. Le résultat de cette transformation est une diminution de l’intensité et un changement du caractère cyclique de la synthèse et de la sécrétion des hormones gonadotropes hypophysaires, le développement de l’insuffisance des fonctions des glandes sexuelles.

    La période climatérique comprend trois phases:

    • Avant la ménopause, avant la fin de la menstruation et pendant 2 à 5 ans, un syndrome pathologique se développe pendant cette phase chez 35% des femmes,
    • ménopause, qui correspond à l'arrêt définitif de la menstruation, estimé après un an d'absence complète, les symptômes du syndrome ménopausique au cours de cette période se retrouvent chez 38 à 70% des femmes,
    • postménopausique, caractérisée par une carence en œstrogènes, des taux élevés d’hormones gonadotropes et par la restructuration morphofonctionnelle physiologique finale de tous les systèmes et organes du corps, principalement de la reproduction.

    Pendant la ménopause, il existe diverses conditions pathologiques, combinées par le terme "syndrome de la ménopause". Le syndrome «à court terme» se manifeste par un syndrome ménopausique, qui commence généralement à se développer peu avant la ménopause (avant la ménopause) et dure en moyenne deux à trois ans. Cependant, dans certains cas, sa durée peut aller jusqu'à 10-15 ans.

    Pathogenèse et facteurs contributifs

    Dans le concept moderne des mécanismes de développement du syndrome climatérique, les modifications de la nature liée à l'âge dans les structures hypothalamiques revêtent une importance primordiale.

    L’hypothalamus est la principale glande qui régule la nature cyclique du cycle menstruel. Elle synthétise des neurohormones, la gonadolibérine, ou hormone libérant des gonadotrophines (GnRH), sous l'action desquelles les hormones folliculostimulante (FSH) et lutéinisante (LH) sont produites par l'adénohypophyse. Ils affectent la maturation et la fonction des follicules et du corps jaune des ovaires.

    L'hypothalamus - l'hypophyse - les ovaires forment un système cohérent d'autorégulation dont la base est basée sur les principes de la rétroaction. Les modifications involutives des structures hypothalamiques liées à l'âge entraînent une diminution de la sensibilité de ces dernières aux effets de la concentration normale d'œstrogènes sécrétés par les ovaires.

    Afin de rétablir l’équilibre, l’hypothalamus (par une augmentation de la production de GnRH) à l’état excité stimule de plus en plus la sécrétion des hormones gonadotropes hypophysaires, en particulier les follicules stimulants.

    En conséquence, la fonction ovarienne est progressivement perturbée et libère dans le sang non seulement les fractions d'oestrogènes (estrone, estradiol et estriol) qui fonctionnent directement, mais également les composants intermédiaires de leur synthèse. De plus, la nature cyclique de la production d'hormones sexuelles est perturbée. À un moment donné, les hormones sexuelles ovariennes ne suffisent plus pour inhiber l'hypothalamus et l'hypophyse. La production élevée restante de FSH entraîne l'arrêt de l'ovulation et, par conséquent, la fonction de reproduction.

    Étant donné que les sections hypothalamiques et hypophysaires du cerveau sont associées au reste des glandes endocrines et du cortex cérébral, cela affecte la fonction de ces derniers. L'ostéoporose se développe, la régulation du système nerveux périphérique et cardiovasculaire ainsi que les processus métaboliques, métaboliques, etc. conduit au développement du syndrome ménopausique.

    Cependant, du fait qu'une partie des hormones sexuelles sont produites par la zone réticulaire du cortex surrénalien, ces derniers assument une partie de la fonction des ovaires pendant la période de leur extinction (selon le principe de «feedback»). Cela contribue à une ménopause légère chez un certain pourcentage de femmes, évitant ainsi l'apparition de symptômes pathologiques.

    L'émergence d'une violation du cours physiologique de la ménopause est principalement favorisée par des facteurs tels que:

    1. Travail professionnel dans des conditions de surmenage physique et / ou mental constant et de longue durée.
    2. Etats de stress et troubles des fonctions du système endocrinien et du système nerveux central, dysfonctionnement des organes internes au moment de la ménopause.
    3. Complications pendant les périodes de grossesse et d'accouchement, dans la période post-partum.
    4. Maladies inflammatoires des organes pelviens, troubles menstruels, interventions chirurgicales en volume.
    5. Maladies infectieuses et syndromes douloureux à long terme d'origine diverse
    6. Augmentation du poids corporel, même modérée.
    7. Risques professionnels et abus du tabac et des boissons alcoolisées.

    Comment se manifeste le syndrome ménopausique?

    Au cours de l’évolution clinique, en particulier aux stades initiaux, dans le contexte des troubles menstruels (1 à 3 mois après leur début), les troubles neuropsychiatriques et la dystonie autonome vasculaire (VVD), ou manifestations vasiques-végétatives, sont dominants.

    Les premiers sont:

    • divers troubles du sommeil et troubles de la mémoire à court terme,
    • sentiment d'anxiété inexpliquée et d'idées obsessionnelles,
    • l'apparition de dépression et de doute de soi,
    • labilité émotionnelle, exprimée par l'instabilité de l'humeur, l'irritabilité et le larmoiement sans cause,
    • maux de tête, fatigue, diminution des performances et capacité de concentration,
    • dépression et changement (détérioration ou vice versa, augmentation) de l'appétit,
    • oppression, absence ou augmentation de la libido.

    Les manifestations végétatives du syndrome ménopausique s'accompagnent généralement de troubles neuropsychiatriques et s'expriment en:

    • sensation de bouffées de chaleur sur le visage, la tête et le haut du corps,
    • rougeur soudaine de la peau du visage, du cou et du haut de la poitrine,
    • vertige
    • transpiration sévère, transpiration paroxystique, surtout la nuit,
    • engourdissement des doigts, paresthésie, sensation de "chair de poule rampante" dans les membres, surtout la nuit, contractions saccadées des fibres musculaires des jambes,
    • sensation de manque d'air allant jusqu'à la suffocation, sensations de picotement et de sensations douloureuses inexpliquées dans la région du cœur, irradiant parfois dans le cou, les épaules, les omoplates et la région sous-scapulaire
    • crises cardiaques et troubles du rythme cardiaque non provoqués par l'exercice,
    • Déséquilibre de la pression artérielle - augmentation de la TA systolique à 160 mm. Hg Art. et au-dessus, qui peut être rapidement remplacé par la normale et même réduite, et inversement,
    • стойкий красный или белый дермографизм.

    Симптомы ВСД, как правило, возникают в периоды «приливов» и приступов потливости. Certains auteurs distinguent trois formes de syndrome ménopausique, en fonction de la nature et du nombre de symptômes:

    1. Typique - sensation de «bouffées de chaleur» au niveau de la tête, du visage et du cou, transpiration anormale, troubles du sommeil, vertiges et maux de tête.
    2. Atypique, caractérisé à la fois par des symptômes typiques et par un dépôt de tissu adipeux uniforme ou régional, un gonflement des membres inférieurs et du visage dû à une rétention d'eau dans le corps, des douleurs aux os et aux articulations, en particulier fémorales, des phénomènes dysuriques, la sécheresse des muqueuses vaginales, dyspareunie. La perte de poids est moins courante dans le contexte d’une détérioration assez rapide de la santé globale. Chez les femmes, des crises de crises sympatho-surrénaliennes sont possibles, accompagnées d'un sentiment de peur de la mort, de troubles du rythme cardiaque, d'hypotension, de réactions allergiques, de crises d'asthme, d'hypoglycémie ou d'hypoglycémie lors des tests sanguins.
    3. Combiné, qui se développe chez les femmes qui souffrent déjà de maladies du cœur et des vaisseaux sanguins, de l'hypertension, d'une altération de la fonction du foie et de la vésicule biliaire, de troubles métaboliques et endocriniens, de maladies allergiques.

    Cependant, dans cette classification, il n'y a pas de différence claire entre les manifestations à court terme et les manifestations modérées et tardives de la ménopause pathologique. Par conséquent, dans la pratique, on utilise principalement la classification traditionnelle, qui a été développée par Vikhlyaeva V.P. en se basant sur la détermination de la sévérité du courant en fonction de la fréquence des marées:

    Elle consiste à évaluer la gravité du syndrome ménopausique en se basant sur la détermination de la fréquence des "marées":

    • I sévérité, ou forme bénigne, survenant en moyenne chez 47% des femmes atteintes de cette pathologie - le nombre de marées pendant la journée n’excède pas 10,
    • Gravité II ou forme modérée - de 10 à 20 marées pendant la journée (35%),
    • Grade III ou syndrome climatérique sévère - le nombre de bouffées de chaleur par jour est supérieur à 20. Cette forme survient en moyenne dans 18% des cas.

    Selon les données de recherche, des troubles végétatifs-vasculaires se produisent chez 13% des femmes et des états dépressifs - dans 10% des cas.

    Diagnostics

    Le diagnostic du syndrome ménopausique ne constitue pas une difficulté particulière. Il est basé sur:

    • en tenant compte de la régularité / irrégularité du cycle menstruel ou de l'absence de saignement menstruel en fonction de la période d'âge,
    • identifier un complexe des symptômes ci-dessus,
    • exclusion de maladies concomitantes ou, en présence de ces dernières, détermination de leur lien avec les symptômes existants du syndrome ménopausique,
    • étude complémentaire en laboratoire du statut hormonal du patient, ainsi que consultation du thérapeute, de l’oculiste (examen de l’état des vaisseaux du fond de l'œil), du psychoneurologue et de l'endocrinologue.

    Prévention et traitement du syndrome ménopausique

    La prévention consiste en la normalisation du mode de travail et de repos, en une alimentation équilibrée, en mode moteur rationnel et en exercices de gymnastique, au traitement opportun de maladies somatiques concomitantes et à la correction des dysfonctionnements du système nerveux central.

    Les recommandations concernant le syndrome ménopausique léger ne diffèrent pas des mesures préventives. En outre, il est recommandé d’utiliser des aliments diététiques prédominants en acide lactique, en poisson et en charcuterie, en interdisant le porc, le canard, les plats extractifs, les plats épicés et marinés, les épices, le chocolat, le thé fort ou le café, etc.

    Les vitamines «A» avec des doses de 800 µg et le rétinol à une posologie augmentant de 20 à 300 mg, l’acide ascorbique et les vitamines du groupe «B» ont un effet positif.

    Sont également nommés massage thérapeutique général et thérapie physique, physiothérapie à effet sédatif, cours d’acupuncture, hydrothérapie, aromathérapie au jasmin, lavande, orange, patchouli et quelques autres huiles qui aident à améliorer l’état psycho-émotionnel, réduire l’irritabilité, réduire la dépression.

    Les infusions et les teintures d’aubergine, d’aubépine, de rhizomes de valériane, du complexe de suppléments diététiques "Relax", qui est un adaptogène et se composent de poudres de rhizome de valériane, de zeste de citron, de fleurs de camomille, d’extraits de passiflore, de légumineuses, de légumineuses, de sédatives.

    Comment soulager le syndrome ménopausique de forme modérée?

    Les recommandations ci-dessus dans ces cas sont des médicaments ajoutés - neuroleptiques et tranquillisants (Frénolon, Métaperazine, Relium, Éperapine, Relanium, etc.), Mélatonine, contribuant à la normalisation du sommeil, réduisant la fatigue et une légère dépression, Enap (pour une pression artérielle normale). (sur rendez-vous du neuropsychiatre).

    Utilisé dans le syndrome ménopausique beta-alanine "Klimalanin"

    La climalanine est également utilisée, bloquant la libération de substances biologiquement actives de l'histamine et de la bradykinine par les cellules adipeuses et exerçant un effet rapide en cas de marée prononcée et de transpiration, Sagenit, dont le composant actif (sigitine) contribue à la mise en oeuvre de réactions positives et négatives dans le système hypothalamus-hypophyses ovaires.

    En outre, des préparations d'œstrogènes végétaux de divers groupes (flavonoïdes et isoflavonoïdes, lignanes, cimédranes, stilbènes), qui sont des composés végétaux non stéroïdiens dont la structure est similaire à celle de l'estradiol, sont également utilisées. Ceux-ci incluent Klimandion, Klimaktoplan et Remens, contenant l'extrait de cimicifugu, Klimafen, obtenu à partir de houblon et de trèfle, Mastodinon - de prutnyak, d'Estrovel, d'Inoklim, de Klimasoya, d'Innotech, de Femwell et de nombreux autres.

    En cas d'évolution grave et d'efficacité insuffisante des méthodes de traitement énumérées, il est recommandé d'utiliser un traitement hormonal substitutif au moyen d'œstrogènes naturels (valrado-estradiol, estriol, estradiol-17-bêta, conjugué d'estrogènes), ainsi que de leur association avec des gestagènes (utrogestan, norgestrel, progestérone, didesterson, etc.). .)

    Si le pronostic avec une correction adéquate du syndrome ménopausique est généralement favorable, les troubles psychonévrotiques, en particulier, particulièrement les états dépressifs, font partie des symptômes cliniques les plus graves et difficiles à traiter.

    En outre, un complexe pathologique de symptômes prolongé dans le temps, se présentant sous une forme modérée ou sévère ou, en particulier, dans le contexte d'autres maladies, représente une menace de complications du système cardiovasculaire et du système nerveux central sous la forme de crises cardiaques et de troubles de la circulation cérébrale.

    Traitement du syndrome ménopausique

    • Traitement hormonal substitutif avec hormones sexuelles:
      • L'œstrogénothérapie (hormones féminines) est généralement prescrite aux femmes ménopausées dont l'utérus a été enlevé.
      • La thérapie gestagène (hormones féminines) est plus souvent prescrite aux femmes atteintes d'endométriose (une maladie dans laquelle le tissu de la muqueuse utérine (endomètre) se développe en dehors de sa couche interne et subit des modifications cycliques mensuelles, formant des kystes de l'endométrioïde (foyers) remplis de liquide) ou saignements utérins (non menstruels),
      • prise de médicaments combinés: œstrogène avec gestagènes pour les femmes restantes.
    • Phytothérapie aux hormones végétales (phytohormones), que l'on trouve dans les légumineuses, les dattes, les grenades, les graines de tournesol, le trèfle, le chou, les céréales, les graines de lin, les noix, les cerises, les pommes, l'ail, les carottes, etc. Ces produits enrichissent le régime alimentaire et les prennent comme médicaments phytomeans

    Complications et conséquences

    • Tumeurs de la glande mammaire, organes génitaux.
    • Incontinence urinaire.
    • Fractures des os.
    • Augmentation de la pression artérielle.
    • Le risque d'athérosclérose.
    • Le risque d'accident vasculaire cérébral (accident vasculaire cérébral), d'infarctus du myocarde (rupture du muscle cardiaque).
    • Le risque de thrombose (blocage des vaisseaux sanguins).
    • Sécheresse vaginale provoquant des douleurs lors des rapports sexuels.
    • Le développement du diabète (glucose métabolique - glucides).
    • Réduire la qualité de vie et la capacité de travail des femmes.

    Prévention du syndrome ménopausique

    • Mode de vie sain:
      • nutrition rationnelle et équilibrée (manger des aliments riches en vitamines, protéines, lipides et glucides, minéraux),
      • contrôle du poids,
      • exercice régulier
      • durcissement du corps,
      • élimination du stress physique et psycho-émotionnel excessif
    • Traitement opportun et suffisant des infections, des inflammations et des rhumes.
    • Respect du régime des médicaments hormonaux.
    • Visites régulières chez le gynécologue (2 fois par an).

    1. Gynécologie: Leadership national / Ed. V. I. Koulakov, G. M. Savelyeva, I. B. Manoukhina. - GOETAR-Media, 2009.
    2. Gynécologie. Manuel pour les universités / Ed. Acad. RAMS, prof. G. M, Savelieva, prof. W. G. Breusenko. - GOETAR-Media, 2007.
    3. Gynécologie pratique: guide pour les médecins / V.K. Likhachev. - Medical Information Agency Ltd., 2007.
    4. Gynécologie. Un manuel pour les étudiants des universités de médecine / V. I. Kulakov, V. N. Serov, A. S. Gasparov. - «Medical Information Agency LLC», 2005.

    Quel est le syndrome de la ménopause

    Le syndrome résulte de la diminution du taux d'hormones sexuelles féminines (œstrogènes) dans le corps et de la modification du travail de l'hypothalamus liée à l'âge. La durée de cet état pathologique peut aller de un an et demi à 10 ans. En moyenne, les symptômes apparaissent entre 2 et 5 ans. Leur gravité dépend de la santé globale de la femme et des caractéristiques individuelles de son corps.

    La ménopause, c’est-à-dire la cessation de la menstruation, se produit chez toutes les femmes, sans exception, mais elles n’ont pas toutes le syndrome de la ménopause. Il est plus probable que cela se produise chez les femmes:

    • tout en réduisant le système d'adaptation du corps,
    • avec des maladies héréditaires
    • avec des problèmes cardiovasculaires.

    La survenue et l'évolution du syndrome ménopausique sont influencées par la présence de maladies gynécologiques telles que les fibromes utérins et l'endométriose. Les facteurs psychosociaux sont également importants - problèmes au travail, désordre dans la vie personnelle. Souvent, l'apparition du syndrome provoque une situation stressante. Il existe également des manifestations saisonnières et ressemblant à des vagues du syndrome climatérique, dont le pic se produit au printemps et à l’automne.

    Degrés de sévérité

    Les experts identifient trois formes de syndrome ménopausique, en fonction de la gravité de son évolution.

    • Formulaire facile. Il n'est diagnostiqué que chez 16% des femmes atteintes du syndrome de la ménopause [5]. Avec un tel parcours, on note jusqu'à 7-10 marées par jour, l'état général et la capacité de travail de la femme restent pratiquement inchangés.
    • Forme moyenne. Cette forme est typique pour 33% des femmes [6]. Le nombre de marées augmente de 10 à 20 par jour. En même temps, des symptômes prononcés apparaissent: maux de tête et vertiges, troubles de la mémoire, sommeil, etc. L'état général empire, la capacité de travail diminue.
    • Forme lourde. L'évolution sévère est typique chez 51% des femmes [7]. Dans ce cas, une perte de santé complète ou presque complète, une dégradation grave de l'état général est possible. Le syndrome ménopausique particulièrement dur et long survient dans le cas où il est apparu avec le développement précoce de la ménopause, à l'âge de 38-43 ans. Les troubles survenant dans ce cas peuvent conduire à de graves violations de l'adaptation psychosociale dans tous les domaines de la vie, y compris la famille et les intellectuels.

    De plus, il existe une classification du syndrome en fonction des caractéristiques des manifestations cliniques. Dans ce cas, il existe également trois formes.

    • Typique (peu compliqué). Il se caractérise uniquement par une hyperhidrose (transpiration excessive) et des bouffées de chaleur. On l'observe chez des femmes pratiquement en bonne santé qui subissent un stress physique ou mental prolongé. La forme typique se caractérise par l’apparition rapide de la ménopause et l’apparition des symptômes classiques de la ménopause, qui disparaissent en moyenne au bout d’un an ou deux. L'état général de la femme ne change pas. Il y a un dépôt modéré excessif de graisse sous-cutanée, une diminution de l'élasticité de la peau et d'autres signes de changements dans le corps, parfaitement compatibles avec l'âge. L'état de l'appareil reproducteur sous cette forme correspond également à l'âge.
    • Formulaire compliqué On le trouve sur le fond des maladies du système digestif, du système cardiovasculaire, du diabète, des dysfonctionnements de la thyroïde chez les femmes de plus de 45 ans. Avec une forme compliquée, la fréquence des marées augmente et la sévérité de leur flux augmente. Il peut y avoir une douleur ou une sensation de pâlir dans le cœur, une accélération du rythme cardiaque, des troubles de la mémoire et du sommeil. Selon des études, chez les femmes souffrant d'hypertension, la forme compliquée du syndrome de la ménopause se produit deux fois plus souvent que chez les personnes en bonne santé [8].
    • Forme atypique ne survient pas trop souvent, principalement chez les femmes qui ont souffert dans le passé de traumatismes physiques ou mentaux, d'une maladie grave, d'une chirurgie ou de celles qui ont longtemps travaillé sous l'influence de facteurs néfastes. Pour les formes atypiques caractérisées par une violation du cycle menstruel, puis une absence persistante de menstruations. Après un certain temps, des syndromes climatériques typiques apparaissent: troubles du sommeil, larmoiements, détérioration de la mémoire et des performances. En outre, peau sèche, chute des cheveux et fragilité: des tâches pigmentaires apparaissent sur la peau des mains, de la tête et du thorax. Des démangeaisons de la peau des membres ou des parties génitales peuvent commencer. Pratiquement chez tous les patients, le poids augmente, il y a un gonflement, une douleur dans les articulations, la miction devient plus fréquente, parfois douloureuse. La maladie s'aggrave assez rapidement, entraînant une perte totale de santé. Les femmes présentant une forme atypique peuvent développer des crises d'asthme, de l'ostéoporose, de l'hypoglycémie, de l'ostéochondrose, des attaques de panique.

    Phytoestrogènes en vente libre dans le traitement du syndrome de la ménopause

    Les symptômes du syndrome ménopausique chez les femmes peuvent et doivent être traités. L'un des moyens les plus efficaces consiste à compenser le déficit en œstrogènes pendant la périménopause. Mais l'hormonothérapie est-elle toujours inévitable?

    La science moderne a inventé une méthode d'extraction à partir de plantes d'analogues naturels des hormones sexuelles féminines, appelées phytoestrogènes. L'un des plus prometteurs et étudié est l'isoflavone-génistéine [9]. Des études montrent qu’il peut réduire le nombre et la durée des bouffées de chaleur d’un facteur 2 [10], ainsi que l’augmentation de la densité osseuse presque de la même manière que les médicaments de traitement hormonal. Contrairement aux œstrogènes endogènes, qui résistent principalement à la destruction des os, la génistéine aide à renforcer les os en soutenant les processus de formation osseuse et de minéralisation, en augmentant la synthèse de collagène, en augmentant la densité minérale osseuse.

    Bien sûr, il existe aujourd'hui dans les pharmacies différents types de médicaments contenant des extraits de légumineuses, des phytoestrogènes, etc., mais vous devez accorder une attention particulière aux médicaments contenant une combinaison de calcium et de vitamine D3 avec de la génistéine, comme le complexe biologiquement actif Complivit ® Calcium D3 GOLD ". Selon une étude clinique à double insu contrôlée par placebo, l'utilisation de cette association entraîne une augmentation plus prononcée de la résistance des os, en raison des effets sur le métabolisme et la minéralisation du tissu osseux.

    En outre, il est judicieux de soutenir la santé pendant la ménopause de deux manières: soulager les symptômes de la ménopause et réduire le risque de complications tardives, telles que l'ostéoporose, les maladies des articulations et, par conséquent, la qualité de vie. Complivit Calcium D3 GOLD peut vous aider à résoudre ces deux problèmes.

    N'oubliez pas que la ménopause n'est pas une phrase, avec des symptômes désagréables qu'il faut supporter. Prenez la situation en main, armé de drogues modernes, de vitamines et ... de vêtements de sport!

    Ce n'est pas une drogue.

    Qu'est ce que c'est

    Le syndrome ménopausique chez les femmes est capable de manifester plus de 60% de la belle moitié de l’humanité, qui est entrée dans le seuil des changements de la ménopause. Il représente les changements pathologiques de tout le corps féminin associés aux changements hormonaux et au niveau de production déficient en hormones sexuelles féminines. Accompagné de violations dans le domaine de l'état adaptogène, psycho-émotionnel, cardiovasculaire, endocrinien et neuro-végétatif du corps avec différentes manifestations de la durée et de la gravité.

    Parfois, le syndrome ménopausique, ou comme on l'appelle aussi syndrome de ménopause, peut se développer à la suite d'une intervention chirurgicale dans le système reproducteur féminin.

    La position dans la vie de nombreux représentants lors de ces changements corporels est toujours positive. Et en dépit du fait que de nombreux sommets du chemin de la vie ont déjà été conquis, mais il reste encore quelque chose à apprendre et à poursuivre. Именно поэтому первые проявления климактерия в большинстве случаев кажутся чем-то ужасным и пугающим, означающим приближающийся старческий период.Et l'apparition de rides, de dépressions fréquentes et de stress contribuent à une diminution de la vitalité.

    Mais n'oubliez pas que le déroulement de la ménopause est un processus naturel et inévitable qui se produit dans le corps de chaque femme et dure de 2 à 5 à 6 ans. Par conséquent, afin de le transférer plus doucement, tout en conservant votre optimisme de vie, vous devez être bien informé, traiter ces changements correctement et, selon les recommandations de spécialistes qualifiés, prendre les mesures nécessaires pour améliorer l'état général.

    Manifestations de formes atypiques

    Les symptômes d'une forme atypique du syndrome de la ménopause, principalement chez les femmes d'un peu plus de 30 ans, ainsi que l'apparition du stade précoce de la ménopause.

    Sa manifestation peut parfois commencer avec le développement du diabète sucré et d'autres pathologies de la part des systèmes véguellégatifs du corps. Cette pathologie de la ménopause peut s'accompagner d'une tendance aux manifestations allergiques, à une altération des processus de thermorégulation corporelle, à des hallucinations visuelles, à un nystagmus et au développement d'une polynévrite végétative.

    Lors du diagnostic de ménopause précoce, on observe une excitation active de la structure cérébrale diencéphale sous-corticale avec formation de particules libres d'adrénaline et une teneur élevée en acétylcholine. Les attaques de la vessie chez les femmes qui développent cette forme de syndrome ménopausique sont étonnamment extrêmement rares: seules quelques manifestations de ce type peuvent se produire chaque jour. Et ceci est le développement d'un degré élevé de sévérité du reste des symptômes.

    Cette forme de ménopause survient dans 50% des cas chez les femmes jeunes avec le début de la ménopause.

    Le développement des signes du syndrome ménopausique découle de la diminution progressive de la production d’hormones sexuelles féminines - œstrogènes, conséquence de la disparition de la capacité fonctionnelle des ovaires sous l’effet de modifications du corps de la femme liées à l’âge.

    Méthodes de diagnostic

    Le diagnostic du syndrome ménopausique peut comprendre les étapes suivantes:

    1. Analyse des informations sur l'historique des facteurs gynécologiques et héréditaires de la ménopause, ainsi que sur les maladies et les affections existantes.
    2. Analyse de la fonctionnalité menstruelle du corps féminin (âge d'apparition des premières règles, durée et fréquence de régularité du moment. S'il n'y a pas de fonction menstruelle, des informations sont collectées sur la date de la dernière menstruation).
    3. Effectuer un examen gynécologique à l'aide d'un examen à deux mains de la cavité du vagin, qui détermine l'exactitude du développement des organes génitaux, de leur taille, de la région douloureuse, etc.
    4. Examen des glandes mammaires pour identifier les changements pathologiques dans leur structure.
    5. Examen de l'état général du corps pour identifier les pathologies concomitantes non liées au système de reproduction des organes. Ainsi que l'évaluation des indicateurs externes (état de la peau, des cheveux, des plaques pour les ongles, du poids corporel), la mesure de la pression artérielle, les pulsations et l'évaluation de la santé du système cardiovasculaire.
    6. Réalisation de tests pour déterminer le niveau d'hormones dans le sang, biopsie, coagulogramme et cytologie.
    7. L'étude des glandes mammaires pour la mammographie, qui permet d'identifier le développement de changements pathologiques graves dans les stades précoces, par examen aux rayons X.
    8. Échographie des organes situés dans la région pelvienne,
    9. Le passage de la densitométrie - méthode très informative d’étude de l’état de la partie squelettique du corps, en particulier des os de la colonne vertébrale, des cuisses et des avant-bras, réalisée pour déterminer le risque d’ostéoporose.

    De plus, il est conseillé aux femmes d'âge mûr entrant dans le seuil des changements ménopausiques de consulter un optométriste, un neuropsychiatre et un endocrinologue.

    Traitements possibles

    Le traitement du syndrome ménopausique de forme légère et sévère consiste principalement en un régime alimentaire équilibré, une approche rationnelle du mode d'activité physique, en prenant des complexes vitaminiques contenant les vitamines A et B.

    Aussi en tant que traitement peut être prescrit des procédures telles que:

    1. Thérapie d'exercice,
    2. massage thérapeutique
    3. physiothérapie,
    4. l'acupuncture,
    5. l'hydrothérapie,
    6. aromathérapie avec l'utilisation d'huiles qui affectent activement l'état psycho-émotionnel de la femme et contribuent à sa normalisation.

    En tant que sédatif, les teintures des plantes médicinales suivantes peuvent être utilisées:

    • racines de valériane,
    • fleurs et aubépine,
    • herbe de Motherwort.

    En plus de sa grande popularité, il possède un additif biologique efficace, "Relax", composé de phytocomposants et contribuant à l'amélioration de la condition générale de la femme.

    En cas de syndrome modéré de la ménopause, on peut prescrire d'autres médicaments contre la tranquillisation et un spectre d'influence neuroleptique, parmi lesquels Relium, Stage Razin, Frenolon, Renalarium sont les plus efficaces. Et pour normaliser un mode de sommeil normal et soulager les sensations de dépression et de fatigue, le médicament mélatonine est prescrit, ainsi que Enap pour restaurer la pression artérielle et les sédatifs.

    En outre, ces médicaments peuvent être prescrits comme traitement:

    • Pilules Climalaninequi bloquent la libération de radicaux libres de composés pathologiques et aident à réduire les symptômes de bouffées de chaleur et de transpiration excessive.
    • Klimadinonappartenant au groupe des phytoestrogènes, contenant dans sa composition des extraits de cimifuga racimoza, contribuant à la réduction globale des manifestations ménopausiques.
    • Climafencontenant dans sa composition des extraits de trèfle et de houblon.
    • Ainsi que des médicaments tels que ESTROVEL, Inoklim, Femwell et d'autres.

    Traitement de la ménopause pathologique grave cours est l'utilisation d'un traitement hormonal substitutif basé sur l'utilisation de médicaments, y compris les œstrogènes naturels, des types suivants:

    • valérate d'estradiol,
    • estriol,
    • 17 estradiols bêta,
    • œstrogène conjugué.

    Et également utilisé l'interaction combinée d'oestrogènes naturels avec gestagènes, parmi lesquels les médicaments les plus populaires sont:

    1. Progestérone
    2. Utrozhestan.
    3. Didrogesterone.
    4. Norgestrel.

    Pour que le syndrome climatérique disparaisse complètement, il est indispensable de respecter toutes les nominations d'un spécialiste qualifié.

    Mais il faut tenir compte du fait qu'avec la dynamique générale positive de correction du syndrome ménopausique, les plus problématiques sont les désordres de l'état psychoémotionnel, qui ne sont presque pas influencés par la drogue. Par conséquent, pour atténuer la ménopause, il est nécessaire d'éliminer au maximum la probabilité d'occurrence de situations dépressives et stressantes dans le corps.

    Complications possibles

    En cas de traitement tardif du syndrome ménopausique ou de son traitement incorrect, les complications suivantes et les conséquences possibles du syndrome climatérique peuvent survenir:

    • Tumeurs de différentes étiologies dans les glandes mammaires et le système de reproduction des organes, y compris le cancer, ce qui représente une grande menace pour la vie d'une femme.
    • Modifications pathologiques urogénitales caractérisées par une incontinence urinaire.
    • Risque accru d'ostéoporose avec, par conséquent, une probabilité élevée de formation de fractures chroniques.
    • Augmentation de la probabilité d'occurrence et de développement d'athérosclérose, d'accident vasculaire cérébral, de thrombose, de diabète et d'ischémie.
    • Détérioration significative de la qualité et du niveau d'activité vitale du beau sexe.

    Symptômes de la maladie

    Les premiers signes du syndrome ménopausique comprennent:

    • maux de tête
    • diminution du désir sexuel (libido),
    • transpiration, bouffées de chaleur,
    • palpitations cardiaques et baisses de la pression artérielle,
    • inattention, apathie, irritabilité, larmoiement, manque de mémoire, troubles du sommeil.

    Les manifestations retardées (1-2 ans après la dernière menstruation) sont:

    • douleur pendant les rapports sexuels (dyspareunie),
    • l'apparition de rides, la sécheresse et la desquamation de la peau, la perte de cheveux,
    • incontinence urinaire
    • atrophie (sécheresse, amincissement) des muqueuses du système urinaire et des voies génitales.

    Les signes tardifs (après 2-5 ans de la dernière menstruation) sont:

    • hypertension artérielle
    • une augmentation de la teneur en graisses nocives dans le sang (hyperlipidémie),
    • perturbation du métabolisme des glucides,
    • athérosclérose (accumulation de graisse sur les parois vasculaires, entraînant leur fragilité et leur blocage),
    • l'ostéoporose (amincissement et perte de résistance des os),
    • diminution de l'audition, de la vue, des capacités mentales.

    Comment réduire l'apparence de la ménopause

    Le traitement du syndrome climatérique commence par un mode de vie sain. Afin de réduire l'intensité des symptômes déjà présents, les recommandations suivantes doivent être suivies.

    S'engager dans la culture physique. Il a été prouvé que des exercices quotidiens d'une demi-heure contribuent à la prévention de l'ostéoporose, du diabète, de l'obésité et des maladies cardiovasculaires. Yoga est très utile pour réduire le nombre de marées, il vise à apprendre à se détendre, à contrôler la respiration.

    Les muscles du plancher pelvien peuvent être renforcés en effectuant des exercices de Kegel. Leur signification réside dans la relaxation et la contraction alternées des muscles intimes. Ces exercices doivent être effectués au moins 3 fois par jour. Le nombre de répétitions est de 15 à 20 et la durée de la contraction musculaire est de 5 s. De tels exercices aident à éliminer l’incontinence.

    Mange bien. Les aliments que vous mangez doivent contenir des graisses végétales, des fibres et des fibres (légumineuses, légumes, fruits, grains entiers, pain au son, pain complet). Quant aux aliments contenant des glucides, il est recommandé de les exclure du régime.

    Sommeil complet. Notre santé dépend de la durée et de la qualité du sommeil. Pour le normaliser, essayez de refuser les boissons contenant de la caféine.

    Traitement de ménopause médicinale

    Le traitement médicamenteux de la ménopause implique l’utilisation de médicaments hormonaux, d’antidépresseurs, de vitamines et de sédatifs.

    Traitement hormonal substitutif (THS). Il est prouvé que la combinaison d'œstrogènes et de progestatifs atténue les troubles émotionnels et mentaux, vasomoteurs (végétatifs-vasculaires) ainsi que les problèmes du système urinaire et des organes génitaux. L'arsenal d'agents hormonaux est assez important, dans chaque cas, leur choix est effectué individuellement. Ces médicaments sont prescrits par voie orale (orale) et parentérale (par voie transdermique sous forme de gels et de patchs, par voie intramusculaire, dans le vagin sous forme de gélules, de comprimés et de suppositoires).

    Dans le traitement hormonal substitutif, seules les femmes dont la ménopause survient sous forme sévère ne sont nécessaires. Cette affection est due à des réactions indésirables graves à ce traitement: augmentation du risque de cancer du corps de l'utérus et du sein, thrombose veineuse et accident vasculaire cérébral. Par conséquent, avant le début du THS, il est nécessaire de bien peser les avantages et les risques éventuels.

    Antidépresseurs. Pour réduire ou éliminer les bouffées de chaleur, des antidépresseurs peuvent être prescrits: Sertraline (Zoloft), Paroxétine, Venlafaxine et Fluoxétine. Dans le même but, en utilisant des anticonvulsifs - clonidine hypotensive (clophéline) et gabapentine.

    Vitamines. Pour prévenir l'ostéoporose, il est recommandé de prendre du calcium jusqu'à 1,5 g par jour et de la vitamine D à la dose de 800 unités. En outre, pour prévenir le développement de l'ostéoporose, vous pouvez utiliser des médicaments du groupe des bisphosphonates (Bonefos, Alendra, Bonviva, etc.).

    Sédatifs. Pour les troubles psycho-émotionnels, les tranquillisants efficaces (Tazepam), les stimulants neurométaboliques (Nootropil, Aminalon, etc.), les neuroleptiques (Frenolon), les plantes médicinales (Deprim). En outre, désigner Belloid, Cinnarizin, Bellatamininal.

    Prévention de la ménopause

    Prévenir l'extinction précoce de la fonction de reproduction aidera à un mode de vie sain:

    • durcissement du corps,
    • contrôle du poids,
    • nutrition équilibrée et rationnelle (manger des aliments riches en graisses, protéines, vitamines et minéraux),
    • exercice modéré
    • l'observance du traitement hormonal,
    • visites régulières chez le gynécologue (au moins 2 fois par an),
    • élimination du stress psycho-émotionnel excessif
    • abandon du tabac et abus d'alcool
    • traitement rapide des rhumes et des maladies inflammatoires.

    Si vous avez des symptômes du syndrome de la ménopause, ne désespérez pas. La ménopause ne nie pas la sexualité et la féminité. Cependant, dans le cas de manifestations prononcées de ce processus, il est nécessaire de consulter de toute urgence votre gynécologue. Plus le traitement commence tôt, meilleur sera le résultat.

    Les phases du syndrome ménopausique

    La période de ménopause dans la vie d'une femme n'est pas une maladie, mais une norme physiologique, due aux changements hormonaux liés à l'âge. Entre 45 et 55 ans, il y a une restructuration du travail des parties hautes du système nerveux central du corps de la femme, associée à un mécanisme génétiquement incorporé pour mettre fin à la fonction de reproduction. Le résultat de ces changements est une diminution de la synthèse des hormones gonadotropes qui assurent l'insuffisance des fonctions des glandes sexuelles.

    Les processus qui se produisent dans le corps de la femme pendant la ménopause se développent progressivement. Le syndrome climatérique est lié à des modifications hormonales, à des complications et à des échecs dans le fonctionnement de divers systèmes et organes. Les pathologies apparaissent avec des degrés d'intensité variables selon les phases climatériques:

    1. Préménopause. Il précède la fin du cycle menstruel, dure 2-5 ans. Les syndromes pathologiques surviennent chez 30 à 35% des femmes.
    2. Ménopause. La menstruation cesse complètement (vous pouvez en parler après une année d'absence continue). Les symptômes du syndrome ménopausique sont enregistrés chez 50 à 70% des femmes.
    3. La ménopause. La restructuration finale des systèmes de reproduction et des systèmes associés, caractérisée par un déficit en œstrogènes et une augmentation du niveau d'hormones gonadotropes. Dure environ 2 ans, les phénomènes pathologiques cessent normalement.

    Le climatère est appelé le syndrome de la ménopause précoce, qui se développe progressivement à partir de l'apparition de la maladie préménopausique, et disparaît progressivement lorsque les modifications hormonales sont terminées. En moyenne, cette affection dure de 3 à 7 ans, atteint son apogée à la ménopause, puis disparaît progressivement. Dans la phase aiguë, les symptômes se manifestent intensément, la femme a besoin du soutien des autres et souvent sous traitement médicamenteux.

    Les causes

    Le syndrome climatérique chez les femmes est provoqué par des modifications de la structure de l'hypothalamus - la glande qui régule principalement le cycle menstruel. Il est responsable de la synthèse de la GnRH - neurohormone, sous l'action de laquelle l'adénohypophyse produit des hormones gonadotropes (stimulant le follicule et lutéinisantes). Ces substances assurent la maturation des follicules et du corps jaune dans les ovaires.

    Le système hypothalamus-hypophyse-ovaires pendant la ménopause subit des modifications fonctionnelles qui ont pour conséquence que la glande pituitaire stimule la sécrétion d'un nombre croissant d'hormones gonadotropes. Le résultat de ce processus est l’échec de la fonction ovarienne. La nature cyclique des produits et la qualité des hormones sexuelles œstrogènes (estradiol, estriol et estrone) se détériorent, provoquant un déséquilibre supplémentaire du système reproducteur.

    Sous l’influence combinée de ces facteurs, l’ovulation cesse et la période de reproduction de la vie d’une femme s’achève là. En raison du fait que les parties hypophysaires et hypothalamiques du cerveau sont connectées à son cortex et à d'autres glandes endocrines, dans le contexte de modifications du fonctionnement du système hypothalamus-hypophyse-ovaire, les fonctions des systèmes cérébraux associés changent. Cela provoque le développement des principales manifestations pathologiques climatériques suivantes:

    • violations de la régulation du système cardiovasculaire,
    • défaillances des systèmes nerveux central et périphérique,
    • changements dans les processus métaboliques,
    • l'ostéoporose, etc.

    Chez certaines femmes, le manque de fonction ovarienne est compensé par une fonction accrue du cortex surrénalien. Dans ce cas, le syndrome pathologique ne se développe pas et ses symptômes ne se manifestent pratiquement pas, la ménopause se déroule en douceur, sans complications. Les violations du cours physiologique de la ménopause se produisent sous l’influence des facteurs suivants:

    • Travail intensif accompagné de fatigue mentale, physique et émotionnelle.
    • Trouble des fonctions du système nerveux central et du système endocrinien, qui s'est développé avant le début de la restructuration hormonale, sous l'influence de situations stressantes ou en raison d'un dysfonctionnement des organes de ces systèmes.
    • Grossesses difficiles, accouchements ou complications postnatales dans l’histoire.
    • Processus inflammatoires dans les organes pelviens.
    • Troubles du cycle menstruel pendant la période de reproduction.
    • Interventions chirurgicales.
    • En surpoids.
    • Mauvaises habitudes (tabagisme, abus d'alcool).

    Manifestations du syndrome ménopausique

    Tous les symptômes d’une ménopause compliquée sont conditionnellement divisés en manifestations somatiques, psychonévrotiques et vasico-végétatives du syndrome ménopausique.Au début du développement d'anomalies qui coïncident avec l'apparition d'échecs du cycle menstruel, la dystonie se développe avec des signes cliniques caractéristiques, compliqués de troubles neuropsychiatriques. Plus tard, apparaissent des signes somatiques associés aux changements liés à l'âge et à la réponse de l'organisme au fond hormonal modifié.

    Neurovégétatif

    Les troubles neuropsychiatriques et les manifestations végétatives du syndrome de la ménopause, associés à l'apparition de changements hormonaux dans le corps, sont accompagnés des symptômes neuro-végétatifs suivants:

    • "Bouffées de chaleur" - sensation de chaleur dans la tête, le visage, le haut du corps,
    • rougeur de la peau sur le cou, le visage, la poitrine,
    • transpiration sévère paroxystique, plus intense la nuit,
    • vertige
    • engourdissement des doigts
    • paresthésies,
    • la chair de poule
    • contractions musculaires,
    • picotements, douleurs au cœur,
    • manque d'air, étouffements,
    • palpitations cardiaques et dysfonctionnements du rythme cardiaque, ne résultant pas d'un effort physique,
    • pression artérielle différentielle.

    Psychonévrotique

    Pendant la ménopause, l'état mental d'une femme est gravement mis à l'épreuve. Outre l'adaptation hormonale, il existe une prise de conscience de l'apparition du vieillissement et du flétrissement du corps, ce qui est difficile à gérer en cas de troubles du système nerveux. Les troubles psychonévrotiques les plus courants au cours du syndrome ménopausique sont:

    • anxiété accrue, pensées et états obsessionnels,
    • troubles du sommeil
    • troubles de la mémoire à court terme
    • sensation de dépression
    • doute de soi
    • labilité émotionnelle élevée - instabilité de l'humeur, irritabilité, pleurs,
    • performance réduite
    • fatigue accrue
    • maux de tête
    • troubles de la concentration
    • syndrome dépressif
    • Aggravation ou augmentation de l'appétit
    • affaiblissement ou augmentation de la libido.

    Somatique

    Le système reproducteur, le système endocrinien et le système nerveux ne réagissent pas uniquement aux modifications du contexte hormonal. Les réactions d'autres systèmes sont appelées symptômes somatiques. Les plus courantes sont les suivantes:

    • changer l'état des cheveux, des ongles, des glandes mammaires,
    • prise de poids (près de 50% des femmes)
    • changements dystrophiques des parois vaginales,
    • mictions fréquentes,
    • élasticité réduite de la peau, rides,
    • En raison de la lixiviation du calcium, la synthèse de vitamine D diminue, ce qui provoque des fractures, l'ostéoporose et des maladies de la colonne vertébrale.

    Méthodes traditionnelles de traitement

    Pour éliminer les symptômes des bouffées de chaleur, aidez les remèdes populaires à base d'herbes médicinales. En l’absence de contre-indications, vous pouvez utiliser l’une des méthodes suivantes:

    • Infusion de sauge. 400 ml d'eau bouillante nécessite 1 cuillère à soupe. l racine de valériane, 3 c. l sauge, 1 cuillère à soupe. l prêle Mélange verser de l'eau bouillante, insister une demi-heure. Prendre 100 ml deux fois par jour.
    • Décoction apaisante. 1 er l Agripaume sèche, mélisse, aubépine, menthe poivrée. Mélange versez 0,5 litre d’eau bouillante, maintenez à feu doux pendant 10-15 minutes. Prendre 100 ml avant les repas principaux, cours de 14 à 20 jours.
    • Jus de betterave au miel. 2 cuillères à soupe l Cuillères de jus de betterave mélangées à 1 c. miel, diluez 1-2 c. de l'eau Prendre 3 fois par jour, avant les repas, passer progressivement au produit non dilué (sans eau).
    • Teinture sur des cônes houblonnés. Pour 250 ml de vodka ou d'alcool, il faut 20 g de cônes. Moyens insister deux semaines dans un récipient en verre dans un endroit sombre. Prendre 30 gouttes, diluées avec de l'eau, au début de l'attaque de la marée.

    Comment se manifeste le syndrome ménopausique et comment faciliter son écoulement?

    Les symptômes du syndrome ménopausique sont observés quelques mois après le premier échec du cycle menstruel. Au premier stade, les troubles végétatifs et psycho-émotionnels prédominent, notamment:

    • Troubles du sommeil
    • Maux de tête
    • Anxiété et apathie,
    • Changement d'humeur déraisonnable
    • Affaiblissement du désir sexuel
    • Flushing et transpiration
    • Palpitations cardiaques et sauts de pression artérielle,
    • Douleur au coeur,
    • Engourdissement des membres et des crampes.
    • Dépression climatérique.

    En fonction de la gravité et de l'intensité des symptômes, les médecins distinguent trois formes du syndrome climatérique:

    1. Formulaire facilesyndrome bénin de la ménopause est considéré comme la survenue de bouffées de chaleur jusqu'à 11 fois par jour. Cette forme est observée chez 48% des patients et ne nécessite pas de traitement spécial.
    2. Forme modérée: le syndrome climatérique modéré est considéré comme une condition lorsque les bouffées de chaleur se produisent 11 à 21 fois par jour. Cet écart est observé chez 34% des patients.
    3. Forme lourde: Le diagnostic de syndrome climatérique pathologique est posé à la patiente si elle développe des bouffées de chaleur plus de 21 fois par jour. Cette condition nécessite une correction hormonale obligatoire.

    Soulager le syndrome climatérique peut être une variété de méthodes. Avec des débits légers et modérés, il suffit souvent de changer de mode de vie, d’ajuster la nutrition et de normaliser les horaires de travail et de repos. Le syndrome de la ménopause sévère nécessite un traitement médical. Pour la thérapie peut être utilisé à la fois des médicaments hormonaux et non hormonaux, en fonction du tableau clinique général et de la santé de la femme.

    C'est important! Tous les médicaments pour soulager les manifestations ménopausiques doivent être prescrits par un médecin. L'auto-traitement, même avec des remèdes populaires, peut entraîner le développement de maladies dangereuses.

    Pin
    Send
    Share
    Send
    Send