L'hygiène

Pilules contraceptives et sécrétions brunes - lorsque vous devez tirer la sonnette d'alarme

Pin
Send
Share
Send
Send


Un certain nombre de médicaments contraceptifs sont utilisés non seulement pour prévenir les grossesses non désirées, mais également pour corriger les paramètres hormonaux en cas de survenue de certaines pathologies gynécologiques, telles que les tumeurs kystiques de l'ovaire ou l'endométriose. Lors de l’utilisation de la pilule contraceptive, certaines femmes remarquent l’apparition de sécrétions anormales au niveau des voies génitales, qui ne peuvent qu’être alarmantes. Leur caractère peut être différent, du mucus abondant au sanglant. Les causes d'un écoulement anormal peuvent être divers facteurs, notamment la sélection incorrecte de contraceptifs oraux, qui peut entraîner une modification importante de l'équilibre hormonal chez la femme. Un changement important des taux d'hormones affecte gravement l'état de santé, et un certain nombre de mesures thérapeutiques sont nécessaires pour les ramener à des valeurs normales.

Contenu de l'article:

Informations générales sur le mécanisme d'action des contraceptifs

Pour comprendre si la prise de médicaments contraceptifs peut sérieusement changer la nature des sécrétions vaginales et comment distinguer la pathologie de la norme, vous devez comprendre le principe d'action des contraceptifs oraux.

Les contraceptifs sont divisés en 2 types principaux:

1 hormone (dans leur composition d'analogues synthétiques d'hormones naturelles),

Ces derniers ne sont pas pris par voie orale, ils sont destinés à une administration vaginale. Leur composition contient des composants qui désactivent les spermatozoïdes et des substances qui contribuent au développement de mucus spécial, ce qui empêche leur mouvement. Ces comprimés vaginaux ont des propriétés bactéricides et protègent le tractus génital de la pénétration d'infections. Le principal inconvénient de cette méthode de contraception est la nécessité d'introduire des comprimés dans le vagin juste avant le contact sexuel, ce qui implique une planification préalable, ce qui n'est pas toujours pratique. La fiabilité contraceptive élevée est fournie par les médicaments hormonaux. Ils sont pris par voie orale, c'est pourquoi ils sont appelés contraceptifs oraux (OK). Ils peuvent être à composant unique ou combinés (COC).

Le processus de conception est impossible sans ovulation, lorsqu'un ovule mûr quitte le follicule. Dans des conditions naturelles, ce processus est régulé par le niveau d'œstrogène, atteignant la concentration la plus élevée pendant la période d'ovulation. Les contraceptifs hormonaux peuvent supprimer l’activité du processus ovulatoire, ce qui rend le processus de conception impossible. D'autres composants du COC (analogues de la progestérone) agissent sur la couche endométriale de l'utérus, rendant impossible le renforcement de l'ovule, même si la conception a réussi. De plus, les éléments constitutifs du médicament activent la production de mucus dans l'utérus, ce qui bloque la voie pour les spermatozoïdes perdus à l'intérieur. Cette action coordonnée de tous les composants des contraceptifs assure leur fiabilité contraceptive élevée. Si le contraceptif et son dosage sont choisis correctement, la femme le prend régulièrement, conformément aux instructions, le degré de fiabilité de la protection contre la grossesse est de 90% et plus.

OK ne viole pas la nature cyclique de la menstruation, la rendant moins douloureuse. Cependant, un écart par rapport au programme régulier d’alimentation peut nuire à l’équilibre hormonal. Le système hormonal est un mécanisme très délicat et délicat, son moindre changement peut entraîner de graves perturbations de l'activité des organes sexuels. L'une des manifestations du début du développement de processus pathologiques est le changement de la nature des sécrétions vaginales. L’anxiété chez les femmes lors de l’utilisation de l’OK provoque l’apparition d’un écoulement brun ou sanglant pendant la période intermenstruelle. Ils peuvent entraîner un écart par rapport au calendrier régulier du médicament ou le remplacer par un autre type de contraceptif. La nature anormale de l'allocation peut devenir pendant la période d'adaptation, lorsque le corps s'habitue à l'ingestion d'hormones synthétiques. Lorsqu'il est nécessaire d'avertir le médecin qui a recommandé le contraceptif, et quand ne vous inquiétez pas, vous devez comprendre.

Écoulement muqueux abondant, plus blanc, transparent

Pendant la période où les femmes prennent des contraceptifs, les pertes vaginales ont une consistance épaisse et une couleur blanche. Ceci est considéré comme l'une des options standard. Ce type de décharge n'est pas pathologique et ne nécessite pas de traitement spécial.

L’augmentation du volume de ces sécrétions peut être due à des modifications de la composition de la microflore vaginale. Les hormones entrant dans le corps, contenues dans la préparation contraceptive, stimulent l'activité des glandes de la muqueuse utérine, les obligeant à produire des sécrétions plus protectrices. Il se mélange aux sécrétions vaginales et augmente leur volume, laissant ainsi des traces sur le sous-vêtement. Malgré une augmentation marquée du débit, ils ne diffèrent pas par une odeur spécifique et désagréable et ne causent pas de gêne.

Les leucores physiologiques ont tendance à augmenter au cours d'une période donnée, qui coïncide avec la période ovulatoire du cycle menstruel et la période de plusieurs jours précédant le début de la menstruation. Les médicaments contraceptifs ne changent pas le cycle, mais suppriment l'activité des processus dans les ovaires, empêchant la maturation de l'ovule, prêt pour la fécondation. Par conséquent, lorsque vous prenez OK, les décharges qui n'ont pas une odeur forte et qui ne gênent pas la femme dans le vagin sont une affection naturelle qui ne nécessite aucune mesure thérapeutique.

Il convient de s'inquiéter de savoir si le mucus vaginal a acquis une odeur désagréable et a changé de texture pour devenir un état de fromage. Son écoulement est accompagné de démangeaisons et de brûlures des organes génitaux externes. Cela peut être un symptôme du muguet, qui se développe en raison de la modification de la composition de la microflore vaginale.

Saignement après OK hormonal

L'équilibre naturel des hormones dans le corps de la femme implique l'alternance d'augmenter et de diminuer la production d'œstrogènes et de progestérone au cours des différentes phases du cycle, ce qui vous permet d'agir clairement sur le mécanisme physiologique de la menstruation. Dans la phase de préparation de l'endomètre de l'utérus pour le processus d'ovulation, la production d'oestrogènes augmente, en l'absence de conception, la synthèse de progestérone augmente, la menstruation se produit.

Au tout début de la prise du médicament contraceptif, le corps peut ne pas avoir ces micro-doses d’hormones pour restreindre la production active d’œstrogènes; par conséquent, la survenue de saignements intermenstruels n’est pas exclue. Cependant, cette image ne dure pas plus de 2 mois, au cours desquels le corps est capable de s'adapter pour recevoir un médicament hormonal. Le plus souvent, on observe des sécrétions maigres avec une teinte brune plus près du milieu du cycle ou au début de celui-ci, elles ne provoquent pas de sensations douloureuses. Leur apparence même ne peut être considérée comme un signe que le choix du contraceptif a été mal fait. Sans s'écarter des pilules selon le schéma prescrit, la femme surmonte les difficultés de la période d'adaptation et ses saignements gênants cessent, et la menstruation se poursuit comme avant.

Cela vaut la peine de s'inquiéter lorsque cela prend beaucoup de temps (jusqu'à 4 mois), mais le repérage acyclique ne s'arrête pas et un certain nombre de signes les rejoignent sous la forme:

1 douleur abdominale basse

2 états d'inconfort lors d'un contact sexuel,

3 sensations de tirage pendant l'exercice, le sport,

4 tendresse dans les glandes mammaires.

Quand vous avez besoin de changer hormonal OK

Il est recommandé à une femme de tenir un journal spécial afin d’évaluer son état dans quelques mois à partir du moment où elle a commencé à prendre OK. Si après 2 mois, lorsque les sécrétions acycliques doivent normalement s'arrêter, la femme constate une tendance à les augmenter, vous devez consulter un médecin. Un point important est le moment de la survenue d'un écoulement sanglant intermenstruel. Par exemple, si du mucus brunâtre et sanglant apparaît à la fin de la menstruation ou plus près du milieu du cycle, il est possible que le corps ne dispose pas de suffisamment d'œstrogènes. Il est donc conseillé de passer de l'état OK à celui qui présente la plus forte concentration.

Lors de la répartition du mucus sanglant au cours de la période précédant l’apparition de la menstruation, il est nécessaire de compenser l’absence de progestatif. Le médecin peut donc recommander un contraceptif contenant une dose plus élevée. Des pertes de sang considérables au milieu du cycle devraient alarmer toutes les femmes. Et pas en vain, car cela peut être le signe d’un processus pathologique des tissus utérins, et les saignements utérins sont une complication grave qui met la vie en danger. Cette situation peut survenir à la suite d'un saut hormonal brutal dû à un dosage incorrect du médicament.

Les instructions pour les contraceptifs décrivent en détail les situations possibles avec des sécrétions vaginales. Parfois, il suffit de doubler la dose pour normaliser les hormones, et la décharge est revenue au niveau de la norme physiologique. Cependant, il est conseillé de le faire en ne vous fiant pas aux conseils donnés dans les instructions mais en suivant les recommandations de votre gynécologue traitant.

Quoi d'autre peut être les raisons pour les sécrétions après les pilules contraceptives hormonales

Le congé lié à l’utilisation de contraceptifs peut être associé non seulement à la période de dépendance, à la sélection incorrecte de contraceptifs, mais également à d’autres raisons. Ceux-ci comprennent:

1 La combinaison de la prise d’autres médicaments avec des médicaments hormonaux. Cela n’a pas toujours un effet positif sur les fonctions corporelles. Veillez donc à consulter un gynécologue.

2 Le développement de pathologies de nature inflammatoire ou infectieuse dans les organes du système reproducteur, comme l'indiquent certains symptômes sous forme de sensations douloureuses dans le bas de l'abdomen, une augmentation du débit avec une odeur désagréable et une modification de leur structure homogène.

3 La présence de mauvaises habitudes. La dépendance au tabac et à l'alcool affecte négativement l'équilibre hormonal.

Chaque femme doit savoir que tout écart par rapport à la norme pour prendre OK nécessite un appel au médecin. Son avis professionnel aidera à clarifier les causes des écarts et à prescrire un traitement adéquat.

Pin
Send
Share
Send
Send