La vie

Les principaux signes du syndrome prémenstruel avant le mois: description et assistance

Pin
Send
Share
Send
Send


Pendant longtemps, la condition des femmes avant la menstruation est restée un mystère. Dans le passé, les guérisseurs essayaient de comprendre le comportement intéressant et la détérioration de l'état de santé des femmes. Au début, tout cela était lié à la phase de la lune, puis au terrain et aux conditions naturelles dans lesquels vivaient les femmes. Ce n'est qu'au début du siècle dernier que le rideau s'est ouvert un peu. Un changement dans la condition mentale, émotionnelle et physique des femmes a commencé à être appelé syndrome prémenstruel. Abréviation ICP, attribuée à un certain nombre de maladies féminines complexes exacerbées avant la menstruation. Comment distinguer les signes du SPM des autres maladies?

Il convient de noter que la véritable cause de l'apparition de la maladie et aujourd'hui n'est pas entièrement comprise. Dans le même temps, a révélé plusieurs formes de la maladie. Léger, modéré et lourd. Les symptômes bénins du syndrome prémenstruel sont considérés comme normaux et sont éliminés par les femmes à la maison. La maladie de gravité modérée est traitable avec des médicaments, comme recommandé par le médecin. Une forme grave de SPM n’est pratiquement pas guérie, elle nécessite une surveillance constante par des spécialistes et tous les efforts de la thérapie visent à réduire les symptômes et à normaliser le cycle mensuel.

Faits intéressants sur les signes du syndrome prémenstruel

Dans l'analyse des chroniques pénales, il a été constaté que, lors du syndrome prémenstruel, les femmes commettent des éruptions cutanées et ne peuvent ensuite pas expliquer le comportement inapproprié. Un meurtre dans le feu de la passion est justifié par les juges. Manifestations du syndrome prémenstruel - nerfs brisés, scandales insoupçonnés, assiettes brisées, vol, accidents de la route, autres crimes. Le pic de l’état débridé tombe à partir du 21e jour du cycle menstruel.

Selon les observations, environ quelques jours avant le début des règles, une femme devient une accro du shopping. Il y a une volonté de tout acheter, et plus encore. Et les choses ne sont pas tout à fait nécessaires. Et après la fin de la menstruation, elle ne comprend pas comment elle pourrait les acheter. Si vous avez soudainement envie de faire vos achats, c'est le premier symptôme du syndrome prémenstruel.

Les symptômes du syndrome prémenstruel sont plus sensibles aux femmes qui travaillent dans le domaine mental. Une forte charge sur le système nerveux échoue, exprimée sous diverses formes. En plus des manifestations indirectes du syndrome prémenstruel, il existe des signes directs de manifestations.

Symptômes du syndrome prémenstruel

Tout le corps est sujet à des changements avant les règles, mais le système nerveux, végéto-vasculaire, est plus affecté. La perturbation du système endocrinien, sexuel, des modifications de l'équilibre hormonal conduit à l'exacerbation des symptômes du syndrome prémenstruel avant la menstruation. Le plus souvent, les femmes se plaignent de douleurs abdominales et thoraciques, de faiblesses générales, de nervosité, de maux de tête, de troubles du sommeil. En général, il existe plus de 100 signes de cette maladie. La douleur dans l'abdomen, le changement de la taille du sein qu'une femme prend du tout, cela va de soi à la veille de la menstruation.

Violations du système nerveux central

  • nervosité
  • irritabilité,
  • agressivité
  • dépression
  • estime de soi réduite
  • manifestation de pitié, de sympathie,
  • sentiment de peur
  • larmoiement
  • perturbation du sommeil
  • sautes d'humeur
  • capricieux

Violations dans le système vasculaire

  • mal de tête
  • condition faible
  • tachycardie
  • la pression artérielle chute,
  • vomissements
  • l'apparition de vertiges
  • douleur au côté du coeur
  • perte de mémoire
  • nausée
  • fatigue

Troubles endocriniens

  • les poches
  • augmentation de la température
  • transpiration abondante
  • démangeaisons partout ou en parties
  • flatulences
  • ballonnements
  • essoufflement
  • des frissons
  • augmentation mammaire
  • sensibilité des seins,
  • douleur abdominale
  • vision floue
  • douleur à la poitrine aux aisselles
  • soif

En outre, il peut y avoir des douleurs dans l'estomac, l'anus, la diarrhée, des éruptions cutanées. Une femme en menstruation observe l’apparition de boutons individuels sur le visage ou une éruption cutanée de petits boutons: une allergie apparaît dans différentes parties du corps. Tout cela est une conséquence des changements hormonaux.

Les symptômes du syndrome prémenstruel sont appelés changements négatifs dans l'état de la femme avant les règles, qui se transmettent d'eux-mêmes immédiatement après les règles, puis réapparaissent deux semaines plus tard. Chaque mois, le syndrome prémenstruel peut se manifester de différentes manières. Les symptômes sont influencés par de nombreux facteurs. En outre, les symptômes du syndrome prémenstruel et les symptômes d'autres maladies qui sont masquées comme prémenstruelles sont similaires. La gravité du syndrome prémenstruel est déterminée par les symptômes du syndrome prémenstruel. S'il y a environ 4 ou 1, mais fortement exprimé - il y a une forme légère. S'il y a environ 12 signes ou 3-4 prononcés, ils disent à propos de la forme sévère.

Différences dans les symptômes du SPM par rapport à d'autres maladies

Avec les symptômes du syndrome prémenstruel peuvent être confondus maladies du système vasculaire, digestif, nerveux, endocrinien. Le symptôme prémenstruel apparaît avant la menstruation, environ 2 semaines et se termine après la fin de la menstruation ou le premier jour. Les symptômes d'autres maladies n'ont pas de cycle particulier. Mais l'approche de la menstruation entraîne une exacerbation des signes de maladies des organes et des systèmes internes.

  • La migraine
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Gastrite
  • L'épilepsie,
  • Dysbiose intestinale,
  • Maladie de la thyroïde,
  • L'anémie,
  • Asthme bronchique,
  • Les allergies,
  • Inflammation des organes reproducteurs,
  • Maladies gynécologiques.

Le médecin aidera à traiter les symptômes du syndrome prémenstruel, d'autres maladies.

Les signes les plus inoffensifs du syndrome prémenstruel sont les douleurs abdominales, l’augmentation mammaire, l’engorgement des glandes, les maux de dos, la nervosité, une diminution des performances, des maux de tête, des troubles du sommeil. La condition n'est pas critique. Pour éliminer l'état négatif avant la menstruation, ils prennent des analgésiques, des spasmes et des sédatifs.

Causes de réactions

Pourquoi les signes du syndrome prémenstruel apparaissent-ils avant la menstruation? Répondez à cette question ne peut certainement pas. Auparavant, il était supposé que les symptômes étaient dus à des maladies mentales et neurologiques. Maintenant, il est prouvé le contraire. La manifestation du syndrome prémenstruel dépend directement d'un changement des niveaux hormonaux. C'est pourquoi les symptômes sont déterminés au même moment (avant le prochain mois).

On ne peut pas répondre à la question de savoir pourquoi certaines femmes sont susceptibles au syndrome prémenstruel, tandis que d'autres n'ont aucune idée de ce que c'est. Une étude a été menée: des médicaments corrigeant les hormones ont été administrés aux patients présentant une manifestation prononcée du syndrome prémenstruel. Dans le même temps, certains sujets présentaient encore des symptômes. Cela suggère que la cause du syndrome prémenstruel est ailleurs. Les manifestations sont souvent associées à des maladies de la glande thyroïde, à des troubles du rythme circadien et à des maladies psychologiques.

Le moment de l'apparition du symptôme

À quelle heure une femme peut-elle ressentir des signes du syndrome prémenstruel? Combien de jours apparaissent-ils? Tout dépend de la durée du cycle et des caractéristiques individuelles de l'organisme.

Certains représentants du sexe faible affirment qu'ils ressentent le syndrome prémenstruel déjà 2 semaines avant le prochain saignement. Cela signifie qu’à l’apparition de la deuxième phase, les symptômes décrits ci-dessous apparaissent. D'autres patients se plaignent d'un syndrome prémenstruel de cinq ou sept jours. Dans le même temps, chez toutes les femmes environ deux jours avant le début de la menstruation, les manifestations deviennent plus aiguës. Examinez quels sont les signes du syndrome prémenstruel avant les règles et découvrez comment les traiter.

Douleur abdominale

Pour beaucoup de femmes, les signes du syndrome prémenstruel (avant la menstruation) sont déterminés par la douleur. Elle tire, pique ou fait des crampes. Ce symptôme disparaît quelques jours après le début des règles. Certains patients tolèrent facilement une telle affection, tandis que d'autres ne peuvent mener une vie normale. Comment puis-je aider dans ce cas?

Si un rétablissement immédiat est nécessaire, tout antispasmodique doit être pris. Les médicaments les plus populaires sont "No-Shpa", "Drotaverin", "Papaverin", "Papazol" et ainsi de suite. Ils sont achetés dans les pharmacies sans ordonnance. Également utilisé des médicaments anesthésiques "Spazgan", "Spazmalgon", "Nimulid", "Diclofenac", "Ibuprofen".

Faites attention au fait que des douleurs sévères avant et après la menstruation indiquent la présence d'une pathologie. Un symptôme similaire se produit dans l'endométriose, l'inflammation, le myome et d'autres tumeurs.

Changements mammaires

Quels sont les autres signes courants du syndrome prémenstruel? Avant la menstruation, environ la moitié des femmes en âge de procréer se plaignent de leurs seins. Dans la région des glandes mammaires naissent des phoques, des nodules. Ils peuvent être facilement sondés indépendamment. Le liquide peut également être expulsé du mamelon lorsqu'il est pressé. La poitrine augmente légèrement en volume et fait mal.

Seul un médecin peut aider le patient avec ce symptôme. Avant la nomination du traitement, vous devez subir un examen comprenant un diagnostic par ultrasons, l’étude du contexte hormonal et, parfois, une mammographie. Lors de la détection d'une mastopathie diffuse, qui présente tous les symptômes ci-dessus, un traitement est prescrit.

Déséquilibre émotionnel

Les principaux symptômes avant la menstruation (PMS): fatigue, irritabilité, sautes d'humeur fréquentes. Ils peuvent être attribués à des manifestations psycho-émotionnelles. Le plus souvent, de tels symptômes surviennent chez les femmes engagées dans un travail mental, dont le travail exige de la concentration. Il existe également un risque élevé de déséquilibre psycho-émotionnel avec fatigue générale, faiblesse. L'humeur d'une femme peut changer chaque minute. Comment puis-je aider?

Pour commencer, tous les membres de la famille doivent être patients. Dans quelques jours, toute la tension passera. La femme elle-même a besoin de plus de repos et de promenade. Obtenez des émotions positives de vos activités préférées, ne vous emportez pas. Dans les cas extrêmes, vous pouvez prendre des sédatifs sécuritaires - Agripaume et Valériane. Pour les antidépresseurs plus graves, consultez votre médecin.

Augmentation de l'appétit

Quelques jours après le début des règles, une femme ressent une augmentation de son appétit. Notez que ce n'est pas le cas avec tous les représentants du sexe faible. D'autres, au contraire, refusent de manger pendant cette période. Mais si vous avez un appétit accru, vous voulez du chocolat et des aliments denses, ne vous en privez pas. Mais ne vous appuyez pas sur les matières grasses, frites ou salées. Connaître la mesure. Ces produits intensifient d'autres symptômes du SPM. Une petite barre de bon chocolat noir vous blessera non seulement, mais améliorera également votre humeur.

Les troubles digestifs peuvent également être attribués aux symptômes du syndrome prémenstruel. L'augmentation du niveau de progestérone a un effet relaxant sur les intestins. En conséquence, la constipation inquiète la femme. Il y a des femmes qui signalent une diarrhée pendant le syndrome prémenstruel. Un tel phénomène est possible. C'est généralement le résultat d'une violation du régime alimentaire.

Décharge de l'appareil génital

Quels sont les symptômes et les signes avant la menstruation? Le syndrome prémenstruel peut être attribué à un écoulement du tractus génital. Normalement, ils sont crémeux, blancs ou transparents. Le mucus est inodore et ne gêne pas une femme.

La manifestation du syndrome prémenstruel peut être caractérisée par des sécrétions brunes. Dans la plupart des cas, il s'agit d'un symptôme d'endométriose ou d'inflammation. Si une femme trouve du mucus avec des stries blanches, cela indique une cervicite ou une érosion cervicale. Le gynécologue s'occupe du traitement de ces maladies et de leur diagnostic.

Les signes du syndrome prémenstruel, qui sont souvent confondus avec la grossesse

Le syndrome prémenstruel est souvent confondu avec les premiers symptômes de la grossesse. Cela se produit généralement chez les femmes qui envisagent de concevoir. En effet, certains signes sont très similaires. Alors, les signes du syndrome prémenstruel avant la menstruation ou la grossesse? Nous comprendrons.

  • Augmentation de l'appétit. Pendant la grossesse, les femmes changent leurs préférences gustatives, comme avant la menstruation. Si des nausées et des vomissements sont également apparus, il s'agit très probablement d'une toxicose chez la femme enceinte.
  • Prise de poids Avec la grossesse, l'utérus se développe et le poids de la femme augmente. Avant la menstruation est aussi une augmentation de poids. Cependant, il est associé à une rétention de fluide dans le corps. Si vous trouvez un œdème (surtout le matin), attendez vos règles.
  • Vertiges et maux de tête. Avant et après la menstruation, certaines femmes lâchent de l’hémoglobine. L'anémie provoque des vertiges et un malaise général. Les mêmes symptômes sont présents chez les femmes enceintes: faiblesse, évanouissement, somnolence.

Le test vous aidera à distinguer de manière fiable le syndrome prémenstruel de la grossesse. Cependant, de nombreux fabricants recommandent de mener des recherches seulement après un certain délai. Si, au jour fixé, le saignement n'a pas commencé et que tous les signes décrits persistent, la grossesse est alors possible.

Correction: assistance

Si vous êtes très préoccupé par les symptômes du syndrome prémenstruel, cette condition doit être corrigée. Vous pouvez consulter un médecin et obtenir une ordonnance médicale. Il existe également quelques astuces pour faire face au syndrome prémenstruel. Comment vous aider et améliorer votre bien-être?

Pour la correction des symptômes du SPM, les gynécologues prescrivent l’utilisation de médicaments à base de progestérone. Ces médicaments sont utilisés dans la deuxième phase du cycle. Ceux-ci incluent "Duphaston", "Utrozhestan" "Pradzhisan" et d'autres. Si vous ne planifiez pas de grossesse dans un avenir rapproché, il se peut que l'on vous prescrive des contraceptifs oraux. Ils soulagent les symptômes du SPM, améliorent le bien-être général et régulent les niveaux d'hormones. Ce sont les médicaments "Logest", "Diane", "Jeanine" et ainsi de suite. Tous les agents hormonaux sont pris strictement après examen et consultation avec un médecin.

Moyens supplémentaires pour lutter contre le syndrome prémenstruel: comment vous aider?

Pour atténuer les symptômes du SPM, suivez ces instructions:

  • dormir au moins 7 à 9 heures par jour,
  • faire du sport ou faire une gymnastique de cinq minutes,
  • bien manger (augmenter les fibres et limiter les graisses),
  • mener une vie sexuelle régulière
  • prendre des complexes vitaminiques riches en fer et des substances qui stimulent la formation de cellules sanguines,
  • être examiné par un médecin et traiter les pathologies existantes dans le temps.

En conclusion

Vous avez appris quels sont les symptômes du syndrome prémenstruel chez les femmes. Les signes et le traitement sont présentés à votre attention. Si le syndrome prémenstruel gâche beaucoup votre vie et vous éloigne de votre rythme habituel, vous devez contacter un gynécologue. Vous recevrez le bon traitement en fonction des plaintes. L'utilisation indépendante de médicaments hormonaux est interdite. Avec une telle thérapie, vous ne pouvez que vous blesser et aggraver l'évolution du syndrome prémenstruel. Beaucoup de femmes rapportent qu'après la naissance d'un enfant, tous les signes du syndrome prémenstruel ont disparu. Pour d'autres, au contraire, un tel processus a entraîné une augmentation des symptômes décrits à l'avenir. Prenez soin de vous et soyez en bonne santé!

Informations générales

Les médecins ont toujours essayé de déterminer les raisons pour lesquelles une mauvaise santé et une irritabilité se manifestent chez la femme dans les jours qui ont immédiatement précédé mensuel. Dans les temps anciens, ce phénomène était associé à différents facteurs - et aux phases de la lune, à la santé d’une femme et aux particularités de la région où elle vivait. Cependant, l'état d'avant la menstruation était un mystère pour le médecin. Ce n’est qu’au XXe siècle que les médecins ont réussi à comprendre dans une certaine mesure ce qui arrivait aux dames.

En parlant de ce qu'est ICP - de quoi il s'agit, vous devriez savoir ce que représente ICP - ceci syndrome prémenstruelcela signifie - une manifestation caractéristique de la femme dans les jours précédant la menstruation. Le syndrome prémenstruel est un ensemble de symptômes qui se manifestent chez les femmes et les filles quelques jours avant l’apparition de la menstruation.

Les scientifiques explorent encore les causes de ces manifestations et la signification de ce syndrome. Ceux qui sont intéressés par la traduction du PCI devraient rechercher plus en détail les manifestations caractéristiques de cette maladie. Chaque transcription de ce qui est PMS chez les filles contient une description de tous les symptômes et manifestations caractéristiques.

Après tout, le syndrome prémenstruel chez les femmes est un ensemble complexe de symptômes, à la fois physiques et mentaux - leurs scientifiques ont compté environ 150. Environ 75% des femmes souffrent de syndrome prémenstruel à des degrés divers.

En règle générale, le syndrome prémenstruel chez les filles commence à apparaître environ 2 à 10 jours avant le jour où il y a des signes de menstruation. Une fois les règles terminées, le syndrome menstruel disparaît également complètement.

Pourquoi le syndrome prémenstruel se développe-t-il?

Jusqu'à présent, toutes les études menées n'ont pas permis de déterminer pourquoi le syndrome prémenstruel se manifeste? De nombreuses théories expliquent pourquoi cette maladie se développe.

  • La soi-disant "intoxication par l'eau" - altéré le métabolisme des sels d'eau.
  • Nature allergique - sensibilité élevée du corps aux virus endogènes progestérone.
  • Psychosomatique - le développement de symptômes physiologiques dus à l'influence de facteurs mentaux.

La théorie hormonale est aujourd'hui la plus complète et la plus répandue, selon laquelle le syndrome prémenstruel s'explique par une forte fluctuation hormonale au cours de la deuxième phase du cycle. Après tout, pour que le corps de la femme fonctionne correctement, un équilibre hormonal normal est important:

  • estrogènescapable d'améliorer la santé physique et mentale, d'activer l'activité mentale, d'augmenter la vitalité,
  • progestéronefournit un effet sédatif qui peut conduire à un état dépressif dans la deuxième phase,
  • les androgènesaffecter la libido, augmenter l'efficacité et la vitalité.

Dans la deuxième phase du cycle, le fond hormonal de la femme change. Par conséquent, la théorie hormonale suggère que le corps réagit de manière inadéquate à une telle "tempête". Fait intéressant, le syndrome de stress prémenstruel est hérité.

Comme dans la période prémenstruelle dans le corps est noté instabilité endocrinienneCela conduit à la manifestation de troubles somatiques et psycho-végétatifs. La principale raison en est la fluctuation des hormones sexuelles au cours du cycle mensuel et la réponse du cerveau limbique.

  • Quand le niveau augmente l'œstrogène et augmente d'abord, puis le niveau diminue progestérone, il y a gonflement, sensibilité des glandes mammaires, troubles du cœur et des vaisseaux sanguins, sauts de pression, irritabilité et agressivité chez la femme.
  • Avec une sécrétion accrue prolactinele liquide est également retenu dans le corps.
  • Quand le contenu augmente Prostaglandines, il existe des violations de la nature végétative-vasculaire, des troubles digestifs - diarrhée, constipationdes nausées ainsi que des maux de tête ressemblant à migraine.

Ainsi, les médecins modernes identifient les facteurs suivants déterminant le développement du syndrome prémenstruel:

  • Niveau inférieur sérotonine, ce qui conduit à la manifestation des symptômes mentaux du syndrome prémenstruel: une diminution de cette hormone provoque de la tristesse, dépression, désirant
  • Inconvénient vitamine b6 conduit à la rétention d'eau, une sensibilité accrue des seins, des changements d'humeur.
  • Le manque de magnésium entraîne l'apparition de symptômes tels que vertige, tachycardie, mal de tête, envie de manger des bonbons.
  • Tabagisme - les femmes qui fument souffrent du syndrome prémenstruel deux fois plus souvent.
  • Surpoids - Les personnes ayant un indice de masse corporelle supérieur à 30 sont plus susceptibles de présenter les symptômes de ce syndrome.
  • Génétique - la tendance au SPM peut être héritée.
  • Accouchement difficile, avortement, chirurgie gynécologique.
  • Le stress.

Les principaux symptômes du syndrome prémenstruel chez les femmes

Lorsque vous parlez des symptômes du SPM, combien de jours avant les menstruations chez les filles et les femmes apparaissent-ils, devrait-il prendre en compte les caractéristiques individuelles de chaque organisme? Les principaux signes du syndrome prémenstruel avant la menstruation sont divisés en plusieurs groupes différents. Il existe de tels symptômes du syndrome prémenstruel (en groupes):

  • Neuropsychique: dépression, agression, irritabilité et pleurs.
  • Échange-endocrinien: frissons, œdème dû à une altération du métabolisme des sels d’eau, fièvre, inconfort dans la région des glandes mammaires, flatulencesballonnements essoufflement, vision floue et mémoire.
  • Végéto-vasculaire: maux de tête, chutes de pression, nausées, la diarrhéevomissements vertige, tachycardie, douleur au coeur.

En parlant de quels symptômes avant les menstruations se produisent chez les femmes, il convient de noter qu'ils peuvent être divisés en plusieurs formes. Cependant, en règle générale, ils sont combinés. Ainsi, s’il existe des troubles psycho-végétatifs marqués, le seuil de la douleur est réduit et la femme est très sensible à la douleur - pendant une semaine ou quelques jours avant la menstruation.

Quels signes de mois pour une semaine ou quelques jours peuvent être observés?

  • des crises de panique, une mélancolie déraisonnable et une dépression peuvent se développer,
  • anxiété, peur, dépression
  • l'oubli, la détérioration de la concentration, les sautes d'humeur,
  • insomnie, augmentation ou diminution de la libido,
  • agression, vertiges.

  • Il y a une tachycardie, des chutes de pression, des douleurs cardiaques,
  • mictions fréquentes avant la menstruation, panique.
  • ceux qui sont caractérisés par une telle forme souffrent généralement de maladie cardiaque, de problèmes rénaux et d'une mauvaise digestion.
  • La température monte aux indicateurs subfebrile,
  • somnolence constamment préoccupée, manifestations allergiques, vomissements.
  • Il se caractérise par une diurèse négative et une rétention hydrique dans le corps.
  • Il y a un gonflement des membres et du visage, des démangeaisons cutanées, de la soif, un gain de poids, des douleurs dans le bas du dos et des articulations, des maux de tête, une diminution de la miction, des problèmes digestifs.

  • migraine, cardialgie,
  • nausées et vomissements
  • tachycardie
  • haute sensibilité aux odeurs et aux sons.

Environ 75% des femmes ont une structure vasculaire accrue, une hyperostose. Sous cette forme, en règle générale, dans les antécédents familiaux d’hypertension, de maladies du système digestif, de maladies du cœur et des vaisseaux sanguins.

Wikipedia et d'autres sources indiquent que chaque femme a le syndrome prémenstruel à sa manière et que les symptômes peuvent varier.

Les scientifiques, conduisant une série d'études, ont déterminé la fréquence des symptômes du syndrome prémenstruel:

En outre, le syndrome prémenstruel peut considérablement aggraver l'évolution d'autres maladies:

Quelles conditions et maladies peuvent être masquées en tant que PMS?

Pour savoir combien de jours commencent la menstruation, chaque femme doit avoir un calendrier ou un cahier spécial et noter la date du début de ses règles, la durée de ses règles et le jour de l'ovulation (pour ce faire, mesurez la température de base). Il convient également de noter la manifestation des symptômes avant la menstruation et le bien-être pendant l'ovulation.

Si une femme conserve de tels enregistrements pendant plusieurs cycles, cela l'aide à déterminer la fréquence d'apparition des symptômes du SPM. En outre, le journal aidera à déterminer s’il ya un retard dans la menstruation, etc.

Pour établir le diagnostic de "SPM", le médecin détermine la présence d'au moins 4 des signes énumérés ci-dessous:

  • somnolence, l'insomnie,
  • perte d'attention et de mémoire
  • augmentation de l'appétit, perte d'appétit,
  • fatigue sévère, faiblesse,
  • douleur thoracique,
  • maux de tête,
  • gonflement,
  • douleurs articulaires ou musculaires
  • exacerbation de maladies chroniques.

Vous pouvez également diagnostiquer cette affection si au moins un de ces symptômes est noté:

  • conflits, larmoiement, nervosité et irritabilité, sautes d’humeur chez les femmes,
  • anxiété sans fondement, peur, tension,
  • sentiment de mélancolie sans raison, dépression,
  • état dépressif
  • agressivité.

Pour déterminer la gravité du syndrome prémenstruel, il est important de prendre en compte le nombre de manifestations, leur gravité et leur durée:

  • Forme bénigne - se manifestant de 1 à 4 symptômes, s'il s'agit de 1-2 signes, ils sont alors exprimés de manière significative.
  • Forme sévère - se manifeste de 2 à 12 signes. S'il y a 2 à 5 symptômes, ils sont exprimés de manière significative. Parfois, ils peuvent entraîner le fait qu'une femme devient invalide un jour ou quelques jours avant la menstruation.

La manifestation cyclique est le symptôme principal qui distingue le syndrome prémenstruel des autres maladies. C'est-à-dire, syndrome prémenstruel, cette condition est quand elle commence avant la menstruation (de 2 à 10 jours) et disparaît complètement après la menstruation. Mais si les symptômes psycho-végétatifs disparaissent, les sensations physiques se transforment parfois en règles douloureuses ou en migraines au cours des premiers jours du cycle.

Si les sensations d’une femme dans la première phase du cycle sont relativement bonnes, il s’agit alors du syndrome prémenstruel, et non de l’exacerbation de maladies chroniques - dépression, névrose, fibrocystose mastopathie.

Si la douleur est notée juste immédiatement avant la menstruation et pendant la menstruation et est associée à des sécrétions de sang au milieu du cycle, cela indique que la maladie gynécologique se développe le plus probablement dans le corps. endométrite, endométriose et autres

Pour établir la forme PMS, examinez les hormones: estradiol, prolactine, progestérone.

Des méthodes de recherche supplémentaires peuvent également être attribuées, en fonction des plaintes prévalant:

  • Si vous êtes très inquiet au sujet des maux de tête, des acouphènes, des vertiges, des évanouissements, une vision floue, un scanner ou une IRM est nécessaire pour éliminer les maladies organiques du cerveau.
  • Avec la prédominance des symptômes neuropsychiatriques, une EEG est réalisée pour écarter le syndrome épileptique.
  • Si vous êtes préoccupé par l'œdème, la quantité d'urine par jour change, des tests sont effectués pour diagnostiquer les reins.
  • En cas d’engorgement important du sein, il faut procéder à une échographie des glandes mammaires, mammographie.

Les femmes atteintes du syndrome prémenstruel sont examinées non seulement par le gynécologue, mais également par d’autres spécialistes: neurologues, psychiatres, néphrologues, endocrinologues, cardiologues, thérapeutes.

Comment comprendre - PMS ou grossesse?

Certains symptômes de la grossesse ressemblant beaucoup aux signes du SPM, il est important de prendre en compte les différences selon lesquelles ces états peuvent être distingués.

Après la conception, la croissance des hormones se produit dans le corps de la femme. progestérone. En conséquence, une femme peut confondre grossesse et syndrome prémenstruel au moment où il commence à se manifester: tendresse et gonflement du sein, vomissements, nausées, sautes d'humeur, maux de dos, irritabilité.

Souvent, lorsqu’on assiste à un forum thématique ou à un autre, on peut voir les arguments des femmes sur la manière de distinguer le syndrome prémenstruel du syndrome prémenstruel de la grossesse. Bien sûr, si le mensuel commençait de manière opportune, la question disparaîtrait d'elle-même. Cependant, même les femmes enceintes ont parfois un congé dans les jours. Quand devrait être mensuel. Les différences en matière de décharge avant les règles et pendant la grossesse sont - chez les femmes enceintes, elles sont généralement plus rares. Mais encore, afin de vérifier la présence ou l'absence de grossesse, il est nécessaire de faire un test ou d'effectuer des tests dans le miel. institution.

Vous trouverez ci-dessous une comparaison des signes de grossesse et du syndrome prémenstruel les plus courants.

Étant donné que les symptômes de ces affections sont en réalité similaires et que, dans certains cas, même une grossesse est possible pendant les règles (du moins, une impression est produite par la femme en cas de décharge), il est important d’agir correctement.

Il est préférable d'attendre le début de la menstruation. Si une femme constate qu'elle a déjà un retard, il est nécessaire de faire un test de grossesse, qui détermine de manière fiable la grossesse après un retard. Ceux qui veulent vérifier immédiatement s'il y avait une conception peuvent être passés test sanguin hCG (hormone de grossesse). Un tel test effectué le dixième jour après la conception détermine avec précision la grossesse.

La manière la plus correcte dans une telle situation est de consulter un gynécologue, qui vous aidera à comprendre ce que la femme a réellement - le syndrome prémenstruel ou la grossesse à l'aide d'un examen, d'une échographie. Parfois aussi se pose la question de savoir comment distinguer la grossesse de ménopause - Dans ce cas également besoin de consulter un médecin ou de faire un test.

Quand devrais-je contacter un spécialiste?

Si la douleur, l'irritabilité, le larmoiement accru chez la femme, dont les causes sont associées au syndrome prémenstruel, réduisent considérablement la qualité de la vie et sont très prononcés, vous devriez consulter un médecin et lui administrer le traitement prescrit. En outre, le médecin peut donner des recommandations efficaces sur la manière d’atténuer certaines manifestations désagréables.

Comment est le traitement du syndrome prémenstruel

En règle générale, un traitement symptomatique est prescrit pour de telles manifestations. Comment traiter le syndrome prémenstruel et décider de prescrire un médicament, le spécialiste détermine, en tenant compte de la forme, des symptômes, de l'évolution du syndrome prémenstruel. Les traitements suivants peuvent être prescrits:

  • Lorsque les sautes d'humeur, la dépression, l'irritabilité prescrivent des séances de psychothérapie, des techniques de relaxation, des médicaments sédatifs.
  • Si vous craignez des douleurs abdominales, le bas du dos, des maux de tête, il est recommandé de prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour soulager le syndrome de la douleur (comprimés Nimésulide, L'ibuprofène, Ketanovet autres).
  • Également prescrit des médicaments pour le traitement du syndrome prémenstruel - les diurétiques afin d'éliminer l'excès de liquide et d'éliminer l'œdème.
  • Un traitement hormonal est prescrit en cas d'échec de la deuxième phase du cycle, après réalisation de tests de diagnostic fonctionnel, guidés par les résultats des modifications identifiées. Prescrire progestatifsmacétate d'édroxyprogestérone, Duphaston, ils doivent être pris entre 16 et 25 jours du cycle menstruel.
  • Les tranquillisants et les antidépresseurs sont prescrits aux femmes qui développent de nombreux symptômes neuropsychiatriques avant la menstruation: agressivité, nervosité, attaques de panique, insomnie, etc. Dans de tels cas, ils prescrivent Rudotel, Amitriptyline, Tazépam, Zoloft, Sertraline, Prozac, Sonapaks. Les médicaments doivent être bus au cours de la deuxième phase du cycle, deux jours après l'apparition des symptômes.
  • Si diagnostiqué avec des formes de crisus ou céphaliques, peut être assigné Parlodeldans la deuxième phase du cycle mensuel. Si la prolactine est élevée, Parlodel doit être pris en continu.
  • Si une femme développe une forme œdémateuse ou céphalique, des médicaments antiprostaglandines sont prescrits (Naprosin, Indométacine) dans la deuxième phase du cycle.
  • Depuis PMS peut augmenter sérotonineet l'histamine, un spécialiste peut vous prescrire un traitement antihistaminique de deuxième génération. Il est nécessaire de prendre en compte le nombre de jours où les symptômes commencent à apparaître, de commencer à prendre les comprimés 2 jours avant le développement attendu de ces symptômes et de continuer à les boire jusqu'au deuxième jour de la menstruation.
  • Pour activer la circulation sanguine, appliquez Nootropil, Grandaxine, Aminolone pendant environ 3 semaines.
  • Dans le cas du développement de formes céphalgique, de crise et neuropsychiatrique, prescrire des médicaments normalisant le métabolisme des neurotransmetteurs dans le système nerveux central. Vous devez prendre de l'argent pendant 3 à 6 mois Difénine, Péritol.
  • Le médecin peut également prescrire des remèdes homéopathiques. Mastodinon, Remens, ainsi que des complexes de vitamines et de minéraux - par exemple, des vitamines pour la dépression chez les femmes.

Comment soulager la condition vous-même?

Si une femme s'inquiète du syndrome prémenstruel (parfois appelé à tort «syndrome postmenstruel»), elle devrait alors suivre certaines recommandations pour soulager son état.

L'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens est recommandée.

Se détendre pleinement

Vous devez dormir autant de temps que le corps en a besoin pour bien se reposer. En règle générale, il est 8-10 heures. De nombreuses femmes qui écrivent sur des forums thématiques, notent que c’est la normalisation du sommeil qui a permis de réduire la gravité des symptômes désagréables. Avec un manque de sommeil peut développer anxiété, irritabilité, agressivité, aggrave immunité. Pour les personnes souffrant d'insomnie, de petites promenades en soirée peuvent aider.

Aromathérapie

Pourvu que la femme ne souffre pas des manifestations d'allergie, vous pouvez pratiquer l'aromathérapie en choisissant une composition spéciale d'huiles aromatiques. Il est recommandé d'utiliser de la lavande, du basilic, de la sauge, du géranium, de la rose, du genévrier et de l'huile de bergamote. Il est nécessaire de commencer à prendre des bains aux huiles essentielles deux semaines avant la menstruation.

Activité physique

Toutes les charges raisonnables - course, danse, yoga, bodyflex, etc. - ont un effet positif sur le corps. Si vous vous entraînez pleinement et régulièrement, le contenu de votre corps augmente. endorphines. Et cela permet de surmonter la dépression et l'insomnie, de réduire la gravité des symptômes physiques.

Vitamines et Minéraux

Pour réduire la gravité des symptômes, deux semaines avant la menstruation, vous devez prendre du magnésium et vitamine b6. Il est également recommandé de boire vitamines E et Un. Cela aidera à réduire la gravité d'un certain nombre de symptômes: palpitations, insomnie, anxiété, fatigue, irritabilité.

Il est important d'inclure autant que possible dans le régime alimentaire des légumes et des fruits, ainsi que des produits contenant du calcium et des fibres. Il vaut la peine de réduire la quantité de café, de cola et de chocolat consommés, car la caféine provoque des angoisses et des sautes d'humeur. Il est important de réduire la quantité de graisse dans le régime.

Il est également déconseillé de manger du bœuf, qui peut contenir des œstrogènes artificiels. Vous devriez boire des tisanes, du jus de citron et de carotte. Il est préférable d’exclure ou de limiter l’alcool, car sous son influence, les réserves de minéraux et de vitamines sont épuisées et le foie utilise moins bien les hormones.

Souvent, les femmes s’intéressent aux raisons pour lesquelles vous voulez du sel avant les menstruations. Le fait est que la fluctuation de l'appétit est un phénomène normal pendant la période du syndrome prémenstruel, et il suffit parfois de "satisfaire aux exigences" de l'organisme pour se sentir mieux.

Sexe régulier

Les relations sexuelles ont également un effet bénéfique sur la santé: elles aident à mieux dormir, à surmonter le stress, à faire face aux mauvaises émotions, à renforcer le système immunitaire et à augmenter le contenu en endorphines. En outre, pendant la période précédant les règles, une femme augmente souvent sa libido, ce qui contribue à une vie sexuelle active.

Herbes médicinales

Avec l’aide de tisanes, vous pouvez considérablement soulager l’état du SPM. L'essentiel - choisir la bonne herbe. Le thé peut être fabriqué à partir d’hypericum, de primevère, ainsi que d’autres herbes recommandées par le médecin.

Ainsi, le syndrome prémenstruel est une maladie grave, qui constitue parfois un obstacle pour la femme et lui permet de s'épanouir pleinement. Selon des études, les symptômes les plus souvent prononcés du syndrome prémenstruel se manifestent chez les résidents des grandes villes et les femmes qui exercent un travail mental.

Cependant, avec l’aide de spécialistes, en plus de pratiquer une alimentation appropriée, des exercices réguliers, des vitamines et des minéraux, cette condition peut être grandement soulagée.

Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel chez les femmes

Un complexe de symptômes apparaît dans une certaine partie de la population féminine plusieurs jours avant le début des règles. Comment se traduit le syndrome prémenstruel? Le terme est révélé comme syndrome prémenstruel - c'est ce que cette abréviation signifie. Selon les médecins, les signes de menstruations approchent peuvent apparaître longtemps avant de commencer, car la durée du syndrome prémenstruel varie de 2 à 12 jours.À ce stade, certains systèmes du corps de la femme échouent et le fonctionnement normal n’est rétabli qu’avec l’arrivée de jours critiques ou même après leur achèvement.

La signification de l'abréviation PMS met tout à sa place, expliquant le comportement étrange des femmes par un processus physiologiquement déterminé. La raison des changements hormonaux. Le système nerveux est régulé par les hormones féminines, qui s'accumulent en grande quantité pendant le syndrome prémenstruel. Dans la plupart des cas, des symptômes vifs et perceptibles commencent à se faire sentir une semaine avant la menstruation.

Des changements uniformes ne conduiraient pas à des phénomènes négatifs. Il y a une suppression d'une hormone par une autre: la progestérone par l'œstrogène, ce qui nuit à la santé dans cette phase du cycle. Il existe une théorie selon laquelle les femmes sensibles à leurs propres hormones sont sensibles au syndrome prémenstruel. Les partisans de cette hypothèse appellent le système de symptômes du syndrome une simple allergie aux œstrogènes.

Signes de PMS

Selon les statistiques médicales, il existe environ 150 espèces de symptômes prémenstruels courants, qui peuvent avoir diverses combinaisons. Pour des raisons pratiques, les symptômes avant les règles sont divisés en groupes. Le premier est neuropsychique. Il reflète l'état émotionnel et conduit à des changements de comportement. Voici quelques signes de menstruation qui se rapprochent, caractéristiques de cette forme:

  • humeur dépressive
  • attitude agressive
  • irritabilité envers les autres,
  • changement brusque d'agression sur larmoiement,
  • fièvre,
  • somnolence, faiblesse générale.

La deuxième forme est oedémateuse, avec des symptômes désagréables tels que:

  • tendresse des seins
  • gonflement des glandes mammaires,
  • gonflement des pieds, des mains et même du visage
  • transpiration excessive
  • sensibilité accrue aux odeurs.

La troisième forme de syndrome prémenstruel s'appelle céphalgique. Il s'exprime dans les symptômes suivants:

  • la sensibilité des globes oculaires, la sensation de pulsation en eux,
  • maux de tête, vertiges,
  • se sentir nauséeux avec vomissement possible.

La dernière forme de syndrome prémenstruel se manifeste dans les crises d'adrénaline, elle est donc appelée crise. Il est provoqué par d’autres expériences stressantes, des infections et le surmenage. Le syndrome prémenstruel le plus grave présente les symptômes suivants:

  • pics de pression artérielle,
  • sensation de compression sous la poitrine,
  • palpitations cardiaques
  • état effrayé, l'apparition de la peur de mourir,
  • tremblements des membres, sensation d'engourdissement des bras et des jambes,
  • évanouissement
  • mictions fréquentes.

Comment distinguer le syndrome prémenstruel de la grossesse pour retarder

Les symptômes du syndrome prémenstruel sont souvent confondus avec des signes de grossesse, mais si vous comprenez les nuances, ces deux états se séparent facilement. La première chose à laquelle une fille fait attention est «j'ai commencé à manger beaucoup». Vient ensuite immédiatement la conclusion - «enceinte», mais une augmentation de l'appétit et un changement des préférences gustatives sont caractéristiques à la fois de la grossesse et du syndrome prémenstruel. Si vous regardez, alors la toxicose commence après un certain délai et ne se manifeste pas avant. Il s'avère qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter à cause du désir de manger du chocolat, s'il n'y a pas encore eu de retard.

Il existe d'autres facteurs qui peuvent séparer les signes du SPM avant la menstruation de la grossesse:

  1. Mal de dos Il survient plus souvent à un stade avancé de la grossesse. Si vous n’avez pas encore un ventre décent, c’est un symptôme du syndrome prémenstruel.
  2. État émotionnel La grossesse provoque des sautes d’humeur, c.-à-d. cela peut être mauvais et ensuite s'améliorer de façon spectaculaire. Le syndrome prémenstruel ne provoque que la dépression et la dépression.
  3. Douleur abdominale basse. Pendant la grossesse, il est discret et de courte durée, alors qu’avec le syndrome prémenstruel, il est plus fort et peut durer un jour ou tout au long de la menstruation.
  4. Cycle menstruel. Si vous le fêtez régulièrement, vous pourrez déterminer le prochain début de vos règles. Un délai d'un à deux jours est autorisé et n'indique pas encore une grossesse.
  5. Mettre en évidence. Si le sang est libéré longtemps avant le début des règles et en quantité réduite, cela indique une grossesse possible. L'ovule creuse dans le corps de l'utérus, ce qui provoque l'apparition de plusieurs gouttes de sang rosées.
  6. Température basale. Pendant la période d'ovulation, cela augmente. Quelle température de base devrait être avant la menstruation? Il tombe de 37,1 à 36,7 ° C. Si la température ne baisse pas, cela peut indiquer une grossesse ou une inflammation du col de l'utérus.
  7. Déjà avec un retard, en raison de la progestérone produite, des sécrétions épaisses peuvent apparaître, avec le temps, elles deviennent aqueuses - un symptôme caractéristique de l'état de grossesse.
  8. Un test de grossesse est la méthode la plus efficace. Achetez dans une pharmacie et, en suivant les instructions, faites un test pour connaître le résultat avec précision.

Syndrome prémenstruel

Syndrome prémenstruel, ou PMS, sont appelés troubles vasculaires, neuropsychiatriques et métaboliques-endocriniens survenant au cours du cycle menstruel (généralement au cours de la seconde phase). Les synonymes de cette maladie apparaissant dans la littérature sont les concepts de "maladie prémenstruelle", "syndrome de tension prémenstruelle", "maladie cyclique". Le syndrome prémenstruel est familier à une femme sur deux après 30 ans; cette affection est moins fréquente chez les femmes de moins de 30 ans - dans 20% des cas. En outre, les manifestations du syndrome prémenstruel sont généralement des compagnons de femmes de type maigre, asthénique, au corps mince et émotionnellement instable, le plus souvent engagées dans le domaine intellectuel.

Causes du syndrome prémenstruel

Jusqu'à présent, la gynécologie en tant que science ne peut déterminer sans ambiguïté quels facteurs et causes sont à la base du développement du syndrome prémenstruel. On pense que les stress sévères, les neuroinfections, les avortements chirurgicaux, les traumatismes et les opérations ainsi que diverses maladies gynécologiques et somatiques qui constituaient le fond des manifestations du syndrome prémenstruel contribuaient à l’émergence et au développement plus sévère du syndrome prémenstruel.

La plus courante est l'opinion selon laquelle les causes du développement du syndrome prémenstruel sont les fluctuations hormonales qui surviennent dans le corps féminin pendant le cycle menstruel. Ces observations sont à la base des théories hormonales sur l'origine du syndrome prémenstruel.

Une des théories considère comme une cause fondamentale du syndrome prémenstruel - une modification du rapport des hormones de progestérone et d’œstrogènes dans la seconde moitié du cycle menstruel. La production excessive d'œstrogènes entraîne une rétention hydrique dans les tissus, un œdème, un gonflement des glandes mammaires, des troubles cardiovasculaires. L'effet des œstrogènes sur les structures cérébrales provoque des troubles de la neuroémission - dépression ou agression, irritabilité, larmoiement, etc. Une autre théorie hormonale associe le syndrome prémenstruel à l'hypersécrétion de l'hormone prolactine, responsable de la rétention d'eau et de sodium et de modifications des glandes mammaires.

Dans le développement du syndrome prémenstruel, un certain rôle des prostaglandines est également démontré - des substances de type hormonale produites dans les tissus du corps et participant à la régulation de nombreux processus physiologiques. Un excès de prostaglandines provoque des maux de tête de type migraine, des troubles digestifs et des réactions végétatives-vasculaires.

De nombreuses autres théories considèrent les troubles du métabolisme des sels d'eau (théorie de l'intoxication d'eau), des carences en vitamines (vitamines A, B6) et des oligo-éléments (calcium, magnésium, zinc), facteurs génétiques, troubles hypothalamiques comme causes du syndrome prémenstruel. Un certain nombre de chercheurs pensent que le syndrome prémenstruel est dû à un ensemble complexe de raisons propres à chaque cas clinique. Par conséquent, le diagnostic du syndrome prémenstruel a ses propres spécificités et certaines difficultés.

Symptômes du syndrome prémenstruel

Sur la base des principaux symptômes accompagnant le syndrome prémenstruel, on distingue les formes de troubles suivantes: neuropsychiatrique, céphalgique, œdémateux, croquant, atypique. Souvent, ces formes de syndrome prémenstruel n'existent pas isolément, de sorte que le traitement du SPM est généralement symptomatique.

La forme neuropsychiatrique du syndrome prémenstruel est caractérisée par des perturbations dans les sphères émotionnelle et nerveuse: insomnie, faiblesse, instabilité de l'humeur, irritabilité, pleurs, agression, fatigue, mélancolie sans cause, dépression (jusque dans les pensées suicidaires), sentiments de peur anormaux, troubles sexuels, troubles auditifs et olfactifs des vertiges. Dans le contexte des troubles neuropsychiatriques, il existe également des troubles de l'appétit, des flatulences (distension abdominale), de la sensibilité et de l'engorgement des glandes mammaires.

Le tableau clinique de la forme céphalique du syndrome prémenstruel est dominé par des symptômes végétatifs-vasculaires et neurologiques: maux de tête de type migraine, diarrhée, palpitations, douleur dans la région du cœur, hypersensibilité aux odeurs et aux sons, nervosité, insomnie. La caractéristique est un mal de tête, des battements dans les tempes, accompagné d'un gonflement des paupières, de nausées et de vomissements. La forme céphalique du syndrome prémenstruel se développe souvent chez les femmes ayant des antécédents, qui ont subi des blessures à la tête, des neuroinfections et un stress grave. Parmi les pathologies associées, ces femmes souffrent généralement de pathologies cardiovasculaires, d'hypertension et de maladies gastro-intestinales.

Dans la forme œdémateuse du syndrome prémenstruel, la rétention de liquide interstitiel et le gonflement associé du visage et des extrémités, la prise de poids, la soif et une diminution du débit urinaire deviennent la principale manifestation. En outre, on note l'engorgement du sein, les démangeaisons de la peau, l'indigestion (flatulences, constipation, diarrhée), les maux de tête et les douleurs articulaires, etc.

L'évolution de la forme de crise du syndrome prémenstruel se manifeste par des crises sympathiques / surrénaliennes caractérisées par des épisodes d'hypertension artérielle, une tachycardie, des douleurs cardiaques sans anomalies à l'ECG, une peur panique. En règle générale, la fin de la crise accompagne une miction abondante. Les attaques sont souvent déclenchées par le stress et le surmenage. La forme critique du syndrome prémenstruel peut se développer à partir de formes céphalgiques, neuropsychiatriques ou œdémateuses non traitées et se manifeste généralement après 40 ans. Les maladies du cœur, des vaisseaux sanguins, des reins et du tube digestif servent de toile de fond à la survenue de la forme nette du syndrome prémenstruel.

Les manifestations cycliques des formes atypiques du syndrome prémenstruel comprennent: une augmentation de la température corporelle (dans la deuxième phase du cycle à 37,5 ° C), une hypersomnie (somnolence), une migraine ophtalmoplégique (maux de tête avec troubles oculomoteurs), des réactions allergiques (stomatite ulcéreuse et gingivite ulcéreuse, asthme) syndrome, vomissements incontrôlables, iridocyclite, angioedème, etc.).

Pour déterminer la gravité du syndrome prémenstruel, le nombre de manifestations symptomatiques est basé sur la forme légère et sévère du syndrome prémenstruel. La forme bénigne du syndrome prémenstruel se manifeste par 3 à 4 symptômes caractéristiques apparaissant 2 à 10 jours avant le début de la menstruation, ou 1 à 2 symptômes significatifs. Dans le syndrome prémenstruel grave, le nombre de symptômes augmente à 5-12, ils apparaissent 3-14 jours avant le début de la menstruation. Dans le même temps, tous ou plusieurs symptômes sont exprimés de manière significative.

De plus, un indicateur de formes sévères de syndrome prémenstruel est toujours un handicap, quels que soient la gravité et le nombre d'autres manifestations. Une diminution de la capacité de travail est généralement constatée dans la forme neuropsychiatrique du syndrome prémenstruel.

Il est habituel de distinguer trois étapes dans le développement du syndrome prémenstruel:

  1. phase de compensation - les symptômes apparaissent dans la seconde phase du cycle menstruel et disparaissent avec le début des règles, l'évolution du syndrome prémenstruel ne progresse pas au fil des années
  2. stade de la sous-compensation - le nombre de symptômes augmente, leur gravité s'aggrave, les symptômes du syndrome prémenstruel accompagnent toutes les règles, l'évolution du syndrome prémenstruel s'accentue avec l'âge
  3. stade de décompensation - apparition précoce et cessation tardive des symptômes du syndrome prémenstruel avec de légers intervalles "légers", syndrome prémenstruel grave.

Diagnostic du syndrome prémenstruel

Le critère de diagnostic principal du syndrome prémenstruel est la cyclicité, le caractère périodique des plaintes survenant à la veille des règles et leur disparition après les règles.

Le diagnostic du syndrome prémenstruel peut être posé sur la base des symptômes suivants:

  • Etat d'agression ou de dépression.
  • Déséquilibre émotionnel: sautes d'humeur, pleurs, irritabilité, conflit.
  • Mauvaise humeur, sentiment de mélancolie et de désespoir.
  • Etat d'anxiété et de peur.
  • Diminution du tonus émotionnel et de l'intérêt pour les événements actuels.
  • Augmentation de la fatigue et de la faiblesse.
  • Attention diminuée, perte de mémoire.
  • Modifications de l'appétit et des préférences gustatives, signes de boulimie, prise de poids.
  • Insomnie ou somnolence.
  • Douleur mammaire, gonflement
  • Maux de tête, douleurs musculaires ou articulaires.
  • Aggravation de la pathologie extragénitale chronique.

La manifestation de cinq des symptômes ci-dessus avec la présence obligatoire d'au moins l'un des quatre premiers vous permet de parler en toute confiance du syndrome prémenstruel. Une partie importante du diagnostic consiste à tenir un journal de l'observation de soi par la patiente, dans laquelle elle devrait noter toutes les perturbations de son état de santé pendant 2 à 3 cycles.

L’étude des hormones dans le sang (estradiol, progestérone et prolactine) permet d’établir la forme du syndrome prémenstruel. On sait que la forme œdémateuse s'accompagne d'une diminution du taux de progestérone dans la seconde moitié du cycle menstruel. Les formes céphaliques, neuropsychiatriques et de crise du syndrome prémenstruel sont caractérisées par une augmentation des taux sanguins de prolactine. La désignation de méthodes de diagnostic supplémentaires est dictée par la forme du syndrome prémenstruel et les principales plaintes.

Une manifestation prononcée de symptômes cérébraux (maux de tête, évanouissements, vertiges) est une indication pour une IRM ou une tomodensitométrie du cerveau afin d'éliminer ses lésions focales. Les résultats de l'EEG sont révélateurs des formes neuropsychiatrique, œdémateuse, céphalique et en crise du cycle prémenstruel. Dans le diagnostic de la forme œdémateuse du syndrome prémenstruel, la mesure de la diurèse quotidienne, en tenant compte de la quantité de liquide consommée, et la réalisation de tests pour étudier la fonction excrétrice des reins (par exemple, test de Zimnitsky, test de Reberg) jouent un rôle important. En cas d’engorgement douloureux des glandes mammaires, une échographie des glandes mammaires ou une mammographie est nécessaire pour exclure la pathologie organique.

L'examen des femmes atteintes d'un syndrome prémenstruel est effectué avec la participation de médecins de différentes spécialités: neurologue, thérapeute, cardiologue, endocrinologue, psychiatre, etc. Le traitement symptomatique prescrit conduit généralement à une amélioration de la santé dans la seconde moitié du cycle menstruel.

Traitement du syndrome prémenstruel

Des méthodes médicamenteuses et non médicamenteuses sont utilisées dans le traitement du syndrome prémenstruel. Le traitement non médicamenteux comprend le traitement psychothérapeutique, le respect du travail et du repos, la thérapie physique et la physiothérapie. Un point important est l'observance d'un régime alimentaire équilibré avec l'utilisation d'une quantité suffisante de protéines végétales et animales, de fibres végétales et de vitamines. Dans la seconde moitié du cycle menstruel, vous devez limiter la consommation de glucides, de graisses animales, de sucre, de sel, de caféine, de chocolat et de boissons alcoolisées.

Le traitement médicamenteux est prescrit par un médecin spécialiste, en tenant compte des principales manifestations du syndrome prémenstruel. Comme les manifestations neuropsychiatriques s'expriment dans toutes les formes de syndrome prémenstruel, il a été démontré que presque tous les patients prenaient des sédatifs plusieurs jours avant l'apparition prévue des symptômes. Le traitement symptomatique du syndrome prémenstruel implique l'utilisation d'analgésiques, de diurétiques et d'antiallergiques.

La principale place dans le traitement médicamenteux du syndrome prémenstruel est une hormonothérapie spécifique avec des analogues de la progestérone. Il convient de rappeler que le traitement du syndrome prémenstruel est un processus long, qui dure parfois tout au long du processus de procréation et qui impose à la femme une discipline interne et l'exécution régulière de toutes les ordonnances du médecin.

Ce qui signifie

Comment le PMS est-il déchiffré et quel est ce phénomène? En attendant la réponse à ces questions, il convient de rappeler que la nature a confié la mission de la naissance d'une nouvelle vie à une femme. Cette caractéristique est associée au rejet mensuel de la couche supérieure de la membrane muqueuse de l'utérus sous la forme de saignements menstruels. Le processus est régi par une modification de la concentration d'hormones dans le corps, responsables du syndrome prémenstruel.

Qu'est-ce qui cause le syndrome prémenstruel en premier lieu?

Было время, когда специалисты считали, что пмс у женщин связан исключительно с их душевным состоянием и лежит в плоскости психологии. С развитием медицинской науки было обнаружено, что этот синдром имеет органическое обоснование. Установлено, что в этот период снижается количество эстрогена и прогестерона, что провоцирует:

  • Une augmentation de l'aldostérone, qui retient les liquides dans le corps, affecte le bien-être général et le fonctionnement du système nerveux.
  • Augmenter la concentration de monoamine oxydase dans le tissu cérébral pouvant provoquer une dépression,
  • Réduction de la sérotonine «hormone de la joie», qui donne une idée claire de ce que le syndrome prémenstruel est pour les filles, non seulement pour elles-mêmes, mais également pour leurs proches.

Autres raisons

Les processus qui se produisent dans le corps féminin pendant cette période sont tous les mêmes. Mais les premiers signes de menstruation se manifestent différemment en raison de la réponse individuelle aux fluctuations hormonales. Certains les perçoivent plus nettes, d'autres le font plus en douceur et estompé. La raison en est peut-être aussi due à certaines circonstances:

  • "Sauter" des indicateurs d'endorphines dans le cerveau et le sang qui affectent le système endocrinien et sont responsables de la réduction de la sensibilité à la douleur physique et mentale,
  • Erreurs de nutrition. Le manque de vitamine B provoque un gonflement des tissus, ce qui provoque une sensibilité excessive des glandes mammaires, une fatigue accrue. Une carence en magnésium provoque des palpitations, des vertiges,
  • Prédisposition génétique. En règle générale, les femmes de la même famille éprouvent des sentiments similaires avant la menstruation. Cela vaut non seulement pour les mères et les filles, mais aussi pour les soeurs jumelles.
  • Les situations stressantes, les changements brusques des conditions climatiques de la vie exacerbent le syndrome et ses manifestations.

Manifestations physiologiques


Les symptômes du syndrome prémenstruel sont plus prononcés chez certains et moins prononcés chez d'autres. Même si une femme a oublié le début d'un nouveau cycle, elle vous rappellera l'arrivée imminente du mensuel:

  • Douleur d'aspiration dans l'abdomen et le bas du dos
  • Gonflement des membres, gonflement du visage,
  • Gain de poids pour quelques kilogrammes
  • Gonflement des glandes mammaires, douleur douloureuse en eux,
  • Crampes à la tête, dans les cas graves de migraine,
  • Se sentir nauséeux, parfois vomir,
  • "Torsion" douleur dans les articulations et la colonne vertébrale,
  • Erreurs dans les intestins (constipation ou diarrhée),
  • Changements dans les habitudes alimentaires (fringales sucrées ou salées accrues),
  • Soif et mictions fréquentes,
  • Fatigue rapide ou vigueur peu naturelle,
  • Augmentation de la graisse de la peau et des éruptions cutanées.

L’importance du premier mandat d’une fille dépend en grande partie de son immunité, de sa santé physique et de son mode de vie. Habituellement, ces symptômes disparaissent au début de la menstruation, mais ils peuvent également durer quelques jours.

Signes émotionnels

Souvent, ils sont transférés plus lourds que physiologiques, car ils déroutent les autres et la femme elle-même. C'est l'insuffisance psychologique associée au syndrome prémenstruel qui provoque des accidents de voiture, des examens non livrés et des relations dégradées:

  • L’humeur passe de la morosité à l’amusement sauvage,
  • Une réaction émotionnelle accrue aux stimuli, dans les cas graves, peut se transformer en agressivité,
  • Somnolence ou au contraire surexcitation et insomnie associée,
  • Incapacité de se concentrer
  • Peurs déraisonnables, panique.

Pour exclure la maladie mentale, il est utile de savoir combien de jours commence le PCI. Cela se produit généralement 7 à 10 jours avant le mois. Si cette affection accompagne une femme tout au long d'un cycle ou dans une partie importante de ce cycle, vous devez rechercher une autre cause de la maladie en collaboration avec un spécialiste. Pour éviter les doutes sur votre propre santé mentale au début du programme, vous pouvez suivre le calendrier.

Syndrome prémenstruel ou grossesse

Selon la description, les symptômes avant la menstruation sont difficiles à distinguer des premiers signes de la grossesse. Surtout quand il s'agit d'une fille inexpérimentée. Et pourtant, il est vraiment possible de le faire vous-même:

  • Lors de la sortie de grossesse, notez que, dans les 6 à 12 jours qui suivent l’ovulation, ils sont courts et ont une couleur rose-brun. Pms saigne rouge vif et plus abondant,
  • La douleur dans les glandes mammaires accompagne toute la grossesse. Les zones des mamelons deviennent plus claires, plus sombres. Avec le syndrome prémenstruel, cela ne se produit pas, et la sensibilité des seins va au début des menstruations,
  • Les douleurs avant la menstruation durent jusqu'au début de l'écoulement du sang, elles sont localisées dans la région lombaire et le bassin. Le stade initial de la grossesse donne des crampes courtes et molles pendant quelques jours.
  • L'augmentation de la température, si cela se produit, avec PMC ne dure pas plus longtemps que l'ovulation ne se produit. La grossesse peut causer ce symptôme pendant 18 jours,
  • La nausée avec le syndrome prémenstruel se produit quelle que soit l'heure de la journée. La grossesse est accompagnée de ce symptôme et de vomissements principalement le matin, complétés par l'aversion pour certains aliments et leur saveur, un désir irrésistible de manger quelque chose, parfois impropre à la nourriture. Les précurseurs de la menstruation sont caractérisés par un appétit anormal pour tout aliment, mais il n'y a pas de rejet des autres plats et des envies de ceux qui ne sont pas comestibles.

Sur la base des signes énumérés, il est possible de déterminer qu'il s'agit d'un syndrome prémenstruel ou d'une grossesse. Les différences entre les deux états sont clairement visibles à l'aide d'un test en pharmacie. Plus précisément, ils identifieront le gynécologue à la palpation et à l'échographie.

Même savoir ce qu'est le syndrome prémenstruel chez les femmes et les jeunes filles, et la limitation temporaire de cette condition n'est pas facile à supporter. La consolation est qu’elle est caractéristique de la majorité des représentants de la belle moitié de la population. Il existe également des médicaments et d’autres moyens de réduire les effets du syndrome prémenstruel sur le bien-être et la vie d’une femme.

Le tableau clinique du syndrome comprend un certain nombre de symptômes:

  1. Neuropsychiatrique (irritabilité, pleurs, dépression, agression)
  2. Symptômes associés à des troubles du système vasculaire (notamment: maux de tête, douleurs cardiaques, vomissements, nausées, migraine, vertiges)
  3. Symptômes associés à des troubles du système endocrinien (notamment: gonflement, démangeaisons, fièvre, gonflement de la poitrine, parfois douleur thoracique).

Selon les symptômes du syndrome prémenstruel, la forme clinique de la maladie est divisée en les types suivants:

Dans cette forme du syndrome, les symptômes tels que la dépression, l'agressivité, l'irritabilité excessive, les larmoiements, la faiblesse générale prévalent, la sensibilité aux odeurs et aux sons est accrue. Cette forme de syndrome prémenstruel est l’une des plus courantes. 43,3% des femmes présentent des symptômes neuropsychiatriques. L'âge moyen des femmes présentant de tels symptômes est compris entre 27 et 37 ans. L'agression domine les filles en transition et les jeunes femmes sont souvent déprimées par le syndrome prémenstruel.

Cette forme est caractérisée par des maux de tête, des vertiges, des vomissements, des nausées, une irritabilité, une dépression, des douleurs dans la région du cœur, un engorgement de la poitrine, un gonflement et une grande sensibilité aux odeurs. Avec cette maladie, le mal de tête commence dans la partie temporale et devient palpitant. 20% des femmes souffrent du syndrome prémenstruel céphalique. Il survient principalement chez les femmes en âge de procréer (environ 32%) et en âge de procréer tardif (20%).

Avec cette forme, se produisent un gonflement du visage et des extrémités, des démangeaisons et des éruptions cutanées, de la transpiration, des douleurs dans les glandes mammaires. Il peut aussi y avoir des ballonnements et une faiblesse générale. Cette forme survient principalement chez les femmes en âge de procréer précoce et est de 46%. En âge actif de la reproduction, les symptômes de la forme œdémateuse ne se manifestent que chez 6% des femmes.

Sous cette forme, on observe un trouble panique commençant par une augmentation de la pression artérielle, une sensation de pincement à la poitrine, une peur de la mort, une sensation imprévisible d’anxiété, de transpiration, d’essoufflement. Les crises surrénaliennes symptomatiques surviennent généralement le soir ou la nuit et se terminent par une très forte miction. La forme de crise est la plus difficile, mais elle est extrêmement rare chez les femmes. De telles crises peuvent survenir en raison d'un stress prolongé, d'une fatigue constante et de toute infection. En début de procréation, cette forme survient chez 4% des femmes. En âge de travailler - 12,5% et 20% tard.

Les symptômes du syndrome prémenstruel sont très divers, ils sont environ 200.

Les symptômes les plus courants sont:

Après l'apparition des règles, les symptômes disparaissent presque immédiatement. Mais si les symptômes ne disparaissent pas pendant le cycle menstruel, vous devriez consulter un médecin. Depuis la cause peut être une sorte de maladie, pas le syndrome prémenstruel.

La persistance du syndrome prémenstruel dépend du mode de vie de la femme, de sa santé et de son immunité. Certaines femmes ont un syndrome prémenstruel plus ardemment exprimé, d'autres moins.

Beaucoup de gens pensent que les causes du syndrome sont liées à la psyché et à l’état mental de la femme. Mais en réalité, la cause est un changement du fond hormonal de la femme pendant le cycle menstruel. Le syndrome est causé par une violation du ratio hormone œstrogène et progestérone dans la phase lutéale du cycle féminin. Les signes du syndrome prémenstruel avant la menstruation parlent de leur apparition imminente.

Le syndrome ne peut pas se produire dans les cas suivants:

Le développement du syndrome se produit non seulement en raison d'un manque de progestérone, mais également en fonction des caractéristiques du métabolisme de la progestérone dans le système nerveux central.

Une des nouvelles théories est psychosomatique, où les maladies somatiques occupent la place initiale et où des troubles mentaux apparaissent à la suite de perturbations hormonales.

Le risque de syndrome prémenstruel augmente avec l'âge. Les femmes vivant dans les grandes villes sont plus sujettes au syndrome que les femmes des villages et des villages.

Diagnostic du syndrome cyclique chez la femme

Il est difficile de diagnostiquer la maladie en raison du grand nombre de symptômes.

Pour diagnostiquer le syndrome, le point principal est les symptômes cycliques du syndrome prémenstruel qui se manifestent avant la menstruation.

Pour établir un diagnostic, le médecin prescrit des tests sanguins pour détecter les hormones lors des deux phases du cycle menstruel. Le médecin étudie l’histoire et s’interroge sur les plaintes de la femme.

Ensuite, le médecin effectue des procédures supplémentaires: IRM, mammographie, contrôle de la pression, électroencéphalogramme et rhéoencéphalographie des vaisseaux cérébraux sont nécessaires.

L'état du système nerveux central, le niveau des lésions cérébrales à l'aide des rayons X sont évalués en fonction de l'âge du patient et de la gravité de la maladie.

Sous forme de neuropsychiatrie, il est également nécessaire de consulter un neuropathologiste et un psychiatre, qui peuvent vous prescrire de l'EEG, de la craniographie et du REG.

Pour la forme œdémateuse, vous devez surveiller la quantité de liquide que vous buvez 3-4 jours avant et pendant la menstruation. Dans l'état normal du corps, plus de 400 ml de boisson sont ingérés. Un médecin examinera la fonction excrétrice rénale et pourra vous prescrire une mammographie.

Lorsque céphalgique - un changement dans les os de la voûte crânienne se produit, de sorte que les rayons X, EEG, REG sont exécutés, le fond de l’œil s’apparente. Sous cette forme, la consultation d'un neurologue, allergologue et oculiste est recommandée.

En cas de crise, la diurèse est mesurée (le volume d'urine formé au cours d'une certaine période. La pression et le volume du liquide consommé sont également mesurés. EEG, craniographie et REG sont indiqués.

Les principaux traitements du syndrome prémenstruel sont les suivants:

Pour prévenir le syndrome, vous devez changer votre mode de vie et commencer à prendre des vitamines. Essayez d'éviter le stress, un changement climatique dramatique. L'utilisation de contraceptifs oraux combinés est hautement indésirable. Les avortements ont également un effet négatif sur le corps de la femme, vous devez donc les éviter. Pour la prévention du syndrome prémenstruel, vous devez pratiquer régulièrement le sport, le yoga. Consommation excessive d'alcool et de caféine préjudiciable à l'organisme.

Lorsque l'irritabilité est recommandée, prenez de la vitamine B6 à une dose de 100 mg, magnésium - 400 mg, calcium - 1000 mg. La réception des vitamines est effectuée par un cours, vous ne devez pas en abuser car cela peut entraîner des effets secondaires.

Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel et quels sont ses symptômes 3

De nombreuses femmes connaissent des sentiments étranges et désagréables avant les menstruations régulières. Pendant cette période, les personnages les plus gais et les plus équilibrés peuvent se transformer en fureurs ou en crybaby monstrueuse. A un état psychologique insuffisant, des sensations purement physiques et plutôt inconfortables sont ajoutées. Toutes les femmes ont connu cette maladie dans une plus ou moins grande mesure au moins une fois dans leur vie. Et ceux qui le subissent régulièrement s'attendent avec crainte, non à la venue de la menstruation, mais à ces quelques jours qui les attendent. Pour se débarrasser du sentiment d'impuissance devant la nature, il est utile de comprendre ce qu'est le syndrome prémenstruel chez les filles et ce qui le cause.

Comment le PMS est-il déchiffré et quel est ce phénomène? En attendant la réponse à ces questions, il convient de rappeler que la nature a confié la mission de la naissance d'une nouvelle vie à une femme. Cette caractéristique est associée au rejet mensuel de la couche supérieure de la membrane muqueuse de l'utérus sous la forme de saignements menstruels. Le processus est régi par une modification de la concentration d'hormones dans le corps, responsables du syndrome prémenstruel.

Causes et symptômes du syndrome prémenstruel chez la femme

La vie d’une femme est cyclique en tout: développement du système de reproduction féminin, la maturité est la concrétisation de la fonction de reproduction, et son extinction est la période de la périménopause. Période fertile: après la formation du cycle mensuel, la possibilité de l'occurrence de la première grossesse apparaît, qui se termine par l'accouchement, l'allaitement, le rétablissement de la menstruation et encore une grossesse possible.

Le cycle menstruel ("lunaire") - tous les 30 jours (en moyenne), la "vie reproductive" d'une femme commence par une table rase, avec un "endomètre propre". Afin de comprendre ce qu'est le syndrome prémenstruel (SPM) et pourquoi il se produit, examinons les processus survenant au cours du "cycle lunaire".

Le cycle menstruel est l'intervalle de temps entre le premier jour de la menstruation suivante et le premier jour, au cours duquel de nombreux changements hormonaux contrôlés se produisent dans le corps de la femme, dans le but de permettre la survenue et le maintien de la grossesse.

Le point clé du cycle mensuel est la maturation et la libération de l'œuf dans les trompes de Fallope et l'utérus en vue d'une fécondation éventuelle - l'ovulation, qui divise le MC en «avant et après» (phases I et II).

Tous les changements dans le système reproducteur «avant» (c’est-à-dire en phase I) visent la maturation de l’œuf dans les ovaires et préparent l’endomètre pour une éventuelle grossesse, et «après» (phase II) pour la mise en place d’une prothèse et la préservation de la gestation. La MC est régulée par diverses hormones, chacune ayant son influence prédominante dans sa phase.

Figure 1 - Le cycle menstruel (source Pinterest). Pour voir, cliquez sur l'image.

Dans la première phase - l'influence prédominante de l'œstrogène (sécrétée par les follicules en croissance sous la direction de l'hormone folliculo-stimulante). La formation du seuil maximal d'oestrogène dans le sang s'accompagne de la libération de l'hormone lutéinisante, qui coïncide avec l'ovulation.

En phase II - l'effet prédominant de la progestérone. Après l'ovulation sur le site du follicule dominant rompu, un corps jaune se forme, qui commence à sécréter de la progestérone (une hormone qui soutient la grossesse). La progestérone provoque la prolifération de l'endomètre, favorise l'implantation, réduit l'effet de la FSH.

En l'absence de grossesse, le corps jaune commence à se "décolorer", se dégrade et le niveau de gestagènes diminue. La deuxième phase se termine par un saignement menstruel. Dans ce contexte, la croissance des follicules et la sécrétion d’œstrogènes sont repris. La boucle se ferme.

1. Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel?

Le syndrome prémenstruel est une combinaison de divers symptômes neurologiques et somatiques qui ne surviennent que pendant la deuxième phase du cycle menstruel et qui sont associés à un changement de l'effet dominant de l'œstrogène et de la progestérone.

En règle générale, le syndrome prémenstruel commence à se gêner de 2 à 10 jours avant la menstruation et disparaît dès le premier jour, mais sa durée peut augmenter avec une évolution sévère et modérée.

1.2. Quel est le mécanisme du syndrome prémenstruel?

En médecine, il existe de nombreuses théories sur la pathogenèse de ce syndrome. Considérez certains d'entre eux:

  • Théorie hormonale. La théorie la plus connue du déséquilibre hormonal, proposée par Robert Frank en 1931 dans son traité sur la «tension prémenstruelle», explique l'apparition de symptômes dus à un niveau insuffisant de progestérone dans le corps, dans le contexte d'un relatif excès d'oestrogènes. Cette condition est observée à la fois dans les troubles du cycle ovarien et menstruel (menstruations irrégulières, augmentation de la durée du cycle de plus de 35 à 40 jours), par exemple, insuffisance de la phase lutéale du cycle, anovulation chronique et au cours de son déroulement normal.
  • "Théorie de l'intoxication hydrique" Si nous considérons la pathogenèse en détail, la clé du point de vue de cette théorie est l'hormone aldostérone.

    Dans le contexte de l'hyperestrogème relatif, il se produit une augmentation de la sécrétion d'angiotensinogène dans le foie, qui se transforme ensuite en angiotensine-2. L'augmentation du niveau de cette dernière entraîne une production accrue d'hormone adénocorticotrope (ACTH) par l'hypophyse antérieure.

    D'autre part, une augmentation de la sécrétion d'ACTH (comme stimulateur de la production de catécholamines - hormones du stress) se produit sous l'influence du stress et d'une petite quantité de sérotonine, également observée pendant la période prémenstruelle.

    La progestérone elle-même agit en tant qu'antagoniste de l'hormone antidiurétique (ADH, vasopressine). Par conséquent, dans le contexte de son absence en phase prémenstruelle, la production d'ADH augmente. Le but de l’ADH est d’augmenter le volume de sang en circulation grâce à la rétention de sodium et d’eau dans le corps, qu’il atteint en stimulant l’ACTH.

    Свободные фракции эстрогенов в крови женщины оказывают влияние на подвластные дофамину реакции в центральной нервной и других системах. Изменение активности дофамина в свою очередь также повышают выработку АКТГ.

    En conséquence, tous les moyens conduisent au fait que le niveau d'une quantité accrue d'hormone adénocorticotrope par l'hypophyse stimule le cortex surrénal et sa production d'aldostérone.

    Alors, de quoi est responsable l'aldostérone? L'aldostérone est un membre du système rénine-angiotensine-aldostérone qui régule les échanges de liquide dans le corps. En conséquence, la réabsorption tubulaire est inhibée et la filtration cellulaire augmente - une rétention excessive de liquide et un gonflement des tissus se produisent.

    Les symptômes se forment à partir d'un œdème général et local: il y a une augmentation temporaire déraisonnable du poids corporel de 1 à 2 kg, un gonflement du stroma des glandes mammaires donne une mastalgie, les œdèmes sont dus à des maux de tête et des flatulences.

    Cette théorie a ses partisans et ses opposants, la pathogénie n’est pas entièrement comprise, mais un tel mécanisme a le droit d’être au même niveau que les autres.

  • Théorie psychosomatique. Explique l’émergence de symptômes mentaux puis somatiques par l’influence des hormones stéroïdiennes (beaucoup d’oestrogènes et de peu de progestérone) sur le niveau de dopamine, de bêta endorphines, de mélatonine. Et à leur tour, ils contribuent à un changement d'humeur et de processus métaboliques.
  • Théorie allergique - Hypersensibilité à ses propres hormones stéroïdiennes - œstrogènes et progestérone, et aux fluctuations de leurs niveaux. Ceci explique dans certains cas le lien entre la phase du cycle menstruel et l’exacerbation de la réactivité allergique - il peut y avoir urticaire, prurit, rhinite allergique, etc.
  • Théorie de la prolactine. Il existe une légère augmentation du taux de prolactine dans la deuxième phase du cycle menstruel ou une hypersensibilité à sa concentration normale. La prolactine module l'action de nombreuses hormones, notamment l'aldostérone et la vasopressine, contribuant à la rétention d'eau et à l'apparition de symptômes cliniques appropriés.
  • Théorie de la prostaglandine. Certains symptômes du syndrome prémenstruel peuvent être associés à une synthèse altérée des prostaglandines E1 et E2, dont la production est sujette aux fluctuations œstrogène-gestagennymi. La production de prostaglandines se produit dans de nombreux organes et tissus: le cerveau, les glandes mammaires, la paroi intestinale, les glandes du tractus gastro-intestinal, les reins - un changement de leur activité affecte donc différents systèmes du corps. Le déficit en Pg E1 contribue aux troubles neuropsychiatriques - dépression, irritabilité, nervosité, jusqu'aux troubles affectifs. Le maintien des niveaux de Pg E1 est facilité par la consommation d'aliments riches en acides gras insaturés, en magnésium et en vitamines du groupe B (en particulier de la vitamine B6). La carence en Pg E2 entraîne une altération de la coordination du tonus vasculaire du cerveau: rétrécissement de l'intracrânienne et dilatation des vaisseaux extracrâniens. Ceci est associé à l'apparition de migraines et de symptômes neurologiques.
  • Effet de l'hormone mélanostimulante. L’hormone stimulant les mélanocytes est produite par l’hypophyse antérieure, dont l’activité tombe sous l’effet du déséquilibre œstrogène-progestérone. Le niveau de mélatonine est associé à la quantité d'endorphines et de sérotonine (hormones du bonheur et du plaisir), dont dépendent l'humeur, le comportement et les besoins humains. Et affecte également l'échange de prostaglandines, le résultat de la violation de ce qui est décrit ci-dessus.

    Ainsi, la pathogenèse du syndrome prémenstruel est le résultat d’une multitude de troubles neuro-endocriniens dans l’organisme, qui résultent d’un déséquilibre œstrogène et progestérone dans la seconde phase du cycle menstruel et entraînent des modifications de la sécrétion de neuropeptides, de dopamine, d’endorphines, de prostaglandines qui perturbent l’activité vitale de différents systèmes organiques.

    Le syndrome prémenstruel est causé par le dysfonctionnement de certaines parties du système nerveux central et de nombreux organes et systèmes qui en sont sujets, résultant d'une combinaison d'une prédisposition héréditaire à l'occurrence du syndrome - l'infériorité du système hypothalamo-hypophysaire - avec l'action de facteurs de stress néfastes et d'une déséquilibre des hormones sexuelles.

    La présence de différentes formes cliniques de syndrome prémenstruel s’explique par le fait que chaque organisme est caractérisé par la prédominance d’un mécanisme de pathogénie:

  • 1 Sous forme œdémateuse - activation du mécanisme de rétention d’eaux fluide à l’aldostérone, souvent déterminé par un taux réduit de progestérone.
  • 2 Dans la forme neuropsychiatrique - une violation de l'adaptation du système hypothalamo-hypophysaire.
  • 3 Avec forme céphalique - réactivité accrue du cortex surrénalien et influence des catécholamines.

    L'augmentation relative ou absolue de la concentration en œstrogènes est commune à toutes les formes.

    Certains auteurs, basés sur l'étude d'électroencéphalogrammes (activité électrique de différentes parties du cerveau), sont d'avis que dans l'apparition du syndrome, les troubles neurohormonaux au niveau du système hypothalamo-hypophysaire sont primaires, ce qui déclenche ensuite le reste des mécanismes via la propagation de signaux à travers la formation de réticules vers d'autres parties du cerveau.

    Le syndrome prémenstruel chez les femmes - qu'est-ce que c'est, pourquoi se produit-il? Symptômes et traitements

    De nombreuses femmes savent ce qu’est le syndrome prémenstruel, son interprétation, ses symptômes et son traitement. Les hommes sous cette abréviation signifient souvent la menstruation elle-même, ce qui est fondamentalement faux. Qu'y a-t-il derrière ce nom et s'il faut le traiter?

    Syndrome prémenstruel (PMS) - Il s'agit de tout un ensemble de changements dans le corps de la femme, qui se manifestent par un changement de la condition physique et du fond émotionnel. Il commence à apparaître en moyenne une semaine avant le début des règles, mais une période plus précise est 2 à 10 jours. Au cours de cette période, le corps de la femme subit des modifications du fond hormonal. Les oligo-éléments sont déséquilibrés, ce qui entraîne une modification de l’humeur et un inconfort.

    Le syndrome prémenstruel (PMS) est une combinaison de changements dans le corps d’une femme.

    Le décodage du syndrome prémenstruel peut prendre les formes suivantes:

  • syndrome prémenstruel
  • syndrome cyclique
  • syndrome de tension prémenstruelle.

    Selon les statistiques, les symptômes du SPM chez les femmes sont exposés différemment à certaines périodes. Par exemple, seulement 1/5 des femmes de moins de 30 ans sont atteintes du syndrome prémenstruel. Parmi les personnes du beau sexe âgées de 30 à 40 ans, les signes du syndrome prémenstruel se manifestent dans presque la moitié des cas. À la fin de la période de reproduction, environ 60% d'entre elles en font l'expérience. On remarque que les femmes sont le plus souvent exposées aux manifestations du syndrome, qu'elles souffrent d'insuffisance pondérale et qu'elles sont soumises à un stress intellectuel. On le trouve également principalement chez les femmes de race blanche.

    Le plus souvent, le nombre de jours avant le début du cycle menstruel dépend de l'âge - il commence progressivement à apparaître au cours des périodes antérieures et est difficile. Il est prouvé que les filles qui commencent seulement tous les mois ne font pas du tout face aux manifestations du syndrome prémenstruel. Des exceptions se produisent dans des cas extrêmement rares.

    Il est à noter que pendant cette période la femme devient plus irritable, elle est sujette à de fréquents changements d'humeur. Il peut y avoir une légère douleur dans l'abdomen et un engorgement des glandes mammaires. Beaucoup de filles ne peuvent pas comprendre si le syndrome prémenstruel ou la grossesse se manifeste de manière similaire, mais en général, avec l'âge, elles apprennent à reconnaître les signaux de leur corps.

    Les causes

    Lorsque les femmes souffrent du syndrome prémenstruel, les symptômes augmentent progressivement et finissent complètement avec l’apparition de la menstruation. Les médecins ont prêté attention à ce schéma, même à l'époque de la médecine ancienne. Même à ce moment-là, Galen a remarqué une corrélation entre le début imminent d'un nouveau cycle et l'état d'une femme.

    Des études plus précises ont été menées au milieu du vingtième siècle. Il a été constaté que c’est le niveau de progestérone et sa relation avec le niveau d’œstrogènes dans le corps qui ont une incidence sur l’apparition des symptômes du SPM. Il a également été noté que pendant cette période, les femmes avaient un déficit en vitamine B9 et magnésium.

    Les médecins ne connaissent toujours pas la cause du syndrome prémenstruel

    Il n'y a pas de raisons précises pour lesquelles le syndrome prémenstruel se produit et ce qui provoque le syndrome prémenstruel. On remarque que cet état peut devenir la raison pour laquelle des actions téméraires et des décisions impulsives sont commises. Pendant cette période, le beau sexe peut ressentir une sorte de malaise qui peut parfois les amener à douter - le syndrome prémenstruel ou la grossesse devient la cause de cette affection.

    Les médecins distinguent des facteurs provocants:

  • abaissant le niveau de l'hormone du bonheur - sérotonine,
  • carence en pyridoxine (vitamine b6),
  • carence en magnésium
  • troubles du poids - à la fois sa carence et son excès,
  • l'hérédité
  • pics hormonaux fréquents: réception du COC, avortements,
  • fumer
  • Fait intéressant:Selon la théorie du biologiste australien Michael Gillings, l’apparition du syndrome prémenstruel a un passé évolutif. Au cours de cette période, les changements hormonaux sont en train de changer, de sorte qu'une femme peut s'écarter de l'homme à la fécondité faible.

    Un trait distinctif de cette affection est le fait que pendant le syndrome prémenstruel, les symptômes diffèrent toujours de façon très nette. Certains médecins identifient jusqu'à 150 symptômes différents du syndrome. On pense qu'il y a normalement jusqu'à 4 signes. Si l'indicateur est compris entre 4 et 10, il s'agit de manifestations du syndrome prémenstruel de gravité modérée. Plus de 10, il s'agit déjà d'un syndrome grave, qui entraîne généralement une invalidité de la femme. Connaissant les signes spécifiques, vous pouvez facilement savoir comment distinguer le syndrome prémenstruel de la grossesse.

    Manifestations végéto-vasculaires

    Au cours du syndrome prémenstruel, un grand nombre de signes du système cardiovasculaire commencent à apparaître chez les femmes. Cela est dû au fait qu'une quantité excessive de prostaglandines est formée dans le corps, ce qui provoque de tels états:

  • sauts brusques de la pression artérielle
  • migraine,
  • vertige
  • nausée
  • vomissements
  • troubles du rythme cardiaque
  • peut commencer à faire mal au cœur.

    Ces symptômes sont assez rares, mais avec l’âge, la probabilité de leur apparition augmente.

    Manifestations psycho-émotionnelles

    L'engorgement des glandes mammaires est le "héraut" le plus commun du début d'un nouveau cycle: avec le syndrome prémenstruel, le sein de la plupart des filles fait mal. Mais non moins rares sont les changements dans le fond émotionnel, qui sont beaucoup plus perceptibles pour les autres que les douleurs à la poitrine.

  • Sautes d'humeur rapides. C'est pendant cette période que la fréquence des chutes peut être très importante. Sachant ce qu'est le syndrome prémenstruel chez les filles, on peut facilement distinguer cette période uniquement pour le symptôme indiqué.
  • La dépression et la dépression.
  • Augmentation de l'irritabilité, ce qui provoque souvent une action impulsive.
  • Troubles du sommeil - à la fois son absence et sa trop longue «hibernation».
  • La distraction pendant cette période est plus aiguë que jamais. Certains médecins comparent même cette condition avec la grossesse et trouvent une relation entre l'augmentation du niveau de progestérone et l'oubli.
  • Attaques de panique. Cette caractéristique est extrêmement rare et indique souvent une forme de crise du syndrome.
  • Augmentation de l'agressivité.
  • L'apparition de tendances suicidaires. Des pensées suicidaires peuvent apparaître plusieurs fois par jour - les femmes ne le sont que rarement, mais ce symptôme se manifeste également.

    C'est important!Le retard du syndrome prémenstruel, ainsi que son apparition trop précoce, peuvent être une cause de troubles hormonaux. Si une femme est systématiquement confrontée à des manifestations du syndrome mais que celles-ci ont soudainement cessé, il est nécessaire de consulter un médecin.

    Le syndrome prémenstruel chez les femmes peut avoir lieu sous plusieurs formes:

  • Forme neuropsychique. Dans ce cas, les violations de la sphère émotionnelle se produisent le plus souvent.
  • Forme céphalique. Elle se caractérise par des migraines fortes et prolongées.
  • Forme gonflée. Causé par des violations de l'équilibre eau-sel et conduit à l'accumulation de liquide dans les tissus. La soif est fréquente et la pression artérielle peut augmenter.
  • Formulaire de crise. C'est considéré comme l'un des plus difficiles. Accompagné de fortes poussées de pression et de perte d'efficacité pendant cette période.

    L’humeur d’une femme pendant le syndrome prémenstruel peut changer fréquemment

    Lorsque le syndrome prémenstruel se produit, le traitement est effectué uniquement dans les cas où le syndrome interfère avec la vie quotidienne. Le déchiffrement du PCI montre qu’avec l’apparition de la menstruation, les signes disparaissent d'eux-mêmes. Toutefois, dans certains cas, lorsque le syndrome se prolonge dans le temps et entraîne de graves perturbations du travail, un traitement spécialisé est mis en œuvre pour en atténuer les symptômes.

    Traitement de la toxicomanie

    En présence de troubles psycho-émotionnels, une femme se voit prescrire des antidépresseurs ou des tranquillisants. Des sédatifs peuvent être prescrits pour les symptômes légers. Mais leur réception doit être strictement contrôlée par un médecin. Quel groupe de médicaments sera prescrit, le médecin décide en fonction de la netteté des symptômes.

    En présence de migraines, il est recommandé d'utiliser des anesthésiques à base d'ibuprofène. De tels médicaments éliminent rapidement les symptômes désagréables. Un œdème accru sera la raison de l’administration de diurétiques, qui doit être commencé plusieurs jours avant l’apparition du syndrome prémenstruel.

    Traitement à domicile

    Plus souvent, un traitement à domicile est administré, ce qui aide à se débarrasser des manifestations pulmonaires du syndrome:

  • L'exercice augmente le niveau d'endorphine dans le sang et aide à vaincre la dépression.
  • Un bon sommeil aidera à normaliser le système nerveux et à atténuer les sautes d'humeur.
  • Il est nécessaire de limiter la consommation de caféine et de sucreries pendant cette période. Cela aidera à éviter la prise de poids, les éruptions cutanées et facilitera le métabolisme.
  • Prendre des vitamines. Les vitamines du groupe B et de la vitamine C sont particulièrement utiles, car leur utilisation régulière contribue à maintenir la capacité de travail.

    Prévention

    La prévention du syndrome prémenstruel chez les femmes devrait être faite chaque mois quelques jours avant le début. Habituellement, les recommandations ci-dessus concernant les méthodes de traitement à domicile sont suffisantes - elles aident à normaliser le fonctionnement du système nerveux et à soulager les symptômes désagréables. Sachant quoi faire avec le syndrome prémenstruel, il est beaucoup plus facile de transférer cette période de manière indépendante et de la faciliter pour les autres.

    PMS: symptômes et méthodes de leur soulagement. Comment prévenir le syndrome prémenstruel ruiner votre vie?

    PMS a longtemps cessé d'être un terme exclusivement médical. Les personnes non informées ont tendance à expliquer au SPM les problèmes relationnels, l'insatisfaction, l'irritabilité et la complexité de certaines femmes en général. Cependant, le syndrome prémenstruel (SPM) ne se manifeste pas uniquement par des changements d'humeur. Il s’agit d’un ensemble complexe de symptômes qui provoquent tous beaucoup d’angoisse pour les femmes atteintes du SPM.

    Le syndrome prémenstruel est un phénomène insuffisamment étudié et, dans une certaine mesure, mystérieux, même pour les médecins. Très probablement, pour que le syndrome prémenstruel soit prononcé, plusieurs facteurs doivent être réunis. Il ne fait aucun doute que la principale cause du syndrome prémenstruel est due aux fluctuations mensuelles du niveau d'hormones, qui entraînent une diminution de la production de certains neurotransmetteurs, en particulier des endorphines, responsables de la bonne humeur.

    Cependant, les choses ne sont pas si simples. Loin de toutes les femmes ressentent régulièrement l'effet de PCI, et certaines ne sont pas du tout familiarisées avec ce phénomène dans leur propre pratique. D'autres éprouvent tous les mois la gamme complète de tous les symptômes. Les scientifiques pensent que la génétique joue un rôle identique (des jumeaux identiques, génétiquement identiques, sont également affectés par le syndrome prémenstruel) et un mode de vie (une alimentation déséquilibrée et un manque de vitamines et de minéraux provoquent une aggravation des symptômes).

    Le syndrome prémenstruel apparaît de 2 à 10 jours avant l’apparition de la menstruation et s’arrête en général au premier congé. On remarque que plus une femme est âgée, plus son PIC est long et plus il devient prononcé.

    Formes du syndrome prémenstruel et leurs manifestations

    Les sautes d'humeur ne sont en aucun cas le seul signe du syndrome prémenstruel. Cette condition peut sérieusement affecter l’état psychologique et physique de la femme.

  • Anxiété, irritabilité, pleurs, sensation de dépression.
  • Changements fréquents et d'humeur.
  • Problèmes de sommeil - insomnie, réveil nocturne constant, somnolence diurne.
  • Fatigue, léthargie et passivité.
  • Distraction, difficulté à se concentrer.

    Symptômes physiques du syndrome prémenstruel:

    • Douleur des glandes mammaires, augmentation de leur volume.
    • Un œdème, parfois assez perceptible.
    • Migraine ou vertiges.
    • Nausées et vomissements.
    • Douleur dans le dos et les articulations.
    • La soif, qui est accompagnée de mictions fréquentes.
    • Troubles gastro-intestinaux.
    • Attaques de palpitations, fièvre.
    • L'apparition d'irritation sur la peau.
    • Traction à la nourriture - principalement au sucré et salé.

    Le stress et le surmenage sont des facteurs de risque pour le syndrome prémenstruel. Il a été observé que les résidents des grandes villes souffrent plus souvent du syndrome prémenstruel que les habitants des villages et les travailleurs plus souvent que les femmes au foyer.

    Si le cas se limite à 2 ou 3 symptômes de cette liste, nous pouvons parler d'une forme bénigne du syndrome prémenstruel. Si vous connaissez au moins 5 symptômes du syndrome prémenstruel, mais que ces symptômes sont prononcés et se font connaître deux semaines avant le début de la menstruation, il s'agit déjà d'un degré grave.

    ПМС может стать очень серьезной проблемой — некоторых женщин этот синдром лишает работоспособности на несколько дней, он не лучшим образом сказывается на отношениях с домашними, да и самой женщине бывает тяжело ежемесячно переносить «маленькую депрессию», которая к тому же сопровождается разладом во всем организме.

    Содержание

    На сегодняшний день точно неизвестно, когда возникли учения о предменструальном синдроме. Un autre médecin romain, Soran Efessky, a suggéré que la maladie d’une femme avant la menstruation dépend de la région où elle vit. L’ancien médecin Galen a évoqué les liens entre la condition douloureuse de la femme quelques jours avant les saignements cycliques et les phases de la lune. Cependant, les scientifiques russes Alexander Reprev et Dmitry Ott ont réalisé les premières études scientifiques sur le caractère cyclique des fluctuations de certains paramètres physiologiques. En 1931, Robert Frank, dans son article "Causes hormonales de la tension prémenstruelle" (ing. Les causes hormonales de la tension prémenstruelle), en donna une définition officielle - "tension prémenstruelle" (également appelée tension prémenstruelle), et formula et expliqua également certaines des causes de la physiopsie. violations. Selon lui, une partie des symptômes étudiés était due à une diminution du taux sérique de progestérone. Après 10 ans, Lewis Gray décrivit les troubles psychosexuels de la femme au cours du syndrome prémenstruel [2]. Depuis lors, la maladie est considérée comme une unité nosologique, qui est incluse dans la classification des maladies de la 10e révision par l'Organisation mondiale de la santé [6].

    Au fil du temps, l’attention au problème de ce symptôme augmente. Cela peut s'expliquer par une augmentation de l'incidence de la maladie et des aspects socio-économiques, car dans environ 5% des cas, les symptômes sont prononcés et entraînent une diminution de la capacité de travail et du niveau d'adaptation familiale et sociale [6].

    Selon l’hypothèse du biologiste australien Michael Gillings, expliquant la faisabilité de l’existence du syndrome prémenstruel (SPM) du point de vue de la sélection naturelle, avec les états menstruels nerveux et irritable précédents, les chances de séparation d’une femme avec augmentation du partenaire stérile, ce qui constitue un avantage évolutif, ce qui constitue un avantage évolutif en raison duquel PMS est resté dans la population [ 7].

    En médecine moderne, on distingue les formes cliniques suivantes du syndrome prémenstruel [8].

    • Neuropsychique - sous cette forme, les symptômes tels que: irritabilité, dépression, faiblesse, larmoiement, agressivité prédominent. La dépression prédomine chez les jeunes femmes et l'agressivité chez les femmes en périménopause [9].
    • Oedémateux - cette forme est caractérisée par le développement d'un engorgement prononcé et d'une douleur des glandes mammaires, d'un gonflement du visage, des jambes et des doigts. Beaucoup de femmes transpirent, ont une sensibilité accrue aux odeurs [9].
    • Céphalique - caractérisé par le développement d'un mal de tête pulsant irradiant vers les globes oculaires. Les maux de tête sont généralement accompagnés de nausées et de vomissements. La pression artérielle ne change pas. Environ un tiers des patients atteints de cette forme souffrent de dépression, de douleurs dans la région cardiaque, de transpiration excessive et d'un engourdissement des mains [9].
    • Crise - caractérisé par des crises sympathiques-surrénaliennes. Les crises commencent par une élévation de la pression artérielle, puis il y a une sensation de pression derrière le sternum, la peur de la mort, une sensation de battement de coeur rapide. Les crises surviennent généralement le soir ou la nuit et peuvent être causées par des situations stressantes, la fatigue et des maladies infectieuses. Les crises peuvent souvent entraîner une miction abondante [9].
    • Atypique[1] .

    En outre, le syndrome prémenstruel est divisé en étapes [1]:

    • compensés (les symptômes au stade ne progressent pas avec l’âge et s’arrêtent avec l’apparition de la menstruation),
    • sous-compensée (la gravité du syndrome prémenstruel à ce stade est aggravée avec l'âge et les symptômes ne disparaissent qu'après la fin de la menstruation),
    • décompensée (à ce stade, les symptômes du syndrome prémenstruel persistent plusieurs jours après la fin des menstruations et les intervalles entre leur cessation et leur apparition sont réduits).

    En fonction de la gravité des signes cliniques, le syndrome prémenstruel est divisé en degrés doux et sévère [10].

    On distingue aujourd'hui les principaux facteurs de risque de développement du syndrome prémenstruel [2]:

    • Les Caucasiens,
    • vivre dans les grandes villes
    • travail intellectuel,
    • la présence du syndrome prémenstruel chez une soeur jumelle identique,
    • âge reproducteur tardif
    • la présence de stress et de dépression,
    • les grossesses fréquentes ou, au contraire, leur absence,
    • fausses couches ou avortements,
    • toxicose des femmes enceintes,
    • la présence d'effets secondaires lors de la prise de contraceptifs oraux combinés,
    • chirurgie gynécologique
    • maladies inflammatoires des organes reproducteurs,
    • candidose génitale,
    • lésion cérébrale traumatique
    • neuroinfection,
    • autres maladies neuroendocrines
    • manque d'activité physique
    • nutrition déséquilibrée.

    La fréquence du syndrome prémenstruel dépend complètement de l'âge de la femme: plus elle est âgée, plus elle est fréquente et varie de 25 à 90%. Entre 19 et 29 ans, le syndrome prémenstruel est observé chez 20% des femmes. Après 30 ans, le syndrome survient chez environ une femme sur deux. Après 40 ans, la fréquence atteint 55%. Il y avait aussi des cas où le syndrome prémenstruel a été observé chez les filles immédiatement après l'apparition des premières règles. En outre, le syndrome prémenstruel est plus souvent observé chez les femmes émotionnellement labiles présentant un déficit pondéral et un stress intellectuel. Certains facteurs, tels que l'accouchement et l'avortement, les stress neuropsychiques et les maladies infectieuses jouent un certain rôle dans la manifestation des symptômes du syndrome cyclique. Le syndrome prémenstruel survient le plus souvent chez les femmes atteintes de troubles du système nerveux central, du tractus gastro-intestinal et du système cardiovasculaire et peut être observé à la fois pendant le cycle ovulatoire (cycle dans lequel l'ovule quitte l'ovaire dans la cavité corporelle) et pendant l'anovulothérapie dans lequel il n’ya pas de libération de l’oeuf) [3] [6] [9] [11].

    Actuellement, les mécanismes étiopathogénétiques du syndrome ne sont pas bien compris. Il existe de nombreuses hypothèses expliquant l'apparition des symptômes du syndrome prémenstruel, mais pour le moment, il n'y a pas de justification physiopathologique et biochimique claire de son apparition et de son développement. Aujourd'hui, les scientifiques étudient plusieurs théories sur l'étiologie du syndrome prémenstruel [12]:

    • hormonal,
    • allergique,
    • la théorie de "l'intoxication à l'eau",
    • la théorie de l'activité hyperadrénocorticale et une augmentation de l'aldostérone [3],
    • théorie des troubles psychosomatiques [8].

    La toute première théorie établie de la genèse du syndrome prémenstruel est hormonal, fondée par Robert Frank. En 1931, il suggéra que le syndrome prémenstruel était dû à une violation du ratio œstrogène et progestérone dans la phase lutéale du cycle menstruel. L'excès de la première hormone et l'absence de la seconde contribuent au développement de symptômes tels que, par exemple, maux de tête, faiblesse, fatigue accrue, diminution de la diurèse. Cela s'explique par le fait qu'une grande quantité d'œstrogènes provoque une hypoglycémie, caractérisée par une sensation de fatigue, et que le manque de progestérone entraîne une rétention d'eau dans le corps [12] [13]. La thèse principale de la théorie hormonale est la thèse suivante: «Le syndrome prémenstruel n'existe pas sans activité ovarienne», autrement dit, le syndrome prémenstruel ne peut pas se produire avant la puberté, après la ménopause, pendant la grossesse et chez les femmes ne présentant pas d'ovaires [2].

    À l'heure actuelle, certains travaux prouvent que le fond hormonal d'une femme ne change pas avec le syndrome prémenstruel (par exemple, le travail d'Oettel en 1999). À cet égard, on peut supposer que le syndrome prémenstruel se développe non seulement à partir d'un déficit en progestérone, mais également à partir des caractéristiques de son métabolisme dans le système nerveux central. Dans le métabolisme normal, la progestérone est capable de former de l’allopregnanolone, qui stimule les récepteurs GABA-A et augmente également l’activité des canaux ioniques chlorures des membranes neurales, produisant un effet sédatif. Lors de troubles métaboliques de la progestérone dans le SNC, l’hormone produit de la prégnanolone, un antagoniste des récepteurs A et B-GABA, dont la présence peut expliquer les manifestations cliniques du syndrome prémenstruel. Le pregnanalon peut également causer une dépression, souvent liée au syndrome prémenstruel. En outre, la théorie hormonale du syndrome prémenstruel (2) prend en compte les modifications du contenu en androgènes (tels que la testostérone, l'androstènedione, etc.), les corticostéroïdes, ainsi que l'hyperproduction des lobes postérieurs et moyens de l'hypophyse [2].

    Selon théorie allergique, syndrome prémenstruel est le résultat d'une hypersensibilité à la progestérone endogène. Il est possible de prouver son essence à l'aide d'un test intracutané positif avec des hormones stéroïdes sexuelles dans la phase lutéale du cycle menstruel [2].

    Théorie de "l'intoxication à l'eau" affirme que la rétention hydrique chez les patients atteints du syndrome prémenstruel est causée par des troubles neuroendocriniens, tels que des modifications du système rénine-angiotensine-aldostérone. On suppose qu'une augmentation de la sécrétion d'hormone corticotrope par l'hypophyse sous l'influence du stress, ainsi que des taux élevés d'hormones, la sérotonine et l'angiotensine II, affectent l'augmentation de la production d'aldostérone. L'angiotensinogène, à son tour, est sécrété par le foie sous l'influence des œstrogènes, et la rénine est une enzyme qui convertit l'angiotensinogène en angiotensine [12].

    Théorie de l'activité hyperadrénocorticale et d'une augmentation de l'aldostérone émet l'hypothèse selon laquelle les œstrogènes peuvent augmenter les taux plasmatiques de rénine en augmentant l'angiotensinogène hépatique, ce qui augmente l'activité des hormones rénine et l'angiotensine II, ce qui entraîne un excès d'aldostérone. À son tour, la progestérone augmente l'activité de la rénine, entraînant une augmentation de la sécrétion et de l'excrétion de l'aldostérone. Ainsi, avec l’aldostéronisme, il se produit une réabsorption du sodium dans les tubules rénaux, au cours de laquelle le potassium et le calcium sont perdus et le liquide s’accumule dans les tissus. La progestérone est un antagoniste de l’aldostérone, ce qui signifie que, s’il est déficient, un hyperaldostéronisme secondaire peut se développer [3].

    La théorie la plus moderne de la genèse du syndrome prémenstruel est théorie des "troubles du métabolisme des neurotransmetteurs dans le système nerveux central". Selon cette hypothèse, le syndrome prémenstruel peut être considéré comme un trouble fonctionnel du système nerveux central en raison de l'action de facteurs externes sur le fond de la labilité congénitale ou acquise du système hypothalamo-hypophyso-varial [2].

    Au cours des dernières années, dans la pathogenèse du PCI, une attention considérable a été portée à la peptides lobe intermédial de l'hypophyse: hormone mélanostimulante. Cette hormone, sous l’influence des stéroïdes sexuels et lorsqu’elle interagit avec l’endorphine, peut contribuer aux changements de l’humeur. Les endorphines peuvent également provoquer des changements d'humeur, de comportement, d'appétit et de soif. Dans certains cas, une augmentation des taux de prolactine et de vasopressine induite par les endorphines et leur effet inhibiteur sur l'action de la prostaglandine E peuvent inclure un engorgement des glandes mammaires, une constipation, une rétention d'eau et une flatulence [8].

    En outre, le développement du syndrome prémenstruel peut être dû à la présence de avitaminose dans la phase lutéale du cycle menstruel [3].

    Les cycles menstruels de la femme sont directement liés aux ovaires et, par conséquent, aux œstrogènes. L'estradiol est l'hormone la plus active du groupe des œstrogènes. Elle est synthétisée dans les follicules. Les deux autres œstrogènes, dérivés de l'œstradiol, sont synthétisés même dans les glandes surrénales et le placenta. Au cours du cycle menstruel, ces hormones induisent une prolifération de l'endomètre et de l'épithélium vaginal, ainsi qu'une augmentation de la sécrétion de mucus par les glandes cervicales. De plus, la sécrétion d'œstrogènes stimule la manifestation de caractères sexuels secondaires chez la femme, une augmentation des glandes mammaires pendant la grossesse, la synthèse de nombreuses protéines de transport et la régulation de l'hormone lutéinisante et de la GnRH [14] [15].

    La progestérone, à son tour, est produite par le corps jaune de l'ovaire, le placenta et les glandes surrénales. Il se forme dans la seconde moitié du cycle menstruel, agit sur l'endomètre et induit une sécrétion de mucus. En plus des œstrogènes, la progestérone est responsable de l’augmentation des glandes mammaires de la femme pendant la grossesse. En outre, cette hormone a pour fonction de restreindre les muscles contractiles de l'utérus et son utilisation de 5 à 25 jours du cycle menstruel peut ralentir l'ovulation [15].

    Le tableau clinique du syndrome prémenstruel est caractérisé par sa diversité symptomatique. Il comprend [9]:

    • symptômes psycho-émotionnels (par exemple, irritabilité, dépression, larmoiement),
    • symptômes de troubles végétatifs-vasculaires (maux de tête, nausées, vomissements, douleurs cardiaques),
    • symptômes qui traduisent des troubles métaboliques et endocriniens (engorgement des glandes mammaires, gonflement, démangeaisons, fièvre, etc.).

    Selon la prévalence de certains symptômes, il existe quatre formes cliniques principales de la maladie: neuropsychiatrique, œdémateux, céphalgique et croquant. En outre, en fonction du nombre, de la durée et de l'intensité des symptômes au cours du syndrome prémenstruel, des formes bénignes et graves de la maladie peuvent être distinguées. La forme bénigne du syndrome prémenstruel comprend une affection caractérisée par 3 à 4 symptômes 2 à 10 jours avant la menstruation, et une forme grave comprend une affection caractérisée par 5 à 12 symptômes 3 à 14 jours avant le début de la menstruation. On distingue également trois stades du syndrome: compensé, sous-compensé et décompensé [8].

    Clinique forme neuropsychique Le syndrome prémenstruel se caractérise par des symptômes tels que l'irritabilité, la dépression, la faiblesse, l'agressivité, des larmoiements, ainsi qu'une sensibilité accrue aux odeurs et aux sons, un engourdissement des extrémités, un engorgement des glandes mammaires et des flatulences. Il a été noté que si les jeunes femmes atteintes de cette forme de syndrome prémenstruel sont dominées par la dépression, l’agressivité prévaut à l’âge de transition. La forme neuropsychique occupe le premier rang en termes de prévalence parmi les autres formes; elle est observée chez environ 43,3% des patientes. L'âge moyen des patients atteints de cette forme de SPM est de 33 ± 5 ans. En début de procréation, cette forme est enregistrée chez 18%, en reproduction active - à 69%, à la fin - chez 40% des personnes atteintes du syndrome prémenstruel [2] [8].

    Dans le tableau clinique forme œdémateuse Le syndrome prémenstruel est dominé par la sensibilité des glandes mammaires, un gonflement du visage et des extrémités, des ballonnements, des démangeaisons cutanées, une transpiration et une faiblesse. La plupart des femmes atteintes du syndrome prémenstruel en phase lutéale ont une rétention hydrique allant jusqu'à 500-700 ml. La forme œdémateuse du syndrome prémenstruel se classe au troisième rang en termes de prévalence parmi les autres formes de maladie cyclique, cédant au traitement neuropsychiatrique et céphalique (retrouvée chez 20% des femmes). Cette forme de SPM est plus fréquente chez les femmes en âge de procréer précoce (≈ 46%), et la forme la moins œdémateuse se retrouve chez les femmes en âge de procréer actif (6%) [2] [8].

    Tableau clinique forme céphalique Le syndrome prémenstruel est caractérisé par des maux de tête, irritabilité, nausée, vomissements, vertiges, sensibilité accrue aux odeurs et aux sons, dépression, douleurs cardiaques, engorgement des glandes mammaires, engourdissement des mains, transpiration. Le mal de tête avec cette forme de la maladie est palpitant, se contracte et commence dans le lobe temporal. Le SPM céphalgique est caractérisé par une évolution sévère avec des rechutes constantes. En termes de prévalence, cette forme occupe la deuxième place et concerne environ 20% des femmes atteintes du syndrome. Le plus souvent observé chez les patients en âge de procréer précoce et tardif (32% et 20%, respectivement) [2] [8].

    Avec forme de crise Le syndrome prémenstruel a provoqué des crises sympatho-surrénaliennes débutant par une augmentation de la pression artérielle, l'apparition de la peur de la mort, une sensation de constriction de la poitrine, un engourdissement des extrémités. Les crises surviennent généralement le soir ou la nuit et se terminent par une miction abondante. De telles crises peuvent être le résultat de stress prolongé, de fatigue, d'infections. Cette forme est la manifestation la plus grave du syndrome prémenstruel, mais la moins commune. Chez seulement 4% des femmes en âge de procréer, il existe une forme nette de SPM, chez 12,5% des patientes en âge de procréer et à 20% des femmes tardives [2] [8].

    Cependant, en plus de ces quatre formes de base du syndrome prémenstruel, il existe des forme atypique, y compris les formes hyperthermiques, hypersomniques, la forme ophtalmoplégique de la migraine, ainsi que les réactions allergiques cycliques. Forme hyperthermique caractérisée par une augmentation de la température corporelle dans la deuxième phase et sa diminution avec le début de la menstruation, forme hypersomnique - somnolence dans cette phase du cycle menstruel. Forme ophtalmoplégique de la migraine caractérisé par la fermeture unilatérale de l'œil, ainsi que par l'hémiparésie dans la phase lutéale. Réactions allergiques cycliques comprennent la gingivite ulcéreuse et la stomatite, les vomissements, l’asthme bronchique, l’iridocyclite, la migraine menstruelle [1].

    À ce jour, plus de 200 symptômes du syndrome prémenstruel sont connus, mais l'irritabilité, la tension et la dysphorie sont considérées comme les plus courantes [16].

    Il a été démontré que les symptômes du syndrome prémenstruel sont plus prononcés si le sang d’une femme contient plus de protéine C-réactive (HS-CRP), dont le taux augmente avec l’inflammation [17].

    В связи с тем, что симптомов ПМС насчитывается огромное количество, в диагностике заболевания имеются некоторые трудности. Основой проведения диагностики является цикличность патологических симптомов, возникающих за несколько дней до менструации. Les femmes atteintes de ce syndrome font souvent appel à des spécialistes de professions différentes selon la prévalence de certains symptômes. Toutefois, les médecins, qui ne sont pas au courant du syndrome prémenstruel, considèrent que le traitement de ces symptômes est positif, bien que le même effet soit sans traitement immédiatement après le début. la première phase du cycle menstruel, et avec l’apparition de la phase lutéale dans un mois, on note seulement une aggravation de l’état de la patiente [4] [8] [9].

    Souvent, l'établissement d'un diagnostic aide une femme à tenir un journal intime dans lequel tous les symptômes sont notés quotidiennement pendant tout le cycle menstruel. En outre, il est nécessaire de procéder à un électroencéphalogramme et rhéoencéphalographie vasculaire cérébrale, la définition de la prolactine, PGE2, progestérone dans le sang avant et pendant la menstruation. En fonction de la gravité de la maladie et de l'âge du patient, l'état du système nerveux central est également évalué, les niveaux de lésion cérébrale sont déterminés à l'aide d'études radiologiques et neurophysiologiques [8] [9].

    Dans la forme neuropsychique du SPM, il est nécessaire de consulter un neurologue et un psychiatre, qui, en règle générale, prescrivent l'EEG, le REG et la craniographie. Dans la forme oedémateuse, il est nécessaire de surveiller la diurèse et la quantité de liquide consommée dans les 3-4 jours avant et pendant la menstruation (dans l'état normal de fluide émis 300 à 400 ml de plus que la consommation). Avec cette forme de syndrome cyclique, une mammographie peut être prescrite, les taux d'azote et de créatinine résiduels sont également déterminés et la fonction excrétrice rénale est étudiée [12]. Lorsque la forme céphalique du syndrome prémenstruel est observée, des modifications des os de la voûte crânienne et de la selle turque sont observées, associées à la prise de rayons X, à l’EEG, à la REG et à l’examen du fond. Il est recommandé de consulter un neurologue, un oculiste et un allergologue [8] [9]. Lorsque l'ICP se présente sous forme de gel, la diurèse, la quantité de liquide consommée et la pression artérielle sont mesurés. EEG conduit, REG des vaisseaux cérébraux, craniographie [13].

    Pin
    Send
    Share
    Send
    Send