La santé

Périodes douloureuses: causes, traitement

Pin
Send
Share
Send
Send


Il y a des femmes qui considèrent les jours les plus terribles de leur vie comme critiques. La dysménorrhée, ou douleur très intense pendant la menstruation, dont les causes ne peuvent être identifiées que par un gynécologue, éloigne simplement les femmes de l'ornière. Ces symptômes ne sont pas la norme, mais ils signalent de graves problèmes de santé. Ici, vous ne pouvez pas hésiter, vous devriez consulter un médecin dès que possible.

Quelle est la période menstruelle

La menstruation, ou mensuelle - est le processus de rejet d'une certaine partie de l'endomètre, au cours de laquelle se produisent des saignements. Le premier jour de la menstruation est considéré comme le début du cycle menstruel. Pendant cette période, une femme ne peut pas devenir enceinte.

Lors des saignements mensuels, il se produit une contraction intense des muscles utérins. Un spasme vasculaire se produit, ce qui empêche une bonne nutrition des tissus et entraîne donc une douleur intense pendant la menstruation. Les raisons sont enracinées dans les taux élevés de prostaglandines dans le sang. C'est-à-dire que pendant tout le mois, l'utérus se prépare à la fécondation de l'ovule et que sa cavité interne est recouverte de petits vaisseaux sanguins, qui devraient nourrir l'embryon en cas de conception. Si la grossesse ne se produit pas, alors ces tissus deviennent le corps n'est pas nécessaire. Il cherche à s'en débarrasser par la circulation sanguine.

La situation rappelle celle du «mini-accouchement», où l’utérus se contracte et tente de faire sortir les tissus indésirables, révélant ainsi le cou. Une douleur légère est tout à fait acceptable ici, mais on parle beaucoup de problèmes de santé. Les tolérer n'est pas nécessaire et tout doit être fait pour se débarrasser de la douleur mensuelle.

Douleur intense pendant la menstruation: causes

En règle générale, derrière un état similaire inconfortable, il existe un certain nombre de facteurs très différents, à savoir:

  • troubles hormonaux chez la femme,
  • inflammation de l'utérus ou des appendices,
  • l'endométriose, y compris l'adénomyose,
  • fibromes (fibromes) ou toute autre formation dans l'utérus,
  • polypes dans l'environnement utérin,
  • violation de la production de progestérone,
  • kyste ovarien
  • grossesse extra-utérine.

Peut causer du stress et une tension nerveuse prolongée, ainsi que de fortes douleurs pendant la menstruation. Raisons pour aider à installer un spécialiste. Le gynécologue doit donc être consulté pour les menstruations prolongées, qui durent plus de sept jours et sont accompagnées de douleurs très vives. Vous devez aller chez le médecin pendant les périodes difficiles avec une augmentation de la température corporelle pouvant aller jusqu'à 38 ° C. Les symptômes apparus pour la première fois chez une femme sont particulièrement préoccupants.

Un type de dysménorrhée

Il existe une dysménorrhée primaire et secondaire (menstruations douloureuses). La première résulte de l'échec de la production de progestérone. C'est une sorte de réponse à la non fécondation de l'œuf. La femme a mal quand l'œuf quitte l'ovaire. En l'absence d'ovulation, le corps commence à se rebeller et souffre de nombreux maux. Ceux-ci comprennent les douleurs abdominales, la migraine, les vertiges et les nausées, les vomissements, la diarrhée, la constipation, les troubles neuropsychiatriques, etc.

La dysménorrhée secondaire se produit s'il y a une inflammation de l'utérus ou des appendices. En outre, des douleurs dans le bas-ventre peuvent indiquer un processus inflammatoire dans la cavité abdominale, la grossesse. Celles-ci peuvent être les conséquences d'une intervention chirurgicale, d'un traumatisme ou d'une maladie virale. De tels maux provoquent certains moyens de protection contre les grossesses non désirées. Par exemple, une spirale.

Types de maux

Les douleurs sévères pendant la menstruation, dont on parle souvent de problèmes de santé, peuvent être différentes, il est:

  • mal de tête (migraine),
  • inconfort, augmentation de la pression dans la région des yeux,
  • sauts brusques de la pression artérielle
  • malaise cardiaque,
  • nausée, vertiges et vomissements,
  • transpiration excessive
  • dépression, irritabilité,
  • sautes d'humeur
  • troubles du sommeil
  • fatigue
  • les poches
  • sensibilité excessive des seins,
  • douleur au bas du dos
  • violation du tractus gastro-intestinal (flatulence, constipation, diarrhée, etc.).

Il est prouvé que la majorité des femmes ressentiront une gêne au cours de la menstruation (surtout le premier jour) entre 13 et 45 ans.

À propos du syndrome douloureux de gravité variable

La douleur la plus grave est observée le premier jour du cycle et est légère, modérée ou grave.

Dans une forme légère, une douleur brève et tolérable se manifeste, qui ne viole pas le mode de vie établi, la capacité de travail. Ne nécessite pas de prendre des analgésiques. Habituellement, après l'accouchement, ces douleurs disparaissent complètement ou diminuent.

Le syndrome douloureux de gravité modérée se traduit par des douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen. Les symptômes sont complétés par des nausées, une faiblesse, des mictions fréquentes et des frissons. Dans ce contexte, l'état émotionnel d'une femme est perturbé. Il y a dépression, irritabilité excessive. Les odeurs et les sons nauséabonds sont dégoûtants. La performance des dames à ce moment diminue. À ce stade, vous devriez consulter un médecin pour déterminer les causes de la douleur.

Le stade sévère se caractérise par des douleurs aiguës et intenses dans l'abdomen et dans le bas du dos. Il existe de graves maux de tête, migraines, douleurs cardiaques, tachycardie. Observation de diarrhée, vomissements, évanouissements. Ici, la femme perd complètement sa performance. Cette image est souvent formée à la suite de processus infectieux et inflammatoires se produisant dans le corps. En outre, la pathologie des organes génitaux peut causer une douleur intense.

Migraine avant et après la menstruation

Parfois, il y a de graves maux de tête avant la menstruation. Les causes de ce symptôme résident dans la forte augmentation de la testostérone dans le sang. Tous les maux de tête avant et après la menstruation sont appelés syndrome céphalgique.

Les modifications de la composition chimique du sang pendant la menstruation ont une incidence sur la fonction du cerveau, ce qui provoque la migraine. Une violation de l'équilibre eau-sel peut entraîner une situation similaire. Pour que le corps puisse complètement produire la procédure de rejet des cellules pendant la période menstruelle, il accumule du liquide qui participe ensuite à ce processus. Provoque un gonflement des membres, de la partie articulaire et du tissu cérébral. Tout cela et provoque une forte migraine pendant et avant les règles.

Douleur abdominale basse

De nombreuses douleurs abdominales pendant la menstruation, dont les causes sont différentes pour chaque femme, surviennent pour beaucoup. Une douleur modérée est considérée comme normale, tandis qu'une douleur intense indique certains troubles du domaine gynécologique.

Les douleurs abdominales sont faibles, moyennes et fortes. Manifesté dans les profondeurs du bassin sous forme de douleur sourde, tiraillante ou pressante. Ils peuvent être constants ou pulser. Une douleur normale est considérée comme une douleur qui commence à se manifester avant l’apparition des jours critiques et qui disparaît immédiatement après la fin de la menstruation.

De fortes douleurs abdominales pendant la menstruation, dont les causes ne sont souvent pas établies, peuvent aller de pair avec la migraine, accompagnée d'un trouble du tractus gastro-intestinal. Cette condition ne peut être considérée comme normale. Dans ce cas, vous devriez subir un examen médical complet.

Conséquences de la menstruation douloureuse

Une douleur très intense pendant la menstruation, dont les causes et les conséquences devraient être révélées par un gynécologue, entraîne une perte totale de la capacité de travail. Ils affectent le bien-être, l'état psychologique d'une femme.

La forme légère et modérée ne provoque pas de complications. Le syndrome douloureux moyen, provoqué par des maladies des organes génitaux et des pathologies, peut évoluer parallèlement au développement d’une maladie gynécologique. Cependant, la douleur elle-même n'a aucun effet sur la complication du symptôme.

La menstruation ne devrait pas être accompagnée de douleurs très vives, privant une femme de sa pleine capacité. Le traitement de ces symptômes ne se limite pas aux analgésiques, vous devez rechercher la cause véritable et l'éliminer. Fortes douleurs d'échappement. Ils sont difficiles à supporter non seulement physiquement, mais aussi émotionnellement, car cela nuit au système nerveux. De plus, l'utilisation constante d'anti-inflammatoires et d'analgésiques crée une dépendance et a de nombreux effets secondaires.

Les jours critiques très douloureux signalent un problème grave dans le corps. Traiter de telles périodes est un must.

Diagnostic des menstruations douloureuses

Une douleur intense pendant la menstruation, dont les causes et le traitement aideront à établir le diagnostic correct, constitue un problème réel pour une femme. Pour commencer, la dame devrait consulter son gynécologue, qui peut vous prescrire:

  • analyse hormonale
  • échographie pelvienne,
  • laparoscopie
  • curetage pour l'étude des matériaux intra-utérins,
  • examen clinique,
  • Doppler vasculaire.

En outre, une femme doit constamment tenir un journal du cycle mensuel et un calendrier des jours critiques. Tous les symptômes présents pendant cette période y sont enregistrés. La durée de la menstruation, profusion. Tout cela aide à établir la gravité de la maladie. Le spécialiste peut également vous conseiller d’être examiné par un neurologue, un psychothérapeute et un ostéopathe. Souvent, à la fin de l'examen, une algoménorrhée est diagnostiquée. En fonction de la gravité du traitement est prescrit.

Traitement de la douleur menstruelle

Une douleur intense au premier jour de la menstruation, dont les causes sont enracinées dans un changement du fond hormonal de la femme, nécessite une attention particulière. Ici, la thérapie ne vise pas seulement l’anesthésie, mais aussi l’élimination de la douleur elle-même.

Lorsqu’on traite avec des médicaments, on utilise souvent une combinaison d’antispasmodiques et d’analgésiques. Par exemple, "Nurofen" et "No-shpa". Un bon résultat donne un traitement avec des contraceptifs hormonaux ("Yarin", "Diane-35", etc.). Faites un traitement avec de la vitamine E. Tous ces médicaments non seulement n'éliminent pas la douleur, mais également traitent, empêchent qu'elle ne se reproduise. À son tour, une très forte douleur pendant la menstruation nécessite une approche individuelle. Ce n’est pas la menstruation elle-même qui est traitée ici, mais une maladie qui provoque la douleur.

Les remèdes populaires qui peuvent réduire la douleur

Une douleur très intense pendant la menstruation, dont les causes proviennent des maladies de plusieurs organes, peut éliminer la médecine traditionnelle.

Le symptôme de la douleur aidera à éliminer la prêle. Pour préparer la perfusion doit être une cuillère à soupe d'herbes verser une tasse (300 ml) d'eau bouillante. Laisser infuser une heure. Boire 50 mg toutes les heures et réduire la dose à mesure que la douleur diminue.

Une douleur intense avant les règles, dont les causes sont propres à chaque femme, peut éliminer le poivre d'eau. Un demi-litre d'eau bouillante est versé dans deux cuillères à soupe de la plante, après quoi le mélange est bouilli sur le feu pendant encore 10 minutes. Avant utilisation, l'extrait d'herbes doit être refroidi et filtré. Boire trois fois par jour pendant 100 grammes.

La collecte des herbes suivantes aidera à soulager la douleur: renouée, centaurée, prêle, groseille en proportion 1: 3: 1: 5. Ici, une cuillère à soupe du mélange est cuite à la vapeur avec un verre d’eau bouillie. Insister heure. Buvez une gorgée pendant le premier jour de la menstruation.

Aide à faire face à la devyasila racine de la douleur. Une cuillère à thé est versé un verre d'eau bouillie, attendez une heure, filtrez. Consommez une cuillère à soupe le matin, l'après-midi et le soir.

Celles-ci et d’autres recettes populaires peuvent vaincre les douleurs menstruelles et ne peuvent donc pas être ignorées.

Mesures préventives

De nombreux problèmes provoquent une douleur intense pendant la menstruation. Comment le traiter sans médicament et que faire pour que ce symptôme ne vous dérange plus à l'avenir? Ainsi, les mesures suivantes aident à éliminer la cause et ont un effet préventif sur le corps:

  • La bonne routine quotidienne.
  • Sommeil complet.
  • Exercice, y compris la natation.
  • Menu diététique avec une prédominance de fruits et légumes crus.
  • Boire la bonne quantité d'eau, au moins 1,5 litre par jour.
  • Refus de mauvaises habitudes (alcool et cigarettes).
  • Détente et soulagement du stress, dépression.
  • Yoga, acupuncture, massage, électrophorèse à la novocaïne.
  • Tisane apaisante.
  • Bain aux huiles essentielles.

De tels événements affecteront au mieux la santé de la femme, son bien-être et réduiront la douleur liée à la menstruation. Peut soulager de cet inconfort pour toujours.

Algoménorrhée et ses types

L'algoménorrhée (menstruations douloureuses) est un trouble associé à l'apparition de douleurs abdominales inhabituellement sévères au cours de la menstruation. Les règles douloureuses peuvent apparaître dès le début de leur apparition chez la fille. Cette condition gêne parfois une femme jusqu'à la ménopause.

Des douleurs dans le bas de l'abdomen et dans le bas du dos pendant les règles surviennent chez toutes les femmes. La douleur est associée à des contractions de l'utérus, qui rejettent la muqueuse morte. Cependant, la force des sensations dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme, telles que l'emplacement et la forme de l'utérus, la santé, la sensibilité à la douleur.

Il est considéré comme normal que les sensations douloureuses ne fassent pas souffrir la femme. La menstruation ne cause qu'une légère indisposition qui disparaît au bout de 2-3 jours. Les pathologies nécessitant un traitement sont considérées comme des douleurs insupportables pendant les règles, ce qui rend une femme handicapée, alors qu'elle ne peut pas se passer d'analgésiques. En plus de ses règles douloureuses, elle présente des signes d'autres violations du cycle et des symptômes de maladies connexes.

Symptômes découlant de menstruations douloureuses

En plus des douleurs abdominales avec des règles pathologiques, se produisent également:

  • nausée, vomissement, diarrhée,
  • mal de tête sévère
  • troubles autonomes (transpiration accrue, fièvre, vertiges, évanouissements),
  • sauts de pression artérielle, pouls rapide ou arythmie cardiaque,
  • faiblesse, douleurs dans les muscles et les articulations.

Les violations possibles de la régularité de l'apparition de la menstruation, une augmentation de leur durée. Les écoulements sanguins peuvent devenir trop intenses ou, au contraire, rares. Peut-être l'apparition de taches plus blanches entre les menstruations.

Les sensations douloureuses se manifestent souvent même avant le début des règles (pendant un à deux jours) et ne disparaissent qu’avec leur fin. Les douleurs sont des contractions permanentes ou similaires, tirant, coupant, douloureux.

Degrés de douleur

Il y a 3 degrés de sévérité des périodes douloureuses.

Degré doux caractérisé par des sensations douloureuses courtes et tolérables.

Degré moyen Il se manifeste non seulement par des sensations douloureuses dans l'estomac et le dos, mais également par une augmentation de la miction, des frissons et des troubles neuropsychiatriques (irritabilité accrue, état dépressif, intolérance à la lumière vive, odeurs fortes et sons forts).

Lourd degré associée à une douleur très sévère, une insuffisance cardiaque, une fièvre, des vomissements, une diarrhée, une faiblesse générale, une perte de conscience.

Selon la cause des menstruations douloureuses, il existe deux types d'algoménorrhée: primaire et secondaire.

Algoménorrhée primaire

Les soi-disant périodes douloureuses, non associées à des maladies ou à des lésions des organes génitaux. Le plus souvent, il survient chez les adolescents dans les 3 ans suivant le début de la puberté. À ce stade du corps, la composition des hormones subit de profonds changements.

Selon le type d'hormone, dont l'augmentation du niveau entraîne l'apparition de la douleur, il existe deux types d'algoménorrhée primaire:

  1. Adrénergique (dans le sang a augmenté l'adrénaline). Pour ce type, des symptômes tels que fièvre, palpitations, maux de tête sévères, pâleur, hoquet, distension abdominale et indigestion sous forme de constipation sont caractéristiques.
  2. Parasympathique (sérotonine élevée dans la moelle épinière). En même temps, il existe des symptômes douloureux tels qu'une diminution du pouls, une diminution de la température corporelle, des diarrhées, un gonflement du visage et des membres et une prise de poids.

Types de pathologie

Compte tenu de la cause des menstruations douloureuses, on distingue plusieurs types de pathologies primaires: spasmogènes, psychogènes et essentielles.

Algoménorrhée spasmogène. La contraction spasmodique des muscles de l'utérus est la principale cause de la douleur.

Psychogène. La douleur provient de la peur des symptômes éprouvés une fois et a laissé une marque indélébile sur la mémoire.

Essentiel. Il s’agit d’une maladie causée par une diminution de la sensibilité à la douleur causée par une perturbation des centres du cerveau. Dans le même temps, même un effet mineur sur les terminaisons nerveuses provoque une douleur intense.

Causes de menstruations douloureuses

Les causes de la maladie primaire sont:

  1. Violation congénitale du développement du tissu conjonctif dans le corps en raison d'un manque de magnésium. Cette maladie est dangereuse car elle entraîne une violation de la composition du tissu cartilagineux. Il y a une formation anormale des articulations, des membres allongés, des pieds plats, une scoliose. Aussi caractérisé par la myopie, l'indigestion, les varices.
  2. Tuberculose génitale.
  3. Troubles neuropsychiatriques.
  4. Malformations congénitales de l'utérus (utérus à deux cornes, mauvais emplacement de l'utérus, son sous-développement).

Note: Si la douleur au cours de la menstruation est due à la courbure de l'utérus, apparue au cours de la puberté (en raison d'un développement anormal ou de la musculation), les règles douloureuses peuvent se transformer en règles habituelles après la naissance d'un enfant. Но если имеется врожденная патология, то после родов она не исчезает. Требуется обязательно провести гинекологический осмотр и лечение.

Algoménorrhée secondaire

La pathologie secondaire résulte de troubles de santé acquis: formation de cicatrices et d'adhérences dans l'utérus après des chirurgies et des avortements, ainsi que de troubles hormonaux, de maladies infectieuses et inflammatoires. De tels problèmes peuvent survenir à tout âge, mais plus souvent chez les femmes âgées de 25 à 30 ans.

L'une des causes de la douleur dans l'algoménorrhée secondaire est la présence de varices dans les organes pelviens et la cavité abdominale. L'inflammation des nerfs situés dans la région pelvienne peut également causer une douleur intense.

L'algoménorrhée secondaire survient souvent chez les femmes cherchant à perdre du poids par le jeûne, ce qui conduit à l'anorexie ou à la boulémie. Une des principales causes de menstruation douloureuses est une violation de la structure des tissus de l'utérus, leur cicatrisation, leur soudure après la maladie.

Infections génitales. Ils peuvent être transmis sexuellement, provoquant l'apparition de processus inflammatoires purulents, conduisant à une violation du cycle, une aggravation des symptômes de l'algoménorrhée. Il est possible de se débarrasser de ces maladies (trichomonase, syphilis, herpès génital, blennorragie) uniquement avec un traitement simultané des deux partenaires sexuels.

Certaines maladies infectieuses peuvent être infectées à la fois sexuellement et localement (par exemple, le muguet).

Maladies inflammatoires. Ils peuvent se produire lorsque des micro-organismes pénètrent de l’extérieur en raison d’une violation des règles d’hygiène ou de l’activation de la microflore pathogène conditionnelle. En petites quantités, les streptocoques, les staphylocoques et E. coli sont présents dans un corps en bonne santé, sans effet pathogène. Leur activation et leur reproduction pathologique se produisent lorsque l'hypothermie, le manque de vitamines, la violation de la composition de la microflore des organes, leurs dommages.

Les maladies pouvant entraîner des règles douloureuses incluent l'inflammation du col de l'utérus (cervicite), la membrane muqueuse de la cavité (endométrite) et les trompes de Fallope (salpingite).

Avertissement: La particularité est que les processus inflammatoires se propagent rapidement des organes génitaux externes à l'utérus et aux ovaires. La conséquence des maladies chroniques est la flexion du cou, le grossissement des tissus, la violation de l’état des vaisseaux sanguins, l’apparition de kystes, de polypes et de néoplasmes malins. Dans ce cas, une femme présente diverses irrégularités menstruelles et des douleurs abdominales, aggravées par la menstruation.

Tumeurs utérines (myome, cancer). La morbidité et la nature inhabituelle de la menstruation sont souvent le seul signe de leur formation. Une tumeur en croissance serre les vaisseaux sanguins, ainsi que les terminaisons nerveuses situées dans l'utérus et les organes adjacents. La forme de l'utérus peut être perturbée et le sang menstruel stagne. Il y a un gonflement, l'élasticité musculaire est perdue. Les contractions de l'utérus deviennent douloureuses. À mesure que la tumeur se développe, les manifestations s'intensifient.

Endométriose. Cette maladie est associée à une hyperplasie de l'endomètre et à sa germination dans d'autres organes. Dans le même temps, les processus du cycle changent en fonction du moment où ils commencent, les périodes deviennent douloureuses, prolongées, des troubles hormonaux surviennent en raison de l'apparition de maladies ovariennes dangereuses (telles que, par exemple, un kyste de l'endométrioïde).

Dysplasie, leucoplasie, érosion cervicale. Ces maladies sont associées à des lésions des cellules épithéliales du col de l'utérus, à une altération de la capacité d'étirement du col de l'utérus, à un changement possible de sa forme, à une diminution de la contractilité de l'utérus.

Perturbation de la production d'hormones. Elle peut être causée par des médicaments hormonaux, l'utilisation de contraceptifs hormonaux, des dysfonctionnements des ovaires, de la thyroïde, de l'hypophyse. Les troubles métaboliques et leurs conséquences (diabète, obésité, perte de poids drastique) peuvent également provoquer des règles douloureuses.

La cause des menstruations douloureuses après l'accouchement

Au cours de l'accouchement, les ligaments retenant l'utérus sont endommagés, alors qu'ils dévient de la position habituelle, ce qui provoque des douleurs pendant la menstruation en raison de contractions de l'utérus. Il est également possible de modifier sa forme, la formation de plis dans lesquels le sang menstruel stagne. Cela provoque un processus inflammatoire douloureux.

Traitement algomenorrhea

Un examen gynécologique, un frottis pour les infections et du sang pour des hormones et des cellules atypiques permettent de tirer des conclusions sur la présence de maladies. Après avoir examiné les organes avec des méthodes de tomographie par ultrasons, il devient évident s'il existe des pathologies du développement ou des néoplasmes dans l'utérus. Si nécessaire, leur caractère est spécifié à l'aide d'une biopsie. Le choix du traitement dépend du type de maladie, de l'âge de la femme, de la gravité de la pathologie.

Traitement de l'algoménorrhée primaire

En présence d'une pathologie primaire, les médecins vous conseillent d'essayer d'éviter l'anxiété et le stress, de consacrer plus de temps à l'éducation physique, d'arrêter de fumer et de boire de l'alcool. Dans la seconde moitié du cycle, il est recommandé de limiter les rapports sexuels, de ne pas soulever de poids.

Avertissement: Il est très important de garder la première grossesse car, dans la plupart des cas, après la naissance de l'enfant, la douleur provoquée par la menstruation disparaît.

Eh bien aide un traitement de physiothérapie (électrophorèse pour l'introduction de novocaïne dans la région du plexus solaire), ainsi que l'acupuncture. Un traitement médicamenteux est prescrit: prendre des sédatifs (valériane, Relanium), des analgésiques (spazmalgon, no-spa), des anti-inflammatoires non stéroïdiens (indométhacine, butadione), de la vitamine E.

Les préparations à base de plantes sont utilisées pour normaliser les niveaux hormonaux (remens, klimadinon). Dans le même but, des contraceptifs hormonaux (anteovin, ovidone) sont prescrits.

Lors des menstruations douloureuses, vous devez maintenir un calendrier menstruel dans lequel l’intensité, la localisation et la nature de la douleur sont enregistrées. Tous les 3 mois, il est important de consulter un gynécologue. Si rien n'est fait, alors l'état ne fera qu'empirer avec le temps, un léger degré de perturbation deviendra grave.

Traitement de l'algoménorrhée secondaire

S'il est établi que les maladies des organes génitaux sont la cause de règles douloureuses, le traitement est alors réalisé avec des médicaments d'action appropriés (antibiotiques, antifongiques, antiviraux).

Les médicaments à base de progestérone sont utilisés pour supprimer l'ovulation, réduire la pression intra-utérine, ainsi que l'intensité des contractions utérines. Dans ce cas, l’utilisation de contraceptifs oraux est bénéfique. Traitement réussi avec duphaston.

En cas de règles douloureuses dues à la présence d'adhérences, de cicatrices ou de tumeurs dans l'utérus, une intervention chirurgicale est effectuée. Ceci prend en compte l'âge de la patiente, son intention d'avoir des enfants.

Les méthodes de physiothérapie (électrophorèse, bains thérapeutiques) permettent de lutter contre les processus inflammatoires. L'hirudothérapie (pose de sangsues qui sucent le sang et réduit la tension dans l'utérus) est une méthode populaire pour éliminer les douleurs menstruelles. La salive de sangsue contient des antidouleurs et des anti-inflammatoires.

Si le médecin ne trouve pas de contre-indications, alors avec une telle pathologie, il est permis d'utiliser la médecine traditionnelle: des tisanes apaisantes à base d'origan, de menthe, de jus de betterave relaxant et de jus de citrouille. Des bouillons et des infusions aux propriétés anti-inflammatoires sont utilisés (feuilles de bardane, glands et préparations à base de plantes).

Quels autres symptômes peuvent accompagner une menstruation douloureuse et pourquoi est-ce considéré comme une maladie?

En médecine, les règles très douloureuses sont considérées comme les troubles les plus fréquents de la fonction menstruelle. Entre 13 et 45 ans, presque toutes les femmes ressentent une légère gêne et des douleurs le premier jour de leurs règles. Et seulement 10% d’entre elles se plaignent de très fortes douleurs spasmodiques dues à la contraction utérine, auxquelles s’ajoutent les symptômes suivants:

  • 79% des femmes ont la diarrhée
  • 84% ont des vomissements
  • 13% mal de tête
  • 23% de vertiges
  • 16% d'évanouissement

Le principal symptôme de l'algoménorrhée est une douleur dans le bas de l'abdomen, qui apparaît le premier jour de la menstruation ou 12 heures avant le début de la menstruation. Elle disparaît progressivement au bout de 2 à 3 jours. Elle peut être douloureuse, tremblante, transpercée, dans le rectum, dans la vessie. le rein peut être très douloureux. Sur fond de douleur insupportable pendant la menstruation, l'état psycho-émotionnel de la femme est perturbé, une irritabilité, une somnolence, une dépression, une insomnie, une anxiété et une faiblesse apparaissent. Les périodes douloureuses empoisonnent la vie de la femme. Attendre le prochain saignement affecte négativement la psyché, la sphère émotionnelle de la vie, conduit à des conflits au sein de la famille, au travail.

Avec un léger degré d'algoménorrhée - une douleur modérée à court terme pendant la menstruation ne conduit pas à une perte d'efficacité ou d'activité, une telle douleur peut être tolérée sans médicament supplémentaire contre la douleur, cependant, les causes des périodes douloureuses doivent être clarifiées, car même un léger degré d'algoménorrhée peut se transformer en un état plus prononcé. avec un inconfort plus important. Parfois après l'accouchement chez la femme, l'algoménorrhée légère cesse et les contractions utérines deviennent moins douloureuses, son augmentation pendant la grossesse et sa réduction après la grossesse atténuent les douleurs spasmodiques pendant la menstruation.

À un degré modéré, la douleur généralisée dans le bas de l'abdomen est complétée par une faiblesse générale, des nausées, des frissons et une miction fréquente. Des troubles psycho-émotionnels sont également ajoutés - dépression, irritabilité, intolérance aux odeurs et aux sons forts, la performance diminue nettement. Ce degré d'algoménorrhée nécessite déjà une correction médicale et il est également nécessaire de déterminer les causes du syndrome douloureux.

Douleur intense - très intense dans le bas du dos et l’abdomen accompagnée de maux de tête, faiblesse générale, fièvre, douleurs cardiaques, diarrhée, tachycardie, évanouissements, vomissements. Dans les cas graves de menstruations douloureuses, la femme perd complètement ses performances. Leur apparition est généralement associée à des maladies infectieuses et inflammatoires ou à des anomalies congénitales des organes génitaux.

Les principales causes de menstruation primaire douloureuse chez les adolescentes - les filles

L'algoménorrhée primaire apparaît avec les premières règles ou se développe dans les 3 ans suivant l'apparition des règles. Il survient principalement chez des filles facilement excitables, émotionnellement instables, présentant un physique asthénique, en association avec le syndrome prémenstruel. En fonction de "l'ensemble" des symptômes qui l'accompagne, les principales périodes douloureuses sont divisées en:

Dans ce cas, le niveau d'hormones dopamine, adrénaline, noradrénaline augmente, entraînant la défaillance de tout le système hormonal du corps. Les filles souffrent de constipation, de graves maux de tête, la température corporelle augmente, le rythme cardiaque s'accélère, une insomnie apparaît, les jambes et les bras deviennent bleuâtres lorsque les spasmes de petits vaisseaux se contractent, le corps et le visage pâlissent.

Elle se caractérise par une augmentation des taux de l'hormone sérotonine dans le liquide céphalo-rachidien. Au contraire, chez les filles, la fréquence cardiaque diminue, des nausées apparaissent avec des vomissements, la température corporelle diminue, des troubles gastro-intestinaux se traduisent par des diarrhées, un œdème des extrémités et du visage apparaissent souvent, des réactions allergiques de la peau et un gain de poids chez les filles.

Les études modernes établissent le fait que les premières périodes douloureuses ne sont pas une maladie indépendante, mais une manifestation de troubles internes plus profonds, c'est-à-dire des symptômes des maladies ou anomalies suivantes:

  • Malformations congénitales du tissu conjonctif

En pratique gynécologique, il est établi depuis longtemps qu'environ 60% des filles atteintes d'algoménorrhée primaire reçoivent un diagnostic de dysplasie du tissu conjonctif déterminée génétiquement. En plus des menstruations douloureuses, cette maladie se manifeste par des pieds plats, une scoliose, une myopie, des varices et des dysfonctionnements du tractus gastro-intestinal.

C'est une maladie très grave, qui survient le plus souvent chez les filles aux membres allongés, aux articulations flexibles, aux tissus cartilagineux, le plus souvent au cours de la croissance d'un enfant, une carence en magnésium est détectée, qui peut être établie en passant un test de chimie du sang.

  • Maladies du système nerveux, troubles neurologiques

Chez les filles présentant des signes de seuil de douleur réduit, présentant une instabilité émotionnelle, une psychose, une névrose et d'autres troubles neurologiques divers, la perception de la douleur est exacerbée, de sorte que la douleur pendant la menstruation est prononcée.

  • L'utérus se plie antérieurement et postérieurement, le sous-développement utérin, des malformations de son développement - utérus à deux pattes et à deux cavités

La survenue de menstruations très douloureuses, dues à des anomalies utérines, est due à un flux sanguin difficile et difficile pendant la menstruation à partir de l’utérus. Cela provoque des contractions utérines supplémentaires, provoquant des douleurs pendant les règles.

Causes de l'algoménorrhée secondaire chez les femmes

Si la douleur pendant la menstruation survient chez une femme qui a déjà des enfants ou si elle a plus de 30 ans, cela est considéré comme une algoménorrhée secondaire. Aujourd'hui, cela se produit chez une femme sur trois, le plus souvent dans la forme moyennement sévère, car elle réduit les performances et est aggravée par les symptômes qui l'accompagnent, ainsi que par des règles abondantes. Outre les douleurs abdominales basses, des règles douloureuses apparaissent, accompagnées d'autres symptômes, généralement divisés en plusieurs groupes caractéristiques:

  • Symptômes végétatifs - ballonnements, vomissements, nausées, hoquet
  • Symptômes vasculaires végétatifs - maux de tête, engourdissements des bras et des jambes, évanouissements, palpitations cardiaques, maux de tête pendant les règles.
  • Manifestations psycho-émotionnelles - violation du goût, perception des odeurs, irritabilité, anorexie, dépression
  • Symptômes métaboliques endocriniens - faiblesse accrue non motivée, douleurs articulaires, démangeaisons cutanées, vomissements

L'intensité de la douleur pendant la menstruation dépend de l'état de santé général de la femme, de son âge et des maladies associées. Si un patient présente une altération du métabolisme (diabète sucré et autres troubles du système endocrinien), des symptômes mensuels supplémentaires incluent les manifestations métaboliques endocriniennes, les troubles cardiovasculaires, les symptômes végétatifs et vasculaires peuvent être plus prononcés à l’approche des femmes non ménopausées ( voir les premiers signes de la ménopause), augmente la probabilité de manifestation d'une instabilité psycho-émotionnelle, symptômes dépressifs.

Souvent, les femmes atteintes d'algoménorrhée secondaire ressentent une douleur pendant les rapports sexuels, qu'il ne faut absolument pas laisser sans surveillance. C'est une raison urgente de consulter un gynécologue pour un examen et un traitement. Si les principales périodes douloureuses, associées aux anomalies et aux pathologies congénitales, sont très difficiles à traiter, la survenue d'une algoménorrhée secondaire est principalement associée aux maladies acquises des organes génitaux de la femme, qui doivent obligatoirement être traitées:

  • maladies infectieuses - inflammatoires des organes génitaux de la femme et adhérences du pelvis
  • tumeurs malignes et bénignes (polypes) de l'utérus et de ses appendices
  • varices dans la cavité abdominale, dans les organes pelviens
  • endométriose
  • névrite pelvienne

En outre, chez les femmes âgées de plus de 30 ans, l'apparition de douleurs très graves pendant les règles peut être provoquée par les facteurs suivants:

  • contraception intra-utérine
  • conséquences d'avortements médicaux fréquents, d'autres dispositifs intra-utérins, dues à une sténose cervicale cicatricielle
  • interventions chirurgicales sur les appendices utérins, complications génériques ou complications après une césarienne
  • fatigue mentale et physique, stress constant, violation du régime de repos et de travail

Pourquoi les menstruations douloureuses devraient-elles être traitées?

Compte tenu de ce qui précède, il faut comprendre que la fonction physiologique naturelle - la menstruation - ne doit pas causer de malaise général important chez une femme, la privant de sa capacité de travail. Afin de réduire la douleur liée aux règles, le traitement ne doit pas consister en une anesthésie, mais en une élimination de la cause de ce phénomène. On peut espérer que cela changera par exemple avec la naissance d'un enfant, mais si cela ne se produit pas, en particulier si des règles douloureuses surviennent chez une femme après la naissance d'un enfant, vous devriez consulter un gynécologue pour déterminer la cause de la douleur pendant la menstruation.

  • Tolérer la douleur est non seulement difficile physiquement, mais aussi très nocif pour le système nerveux. L'utilisation régulière d'AINS et d'analgésiques n'élimine pas la cause des règles douloureuses. En outre, le corps s'y habitue et les analgésiques ont de nombreux effets secondaires.
  • L’apparition de règles très douloureuses indique qu’une sorte de dysfonctionnement survient dans le corps, une maladie, mais c’est une évidence du fait que vous devez trouver la raison de la réponse inadéquate du corps au processus naturel.

Traiter les règles douloureuses peut et devrait être. Подробнее о том, как уменьшить боль при месячных, читайте в следующей нашей статье. Чтобы определить причину первичной альгоменорею, проводится осмотр гинеколога, сдаются анализы на гормональный статус, УЗИ органов малого таза, а также дополнительно следует обследовать девушку у невролога, остеопата, психотерапевта.En cas d’algoménorrhée secondaire, un examen hormonal, une échographie, une laparoscopie diagnostique et un curetage diagnostique sont également pratiqués.

Une femme ou une fille dont les règles sont douloureuses devrait tenir un journal de ses observations, un calendrier des règles, décrivant en détail les sensations, la quantité de pertes, la durée du cycle et la durée des saignements, tous les symptômes apparaissant pendant les règles, puis aidant le médecin à déterminer la cause et le choix du traitement.

Degrés de sévérité

Selon la gravité de la douleur, il existe plusieurs degrés de gravité de la dysménorrhée. Quels sont les critères pour évaluer ce trouble menstruel:

  • Premier degré Les sensations douloureuses pendant les règles sont douces. Dans de rares cas, ils affectent les activités professionnelles et quotidiennes. Les manifestations systémiques sont absentes. Pour soulager la douleur, prenez parfois des analgésiques (analgésiques) ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Deuxième degré Les menstruations douloureuses interfèrent avec la vie quotidienne. L'activité professionnelle (formation, travail, etc.) n'est possible qu'après la prise d'analgésiques. Observé des symptômes systémiques simples.
  • Troisième degré Il y a une forte baisse d'activité professionnelle et quotidienne. Il y a assez souvent des manifestations systémiques (maux de tête, dépression, troubles du sommeil, problèmes d'appétit, perte de conscience, nausée, etc.). Prendre des analgésiques n'apporte pas l'effet désiré.

Les premières règles précoces chez un enfant âgé de 10 à 12 ans sont souvent accompagnées de sensations douloureuses.

Caractéristiques de la dysménorrhée primaire

Dans la plupart des cas, la dysménorrhée primaire commence à se manifester chez les adolescentes un à deux ans après le début de la menstruation. Plus souvent, jeunes filles malades, physique asthénique. Le tableau clinique de la dysménorrhée primaire:

  • La menstruation douloureuse survient dans les 12 à 24 heures ou au début de la menstruation. En règle générale, dure plusieurs jours.
  • Les douleurs sont crampes et localisées dans le bas de l'abdomen. Parfois, ils se plaignent de douleurs douloureuses, saccadées ou cambrées qui s'étendent aux régions périnéale et lombaire.
  • Parallèlement, il y a une détérioration de l'état général. Faiblesse, irritabilité, maux de tête, nausées, vomissements, fièvre, évanouissements, etc.
  • Les symptômes cliniques systémiques, y compris la douleur, peuvent perturber une femme de 2-3 heures à plusieurs jours.

Lors de l'examen gynécologique et échographique de filles et de femmes atteintes de dysménorrhée primaire, les modifications pathologiques des organes de l'appareil reproducteur ne sont pas détectées. Le diagnostic est établi sur la base d'un examen clinique et des plaintes des patients.

Caractéristiques de la dysménorrhée secondaire

Comme le montre la pratique clinique, la dysménorrhée secondaire est une manifestation de nombreuses maladies gynécologiques (endométriose, fibromes utérins, anomalies du développement des organes de l'appareil reproducteur, etc.). Le groupe principal de patients est constitué de femmes âgées de plus de 30 ans, ayant des antécédents d'accouchement, de fausses couches, d'avortements, de maladies gynécologiques infectieuses ou inflammatoires. Il convient de noter que les règles douloureuses dans la dysménorrhée secondaire se développent le plus souvent en raison de l'endométriose.

Fondamentalement, la douleur est constante pendant tout le cycle. Quelques jours avant la menstruation peuvent augmenter considérablement. Lorsque le myome utérin se caractérise par des crampes douloureuses. Si une femme a une dysménorrhée secondaire, une échographie déterminera toute pathologie intra-utérine. C’est la principale caractéristique de la forme principale. Si nécessaire, ils peuvent utiliser l'hystéroscopie et la laparoscopie comme méthode de diagnostic et de traitement simultané.

La cause des règles douloureuses, qui sont très prononcées, est souvent une pathologie organique.

Que faire des règles douloureuses chez une adolescente, une fille et une femme? Quel que soit leur âge, les analgésiques sont utilisés en tant que soins d'urgence en cas de douleur intense pendant la menstruation (ibuprofène, Tamipul, Spazmalgon, No-shpa, etc.). Je voulais attirer votre attention sur le fait que l'application d'un coussin chauffant ou d'autres procédures chaudes dans le bas de l'abdomen est contre-indiquée dans de tels cas, car en présence d'une maladie infectieuse ou inflammatoire dans cette région, des complications graves ne peuvent être évitées. Le recours opportun à un médecin spécialiste est le seul moyen sûr de se débarrasser de la douleur pendant la menstruation.

Les méthodes pour se débarrasser de la dysménorrhée primaire et secondaire sont quelque peu différentes. Dans la majorité des cas, pour la dysménorrhée primaire, une approche intégrée du traitement est utilisée, qui comprend:

  1. Traitement médicamenteux (analgésiques, antispasmodiques, tranquillisants, vitamines, etc.).
  2. Traitement non médicamenteux (psychothérapie, physiothérapie).
  3. Remèdes populaires (à la discrétion du médecin traitant).

La dysménorrhée secondaire ne peut être guérie avec succès que si la maladie primaire est finalement éliminée (endométriose, myome utérin, maladies inflammatoires de l'appareil reproducteur, etc.). En période d'exacerbation, un traitement symptomatique peut être prescrit, consistant en l'administration d'analgésiques.

Seul un spécialiste qualifié, après un examen approfondi, est en mesure de déterminer ce qui peut faire mal au bas-ventre.

Traitement médicamenteux

L'objectif principal du traitement de la dysménorrhée primaire est d'éliminer la douleur, d'éliminer les troubles végétatifs et de normaliser l'état mental. Le facteur déterminant dans la nomination d'un traitement médicamenteux est la gravité de la maladie. Dans la forme légère, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, qui sont considérés comme un traitement de base, sont pris. Si des formes plus graves de la maladie sont observées, on utilise non seulement des AINS, mais également des médicaments à base de gestagène, des médicaments nootropiques et des médicaments qui aident à améliorer la circulation cérébrale.

Étant donné le rapport bénéfice / risque, l'ibuprofène est considéré comme la meilleure option pour traiter la dysménorrhée primaire parmi tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens ayant fait l'objet d'études cliniques. Il a été prouvé que son utilisation inhibe la production de prostaglandines dans la muqueuse utérine à des niveaux normaux. En outre, cela n’affecte pas la modification de l’endomètre au cours du cycle menstruel. L'ibuprofène a également un effet analgésique périphérique et central. Néanmoins, la posologie et la durée de l’administration d’AINS doivent être coordonnées avec votre médecin.

Des préparations de magnésium peuvent être ajoutées au cours du traitement en cas de manque de cet oligo-élément dans le corps. Avec des règles très douloureuses, perturbant constamment une femme, il est recommandé de prescrire des contraceptifs oraux combinés. Ils aident à réduire le niveau d'œstrogène, ce qui entraîne une diminution de la production de prostaglandines et l'élimination des sensations douloureuses. Fournir également une réduction du seuil d'excitabilité du myomètre. Les préparations contenant des gestagènes ont un effet similaire.

Pour augmenter l'efficacité, on peut combiner l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens et de contraceptifs oraux combinés. La supplémentation en vitamine E a également un effet positif: il n'y a pas si longtemps, les antispasmodiques étaient activement utilisés pour traiter le syndrome de la douleur. Maintenant, leur utilisation n'est pas si populaire.

En résumé, on peut affirmer que le traitement médicamenteux de la dysménorrhée primaire comprend:

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, indométhacine, Tamipul, naproxène, etc.).
  • Antispasmodiques (No-Spa, Spazmalgon).
  • Contraceptifs oraux combinés ou préparations contenant des gestagènes.
  • Préparations apaisantes - tranquillisants (Relanium).
  • Médicaments homéopathiques (Remens, Menalgin).
  • Vitamine E.

Afin d'éviter l'apparition d'effets secondaires indésirables et de complications, le médecin doit déterminer ce qui doit être pris pendant les périodes douloureuses.

Traitement non médicamenteux

Un excellent effet dans le traitement de la dysménorrhée primaire donne une psychothérapie. Des techniques spéciales de relaxation et de distraction aident à faire face avec succès aux règles douloureuses. Particulièrement recommandé pour les adolescents et les jeunes filles. En tant que thérapie non pharmacologique, diverses procédures physiothérapeutiques sont également activement utilisées. Les plus populaires sont les types de physiothérapie suivants:

  • Réflexologie.
  • Thérapie Amplipulse.
  • Magnétothérapie.
  • Courants diadynamiques.
  • Electrosleep.
  • Thérapie Ultra Haute Fréquence
  • Irradiation ultraviolette à des doses érythémales.
  • Balnéothérapie

Les méthodes physiques d’influence sur le corps de la femme contribuent à la normalisation de la régulation du cycle menstruel, à la réduction du processus inflammatoire dans le système reproducteur, à l’amélioration de la circulation sanguine périphérique (microcirculation) et à la stimulation de la fonction de reproduction. Cependant, il existe des situations où la plupart des procédures de physiothérapie ne peuvent pas être utilisées dans le traitement de la dysménorrhée. Parmi les principales contre-indications sont:

  1. Pathologie inflammatoire aiguë de l'utérus et des appendices.
  2. Endométriose.
  3. Tumeurs malignes.
  4. Maladies graves du système nerveux central.
  5. Syndrome anémique.

Si vous ne comprenez pas pourquoi vos règles sont très douloureuses le premier, le deuxième jour ou un autre jour, les symptômes réapparaîtront.

Médecine populaire

Souvent, beaucoup de filles et de femmes souffrant de règles douloureuses, ayant un caractère permanent, ont recours à des remèdes traditionnels. Cependant, il ne faut pas oublier que l'utilisation indépendante de remèdes populaires dans le traitement de la dysménorrhée primaire ou secondaire à l'insu du médecin traitant aboutit souvent à des complications graves. À titre purement indicatif, nous énumérons plusieurs recettes de médecine traditionnelle qui peuvent aider à soulager la douleur pendant la menstruation:

  • Infusion de céleri. Une demi-cuillère à café de graines de céleri est versée dans un verre d'eau bouillie. Insister pour 9 heures. Utilisez une infusion de graines de céleri dans une cuillère à soupe quatre fois par jour pendant une demi-heure avant les repas.
  • Feuilles de fraise. Une demi-cuillère à soupe de plantes médicinales s’endort dans 200 ml d’eau bouillie. Il faut le laisser infuser pendant 8 heures. À l'expiration de l'infusion de feuilles de fraise filtrées. Prendre 100 ml deux fois par jour. Si vous faites cuire le bouillon, il est cuit à feu doux pendant une demi-heure.
  • Calendula. Pour la préparation de la perfusion, nous prenons des plantes médicinales à raison de 3 cuillères à soupe pour 500 ml d’eau bouillante. Laissez le réservoir avec la solution pendant 120 minutes dans un endroit sombre. L'infusion de calendula est utilisée pour laver le vagin (douches vaginales) trois fois par jour. Le traitement peut durer jusqu'à 5 jours.
  • Melissa Dans un verre d'eau bouillie, mettez 2 cuillères à soupe de feuilles de mélisse broyées. Le processus d'insister devrait durer au moins deux heures. Boire une infusion de mélisse doit être de 100 ml trois fois par jour.

Conseils utiles

Ce que la plupart des médecins recommandent pour réduire le risque de développer des troubles menstruels tels que la dysménorrhée:

  1. Corrigez votre mode quotidien de travail / repos / sommeil.
  2. Optez pour un régime équilibré. Au cours de la période menstruelle, les aliments riches en vitamines et faciles à digérer devraient être prédominants.
  3. Contrôlez votre poids. Une perte de poids drastique ou un gain de poids affecte la fonction menstruelle.
  4. Il est conseillé de prendre régulièrement des complexes de vitamines et de minéraux.
  5. Ne pas trop s'impliquer dans le café fort et le thé.
  6. Apprenez à gérer efficacement les situations stressantes et le stress émotionnel.
  7. Plus souvent marcher à l'air frais.
  8. Adhérez au mode moteur optimal. L'activité physique est choisie en tenant compte de l'âge et de l'état général de la fille.
  9. Les habitudes néfastes (tabagisme, alcool) affectent négativement le corps de la femme. En ce qui concerne un mode de vie sain, vous créerez des conditions préalables sérieuses pour améliorer le fonctionnement de tous les organes et systèmes, y compris ceux de la reproduction.

Si la forme de la dysménorrhée n'est pas définie (primaire ou secondaire), l'utilisation prolongée d'analgésiques et de tranquillisants n'est pas recommandée.

Natalia Evgenievna Pokhodilova

Psychologue, Kinésiologue Consultant en ligne. Spécialiste du site b17.ru

Votre médecin n'est probablement pas très.
Conseil - pendant la menstruation, vérifiez les hormones; si elles sautent trop, buvez-les quelques jours avant et deux jours après le début de l'aspirine.
mais aller chez un autre docteur, mao

Analgésiques Bonifen. Pts m'aide bien, sans eux je meurs de douleur. Peut-être que ça vous ira aussi

J'ai commencé à utiliser le nouvel anneau pour me protéger de la grossesse, l'un des avantages étant que les mensuels étaient juste à temps et absolument indolores.

Quelque chose que ton docteur est un peu bizarre. Et quels tests as-tu donnés? J'ai aussi cr. les jours étaient pénibles. J'ai donc passé une échographie, un frottis sur le degré de pureté, l'oncologie, l'analyse des hormones FSH, LH, la prolactine. Ici, j'ai le LH et suis tombé hors de la règle générale. Je me suis donc assis sur le dyufaston, la vitamine E et ai vu les honoraires gynécologiques (je, "Female Doctor" vu). Après cela, tout allait bien.

Moi aussi, j'ai bu toute une pause à travers ces vitamines E et C, mais cela n'a pas aidé.
et le conseil ici sur les vins de la femme était de boire du Novigan ou du spazmolgon.
Je bois depuis 10 ans probablement. de lui l'effet s'accumule. maintenant, même si je ne bois pas, tout ira bien. Eh bien, c'est un peu plus fort.

Moi aussi, je me épargne depuis plus d'un an avec un Novigan.

Sujets connexes

Faire du sport. Ce n'est pas une blague ou une spéculation. Je souffre beaucoup si je suis paresseux et ne va pas au yoga. Et si le corps est normal et sans douleur. Essayez juste, ce sera plus facile.

L'aspirine en tant qu'analgésique ne peut pas boire, gagner un ulcère à l'estomac. Mais boire l'infusion d'herbe de Tchernobyl au début et pendant la menstruation - il n'y aura pas de douleur, et en même temps, nettoyez le foie. Chernobylnik est une absinthe commune (non amère), elle pousse sous chaque clôture, dans le jardin et dans le jardin, mais peut également être utilisée comme assaisonnement pour la viande.
Et des périodes douloureuses chez les filles et les femmes qui n'ont pas donné naissance. Donnez naissance, et il n'y aura jamais plus de douleur avant la menstruation.

Les médecins m'ont recommandé de boire (ou de piquer) la première phase du cycle - les vitamines B dans la deuxième phase - la vitamine E. Boire pendant environ 2-3 mois, surtout au printemps. Essayez de boire une dose moyenne ou élevée de ces vitamines. Je ne me souviens pas du maximum en vitamines B et de 400 mg par jour en vitamine E.
Oui, et faire du sport!

Je sauve aussi Ketanov.

Je bois du kétanol, aide

Soyez prudent avec ketanovym. Le sang de mon ami lui est sorti du nez - elle a souffert pendant une demi-journée. Le médecin lui a conseillé d'Aponil. J'ai aussi essayé moi-même - intelligemment, cela fonctionne en 15-20 minutes.

Les filles, je suis 16 *** mois si douloureux qu'il semble que je meurs maintenant. Je ne peux pas marcher, asseyez-vous aussi. et même mentir .. Je ne sais pas quoi faire. Je bois 2 noshpy et un nurofen. aide seulement dans une heure. Et cette fois je souffre. aidez plizzz.

Mes périodes douloureuses mensuelles disparaissent aussi, je suis allé chez un gynécologue, une échographie, tout était normal, on me prescrivait des vitamines (E et acide folique, indométacine) Aucun sens, c'est devenu pire pour moi, je pense que je devrais aller chez un autre médecin.

Et si aux dépens d'un analgésique, seul un spasmalgon me sauve.

douleurs terribles (((. (seul un spasmalgon aide en une demi-heure .. et alors seulement brièvement)

les filles et j’ai un mois avec les mœurs de la cystite (je commence à courir constamment aux toilettes (

Le meilleur - kombispasm. Quant à moi. Encore mieux spazmalgona.

Ketorol. Juste super!

Et mon médecin m'a prescrit Logest hormonal. passé un mois .. dit qu'après eux des mois moins douloureux sera. ça n'a fait qu'empirer. des douleurs si infernales que je grimpe sur un mur. enregistre uniquement baralgin (((

Je n'ai habituellement que le premier jour du cintre. Je bois un comprimé de nurofène (je ne prends pas beaucoup de comprimés) et le tolère. tolérer Je suis courbé, malade, tout me fait mal.
Mais aujourd'hui a décidé de le faire .. Je suis monté dans la salle de bain et sous un courant chaud. Sérieusement! Se briser que tout fait mal. Et vraiment, la douleur est très faible. Maintenant au moins je peux apprendre. Mais c'était même pénible de s'allonger.

En passant, les filles ont juste le ventre chaud et toutes les règles)) pendant longtemps, je ne bois pas de pilules juste dans le bain et sous un courant chaud, à mon avis, il n'y a pas de meilleur moyen)))

depuis l'âge de 11 ans, j'ai des douleurs terribles le premier jour des règles, comme celles de ma mère et de ma grand-mère. le sommeil est impossible, encore plus.
et aucune naissance à eux de cela n'a pas aidé!
J'ai essayé de comprendre ce qui aide:
1. 2 "grosses pilules vertes" (chez tempalgin :)) aident presque toujours. mais si longtemps à attendre pour l'action, je meurs 20 fois dans ces une demi-heure, mais alors la douleur régresse brusquement et Kaaif. heures à 6. Oui et retourne plus aussi fort et pas pour longtemps ..))
2.Attendre l'action des comprimés, dans le bain sous une douche chaude
3. puis massez légèrement l'abdomen dans le sens des aiguilles d'une montre
4. est allée chez le gynécologue, elle m’a prescrit un traitement et 10 injections de plazmol par jour, après 3 mois, c’était ma chance, puis la douleur est revenue. Le cours peut avoir lieu une fois par an, alors j'attends.
5. bière. 2 pots ou mieux litre vivant non filtré. la douleur disparaît pendant quelques heures. la seule chose que vous ne voulez pas toujours verser dans autant de liquide.
6. café. aide seulement en état d'ébriété et encore 10 minutes))
7. Je travaillais dans une croisière de quatre mois dans les stations balnéaires des Bahamas et des Caraïbes, j'ai mangé beaucoup de vitamines, j'ai travaillé sur un simulateur, pris un bain de soleil, pris un régime + équilibré.
alors là aussi, tout allait bien.J'avais très peur, j'ai pris une série de pilules avec moi, mais en fait rien ne m'a fait mal, puis j'ai été à la maison pendant encore 2 mois de règles normales et le reste.

J’ai 18 ans, la menstruation dure depuis 6 ans déjà, la première année n’a fait aucun mal, exactement un an plus tard, la douleur a commencé, mais elle est devenue faible, mais elle a été aidée au bout de 10 minutes environ, mais par la suite une douleur intense a débuté, tous les symptômes de la dysménorrhée: nausée, fièvre, douleur, tout. c'était, le gynécologue a prescrit l'homéopathie-dysménorm - tout cela était absurde, cela n'aidait pas, et j'ai alors réalisé que l'homéopathie était tout à fait inutile. ensuite, le chirurgien (lors d’un examen médical de routine) a conseillé au nurofen, Elle-même est sauvée pour eux et tout, depuis un an et seulement je me sauve moi-même, j'ai peur de m'y habituer, alors je veux toujours rendre visite à un bon spécialiste. Mais que puis-je dire par moi-même, j'ai remarqué que si vous avez le temps de boire une pilule à temps, c'est-à-dire quand les jours viennent de commencer et que la douleur n’a pas encore commencé, vous pouvez vivre si vous le buvez quand il est déjà douloureux, puis tous les symptômes disparaîtront, vous mourrez et vous grimperez sur le mur, et alors seulement la tablette agira.

les filles conseillent Ibuklin (en moyenne 50 roubles). Immédiatement, tout passe, vous pouvez boire car vous sentez qu'ils vont venir et vous serez heureux. elle-même a souffert pendant 3 ans, elle a perdu conscience à cause de la douleur, maintenant on peut dire qu'elle a gagné

L'aspirine en tant qu'analgésique ne peut pas boire, gagner un ulcère à l'estomac. Mais boire l'infusion d'herbe de Tchernobyl au début et pendant la menstruation - il n'y aura pas de douleur, et en même temps, nettoyez le foie. Chernobylnik est une absinthe commune (non amère), elle pousse sous chaque clôture, dans le jardin et dans le jardin, mais peut également être utilisée comme assaisonnement pour la viande.
Et des périodes douloureuses chez les filles et les femmes qui n'ont pas donné naissance. Donnez naissance, et il n'y aura jamais plus de douleur avant la menstruation.

L'aspirine en tant qu'analgésique ne peut pas boire, gagner un ulcère à l'estomac. Mais boire l'infusion d'herbe de Tchernobyl au début et pendant la menstruation - il n'y aura pas de douleur, et en même temps, nettoyez le foie. Chernobylnik est une absinthe commune (non amère), elle pousse sous chaque clôture, dans le jardin et dans le jardin, mais peut également être utilisée comme assaisonnement pour la viande.
Et des périodes douloureuses chez les filles et les femmes qui n'ont pas donné naissance. Donnez naissance, et il n'y aura jamais plus de douleur avant la menstruation.

En ce qui concerne "donne naissance et tout va passer", je veux dire que ce n'est pas. J'ai moi-même souffert de douleurs sévères en Crète. jours Et j'avais l'habitude de dire la même chose, "donne naissance et tout se passera." Deux ans pour appeler a donné naissance. Et alors quoi? La première année de beauté-lyapota ne fait pas mal, ne gémit pas. Pour quoi alors les yeux sur le front de la douleur sont montés. Elle n'a pas non plus donné naissance. Je suis allé chez un autre médecin. Elle m'a ensuite tout expliqué que ce n'était pas une naissance. Passé son examen complet a trouvé le problème, guéri. Et maintenant la vie est à la framboise. Alors, mesdames, contactez un spécialiste GOOD et tout ira bien. Bonne chance

Récemment, pendant la menstruation, je ne faisais plus partie de ma vie, j’avais un autre jour et je ne comprendrai pas la raison, le médecin n’a pas compris la raison, mais cela ne m’a pas vraiment aidé. Plz dites-moi qui gère ce problème ??

J'ai aussi des règles très douloureuses, au point que je pince la peau du bras et que la douleur ne va pas là-bas. J'ai essayé diverses méthodes de traitement: les premiers médicaments hormonaux, quand je bois tout à la perfection, que rien ne fait mal, puis que je cesse de boire et que le supplice atskoe est nouveau, puis que je me suis fait prescrire de la vitamine B6, et que je le buvais parfaitement.
Aide vraiment efficacement le nurofène dans des capsules liquides ou 50g. L’identité du cognac devient normale) et l’herbe encore brassée 1: 1 des feuilles d’achillée et d’ortie (vendues en pharmacie) a presque immédiatement disparu.

Causes et symptômes

Le syndrome prémenstruel survient chez les femmes à n'importe quel âge, généralement 2 à 3 jours avant le début du cycle menstruel et jusqu'à la fin de la période de jours critiques. Les symptômes très douloureux sont si forts qu'ils entraînent une nervosité excessive, une irritabilité, une gêne, une incapacité même à sortir du lit.

Les facteurs suivants peuvent provoquer une pathologie:

  • défaillance des systèmes endocrinien et vasculaire
  • maladies gynécologiques
  • puberté chez les filles au moment de l’arrivée des premières règles, croissance des glandes mammaires.

Le symptôme principal est une douleur paroxystique, saccadée, douloureuse, qui se propage sur tout l'abdomen et s'accompagne de coliques aiguës. Apparaît en outre:

  • nausée, vomissements,
  • la diarrhée,
  • vertige
  • migraine,
  • fatigue
  • tachycardie
  • arythmie,
  • faiblesse
  • douleurs musculaires,
  • température élevée
  • la psychose.

La menstruation bouge légèrement ou, inversement, copieusement. La douleur donne dans le périnée, les organes lombo-sacrés dorsaux, pelviens. D'une manière ou d'une autre, les périodes douloureuses, en particulier celles qui se manifestent avec une telle force, ne peuvent être ignorées, forçant les filles et les femmes à prendre des médicaments, à faire des exercices physiques et respiratoires et à accepter une position du corps forcée.

On pense que cette pathologie ne se rencontre que chez les jeunes, ne donnant pas naissance à des filles et passe sans laisser de trace après la naissance du premier bébé. Cependant, ce n'est pas le cas. Les facteurs de provocation peuvent être différents, par exemple des périodes douloureuses après duphaston. Si les filles sont souvent l'emplacement anormal de l'utérus, la courbure qui se produit pendant la puberté ou non dosés soulever des poids. Ensuite, à un âge plus avancé, des maladies gynécologiques et un certain nombre d'autres facteurs peuvent provoquer un problème:

  • malformation congénitale de l'utérus,
  • prédisposition génétique
  • écoulement anormal du cycle menstruel
  • problèmes gynécologiques (ovaire polykystique, myome utérin, polypose du canal cervical, dysfonctionnement des gonades ovariennes)
  • dysménorrhée primaire, secondaire,
  • processus inflammatoire dans le système reproducteur,
  • endométrite,
  • colpit,
  • vaginite
  • grossesse extra-utérine
  • adhérences dans les tubes, appendices de l'utérus,
  • traumatisme utérin mécanique.

Rarement, mais la douleur survient en cas d'échec fonctionnel de l'hypophyse, de l'hypothalamus, du système vasculaire ou du système endocrinien. Au cœur du problème se trouve un déséquilibre hormonal, à savoir un taux surestimé de prostaglandines dans le sang, apparaissant dans le contexte d'un dysfonctionnement des glandes et conduisant à des contractions intenses et intensives de l'utérus. Cela provoque du rythme, des contractions et des douleurs lors de la menstruation.

Les symptômes de l'aménorrhée chez les filles sont très individuels:

  • transpiration excessive,
  • les pointes de pression
  • irritabilité générale
  • selles molles
  • nausée
  • des vertiges.

Que faire

Tout d'abord, il est recommandé de consulter un gynécologue et, pour les filles de moins de 16 ans, un pédiatre. Seul un spécialiste peut aider à identifier les véritables causes de la douleur, à effectuer une inspection visuelle primaire, à effectuer des tests sanguins (généraux, biochimiques) afin de déterminer le statut hormonal, en suivant la synthèse des substances sexuelles (prostaglandines) dans le sang.

De plus, un prélèvement cytologique sera prélevé de la cavité utérine sous forme de frottis. Possible de:

  • hystéroscopie
  • Échographie,
  • colposcopie vidéo
  • laparoscopie pour l'examen de l'espace intra-utérin et des ovaires.

Si les règles sont très douloureuses, les médecins recommandent des exercices et un échauffement le matin. Vous pouvez prendre des analgésiques. En particulier, les compléments alimentaires sont présentés, si les contraceptifs hormonaux, l'installation d'une hélice, qui peut être perçue de manière ambiguë par le corps comme un corps étranger, devenait la cause de périodes douloureuses.

Complications possibles

Les filles se demandent souvent pourquoi la douleur survient? Ceci, bien sûr, n'est pas la norme. Ainsi, l’algoménorrhée est lourde de complications. Si ce n’est pas pour prendre des mesures opportunes, la situation peut entraîner la perte de la fonction de reproduction, l’impossibilité de concevoir un enfant à l’avenir.

C'est un excès de prostaglandine qui entraîne des règles douloureuses. Pour prévenir les complications, cela signifie, pour un examen en temps opportun, de déterminer les véritables causes d’indisposition à la veille de la menstruation.

Dysménorrhée primaire

La dysménorrhée est inhérente aux filles émotionnellement instables au physique asthénique. Manifesté chez les adolescents avec la menstruation pour la première fois et jusqu'à 2-3 ans de suite sur fond de fond hormonal instable, de hauts niveaux d'hormones (dopamine, noradrénaline, adrénaline).

De plus, les filles commencent à se plaindre de:

Dans le type d’algoménorrhée parasympathique, on observe un taux élevé de sérotonine dans le liquide céphalo-rachidien et des signes absolument opposés de la maladie:

  • nausée, vomissements,
  • diminution de la température corporelle, du rythme cardiaque,
  • tabouret bouleversé
  • gonflement des membres inférieurs,
  • prise de poids rapide.

Dans la plupart des cas, l’algoménorrhée primaire est détectée dans le contexte de la dysplasie du tissu conjonctif en tant qu’anomalie génétique congénitale. Aussi à un jeune âge, les filles peuvent provoquer:

  • varices,
  • violation du tractus gastro-intestinal,
  • la myopie
  • scoliose.

Des périodes douloureuses sont observées chez les femmes présentant un tissu cartilagineux mince et délicat et des jambes allongées, lorsqu'au moment de la croissance de l'adolescence, le corps est clairement déficient en magnésium.

Une douleur infernale peut être observée lorsque l'utérus se plie à l'arrière (devant) sous la forme d'une malformation congénitale ou d'un développement anormal, au mauvais emplacement de la trompe de Fallope. Cela provoque la difficulté du flux sortant, la sortie du sang de l'utérus, une forte contraction et des règles douloureuses.

Dysménorrhée secondaire

Cette pathologie se réfère au type 2 et est détectée chez les femmes plus matures sous forme de croissance, scellant les adhérences dans les tissus des organes reproducteurs. La pathologie entraîne une perturbation du cycle menstruel, une augmentation des attaques douloureuses et des spasmes musculaires.

Les principaux facteurs provoquants de la dysménorrhée secondaire:

  • l'endométriose,
  • inflammation de la couche musculaire de l'endomètre,
  • salpingo-oophorite,
  • cytose,
  • polypose (dysfonctionnement ovarien),
  • oncologie,
  • mise en scène du dispositif intra-utérin.

Quand s'inquiéter

Il arrive que les signes douloureux disparaissent rapidement, mais ils s’attardent parfois jusqu’à 3 jours de suite et c’est une raison évidente de faire appel à des spécialistes. C'est avec l'avènement de la menstruation que la femme ressent de la fatigue, de la dépression, une variabilité de l'humeur et une diminution des performances. Les médicaments contre la douleur aident en partie, cependant, ce n'est pas une solution au problème.

Il est important de réguler la sécrétion de prostaglandine et, par conséquent, d'identifier les troubles physiologiques de la menstruation, de consulter un médecin, si nécessaire, de subir un examen physique général, une échographie et un traitement hormonal.

AIDE! Vous ne pouvez pas ignorer les longues périodes douloureuses et vous devez consulter un gynécologue de manière immédiate. La cause peut être une infection de l'utérus, une inflammation des muscles et même une oncologie, qui serre les terminaisons nerveuses.

Comment éliminer

Pour éliminer l’algoménorrhée primaire chez les filles, il est important d’identifier les véritables causes de la pathologie. Le médecin effectuera une enquête, examinera une analyse de sang pour vérifier la composition hormonale.

Le dépannage doit être effectué dans le complexe. Les filles sont importantes:

  • revoir le régime
  • combattre l'excès de poids
  • éliminer les mauvaises habitudes (alcool, tabac),
  • mener une vie saine
  • faire du sport
  • orienter les mesures thérapeutiques pour améliorer les fonctions du système reproducteur,
  • combinez le travail et le repos.

Efficace pour éliminer les règles douloureuses peut être:

  • physiothérapie (acupuncture),
  • médicaments hormonaux pour réguler la sécrétion de prostaglandines (butadion, brufen, naproxène),
  • électrophorèse en association avec la Novocaïne pour soulager les attaques douloureuses du plexus solaire,
  • complexes de vitamines,
  • Compléments alimentaires,
  • Thérapie d'exercice,
  • thérapie au laser
  • antispasmodiques,
  • médicaments non stéroïdiens pour soulager l'inflammation,
  • médicaments hormonaux (vain, indométacine),
  • contraceptifs oraux (Mersilon, Celeste, Marvelon),
  • recettes de médecine traditionnelle, utilisation d'herbes (pied de chat, achillée millefeuille, bore utérus, montre, renoncule, prêle des champs, hostie, brassard, marjolaine).

Pour identifier la véritable cause de la manifestation de l'aménorrhée secondaire, il est possible de prescrire la laparoscopie et l'hystéroscopie en tant que méthodes mini-invasives d'examen de la cavité péritonéale avec douleur intense.

IMPORTANT! Lors du traitement, des méthodes de médecine informelles peuvent être utiles: apithérapie, acupuncture. Cependant, en cas de règles douloureuses, il est impossible de recourir à l'auto-traitement, de modifier les doses et les schémas posologiques prescrits par le médecin, d'interrompre le traitement et de soulever des poids.

Opinion des médecins

Périodes douloureuses - ce n'est pas la norme, comme le disent de nombreux médecins. Traiter l'algoménorrhée et la dysménorrhée est nécessaire, et avec des sensations désagréables ne retarde pas le voyage chez le médecin. Seul un traitement en temps opportun aidera à éviter un déclin des fonctions de reproduction, jusqu'à leur perte totale.

Les médecins affirment que la douleur pendant la menstruation est un excès de prostaglandines ou une violation des fonctions physiologiques du corps. Il est important d'orienter le traitement afin d'éliminer les causes de la maladie primaire ou de suivre un traitement hormonal pour les femmes. Tout dépendra des résultats du test sanguin, de la laparoscopie, des ultrasons.

Il est important de comprendre que la menstruation est une fonction physiologique naturelle du corps de la femme, et même un léger inconfort conduit à une nette diminution des performances.

Éliminer les périodes douloureuses - ne signifie pas engourdir, mais identifier les premières causes de manifestation. Souvent, à la naissance du premier enfant, l’image chez les femmes change pour le mieux et la douleur cesse de s’influencer avec l’arrivée des règles.

Dans tous les cas, supporter une douleur forte et prolongée ne peut pas. C'est nocif à la fois physiologiquement et émotionnellement. La douleur affecte le système nerveux et les analgésiques et les AINS ne peuvent qu'aggraver la situation, entraîner des effets secondaires et une dépendance.

Il est important de passer des tests de statut hormonal, de subir une échographie pelvienne. Si un diagnostic d'aménorrhée secondaire est posé, un examen hormonal complet ou un curetage est nécessaire. Les médecins et les femmes recommandent aux médecins de commencer un calendrier (calendrier) de menstruations, d'observer l'apparition de sensations désagréables, la durée du cycle et des saignements, ainsi que d'autres symptômes connexes: quelle quantité de sang est libérée, quelles sont les pertes de couleur et de volume. Ces informations aideront certainement les médecins à identifier les causes réelles afin de sélectionner le traitement médical approprié.

Traitement de la dysménorrhée

Il est très simple d'aider les patients atteints de dysménorrhée primaire - il suffit de choisir les bons AINS (agent anti-inflammatoire non stéroïdien): indométacine, ibuprofène, kétoprofène, célécoxib, etc. Dans la plupart des cas, un comprimé suffit pour éliminer complètement la douleur du cycle actuel. Avec une douleur intense et une menstruation régulière, vous pouvez commencer à prendre des AINS 2 à 3 jours avant la menstruation.

- Quel est ce traitement? C'est juste des analgésiques.
- pas vraiment. Les AINS inhibent la synthèse des prostaglandines. Par conséquent, ils agissent non seulement sur le plan symptomatique (juste anesthésier), mais aussi sur le plan pathogène (affecte le mécanisme de développement de la douleur dans la dysménorrhée primaire).

Si vous prenez des AINS à chaque cycle avec une dysménorrhée primaire, d'un cycle à l'autre, la gravité de la douleur diminue.

Il est très facile d'aider les patientes qui ont des relations sexuelles et ne planifient pas de grossesse. Le moyen idéal de se débarrasser de la douleur menstruelle sera le COC (contraceptif oral combiné). Ce n’est pas sans raison que parmi les avantages non liés à la contraception du COC, l’élimination de la dysménorrhée et d’autres troubles du cycle menstruel vient en premier.

Rarement, mais toujours, il y a des patients qui sont mal aidés par les AINS et les COCI. Dans ce cas, la méthode combinée est utilisée: COC + NSAID.

Erreurs de traitement

Malgré l'apparente simplicité de la situation, tout un tas de mythes, d'illusions et de stupidités sont retournés autour de menstruations douloureuses.

La plupart des patients dont les règles sont douloureuses ne demandent pas d’assistance médicale et ne considèrent probablement pas cette douleur comme un signe de maladie. Les mères qui ont souffert de dysménorrhée dans leur jeunesse transfèrent hardiment leur expérience à leurs filles: «Cela passera lorsque vous donnerez naissance à un bébé. Avec des symptômes légers, nos femmes préfèrent «boire quelque chose» ou se coucher. Malheureusement, ce "quelque chose" est le plus souvent sans shpa.

"Je ne comprends pas pourquoi 80% de mes patientes ne prennent pas de silos pour les douleurs menstruelles."
- Après tout, à la télévision, ils disent que l'absence de shpa aide.
- Où est-ce qu'ils disent? Qui parle?
- Eh bien, ici, la publicité est tordue, où la mariée en robe blanche est debout, et la mère lui donne pas de shpu.
"Pourquoi pensez-vous que la mariée a ses règles?"

Mais le silo prend vraiment un grand nombre de femmes. Quelqu'un a conseillé à maman, à un ami, à un gynécologue. Ça aide mal. En fait, il a le droit de ne pas aider du tout, car les douleurs menstruelles ne sont presque pas associées à des spasmes. Bien que dans la dysménorrhée sévère, dans le cadre d'un traitement d'association, shpa peut être recommandé et approprié.

La chose la plus curieuse est que la majorité des patients qui préfèrent «ne pas prendre de shpu et se coucher» ont généralement réussi à prendre des AINS, mais continuent d’utiliser des moyens peu efficaces de peur de prendre régulièrement des comprimés «trop forts» ou «trop nocifs». Les AINS, bien sûr, ont un effet néfaste sur la paroi de l'estomac lors d'une utilisation régulière prolongée. L’application une fois tous les 24 à 30 jours peut être qualifiée d’application régulière, mais des facteurs néfastes sérieux sont nécessaires pour former un ulcère peptique. Si le patient a déjà une maladie de l'estomac, il est possible de suggérer des préparations contenant du célécoxib, qui sont les plus soigneusement appliquées sur la muqueuse gastro-intestinale.

Cas particulier

Nous rencontrons parfois des filles souffrant de graves crampes menstruelles.La douleur transforme progressivement une jeune femme enthousiaste et insouciante en une personne dont l'estime de soi décline rapidement.

- Qu'est-ce qui ne va pas chez toi? Obtenez le ensemble! Pourquoi ne pouvez-vous pas «faire face» aux menstruations ordinaires? - reprocher aux pairs.
- Nous ne comprenons pas ce qui lui est arrivé. Ce n'est pas une fille insouciante, ses parents sont perplexes. "Peut-être qu'elle ne veut tout simplement pas aller à l'école?"

Les tampons d’hygiène classiques peuvent augmenter la douleur. Les médicaments aident mal ou pas du tout. Les filles sautant à l'école, refusant de se rendre à la piscine et de participer à des activités sportives, il leur devient de plus en plus difficile d'entretenir des relations avec leurs amis.

La douleur peut être si intense que vous devez appeler une ambulance. Les médecins excluent l'appendicite aiguë, la grossesse et recommandent le dépistage des maladies sexuellement transmissibles, l'échographie et la tomodensitométrie. Cette expérience laisse un résidu très négatif. Pour certains jeunes patients, une telle intervention active n'est pas très différente de la violence physique. Lorsque, même après tout ce qui précède, aucune réponse n’a été reçue, si ce n’est que la fillette ne présente aucune des conditions susmentionnées, il lui est conseillé de prendre tout type d’anesthésique.

  • la douleur cyclique dure plus de 6 mois,
  • le patient s'inquiète d'une douleur prononcée et, à l'examen, le médecin ne décèle aucun (ou presque aucun) signe de la maladie,
  • le traitement aide mal, presque n'aide pas ou n'aide pas avec le cours répété de la thérapie,

l’endométriose et la dysménorrhée secondaire associée peuvent être suspectées.

Malheureusement, pour diagnostiquer l'endométriose, les femmes ont besoin d'une laparoscopie diagnostique.

Hélas, toutes les femmes ne sont pas prêtes à décider d'une opération à des fins de diagnostic. Imaginez à quel point il est difficile d’expliquer aux parents d’une jeune fille que leur fille a besoin d’une intervention chirurgicale pour s’assurer que ses douleurs menstruelles ne sont pas associées à l’endométriose.

Le professeur Robert Albee, expert de la World Endometriosis Society (Société mondiale de l'endométriose), lance dans son article un appel à toute l'humanité: «S'il vous plaît, croyez les jeunes femmes lorsqu'elles disent souffrir!».

L’idée qu’une jeune femme prétend exagérer ses souffrances ne vient pas à l’esprit de ses proches, mais également des médecins traitants. C'est une erreur très dangereuse. Pour une personne qui souffre, rien n’est plus offensant que la méfiance à l’égard des personnes de qui il attend de l’aide.

Produits sur le sujet: indométhacine, ibuprofène, kétoprofène, célécoxib, drotavérine, no-shpa

Pourquoi chaque mois douloureux

Les périodes douloureuses sont appelées algoménorrhée. Ils surviennent chez les femmes tous les mois. Toutes les menstruations ne sont pas accompagnées de sensations inacceptées.

Il est très important de réagir aux périodes trop douloureuses, car elles signalent souvent une maladie gynécologique en développement.

En règle générale, le premier jour de la menstruation est très douloureux. Il peut s'accompagner de sensations de douleur, de crampes et de piqûres, qui disparaissent spontanément après quelques jours ou après la prise d'analgésiques.

Les autres symptômes qui accompagnent l’algoménorrhée sont les suivants:

  • mal de tête
  • nausée
  • une indigestion,
  • faiblesse
  • irritabilité,
  • perte d'appétit
  • tachycardie
  • vomissements.

Un diagnostic précis des menstruations douloureuses ne peut être établi que par un gynécologue. Les causes les plus courantes de cette pathologie sont:

  1. Prédisposition héréditaire à une algoménorrhée douloureuse.
  2. Une carence aiguë de vitamines et de nutriments. Surtout souvent, la douleur est observée avec un manque de calcium et de magnésium dans le corps d'une femme.
  3. Développement de maladies gynécologiques. Il peut s'agir de fibromes utérins, de pathologies du développement des organes de reproduction, de kystes ovariens, de cancers, de lésions infectieuses, etc.
  4. Échec hormonal.
  5. La faiblesse des muscles du bassin et des ligaments en général. Cette condition est associée à un manque d'effort physique, ce qui entraîne une faiblesse musculaire et une sensibilité accrue aux crampes abdominales.
  6. La mise en place du dispositif intra-utérin.
  7. Dystonie végétative.
  8. Avortement précédemment reporté.
  9. Mauvaise nutrition.
  10. Utilisation de contraceptifs hormonaux.

De plus, la courbure de la colonne vertébrale, les varices, la microstroke et les névralgies augmentent le risque de menstruations douloureuses.

Qu'est-ce que les périodes douloureuses

Si le mois provoque une gêne assez tolérable dans le bas de l'abdomen et qu'il est facile de l'arrêter avec des antispasmodiques, ne vous inquiétez pas.

Si chaque période est accompagnée de sensations désagréables prononcées (frissons, bouffées de chaleur et même perte de conscience), le cycle est considéré comme pathologique.

Règles douloureuses chez une adolescente

Les adolescentes ont souvent des règles douloureuses, ce qui leur pose un réel problème. Dans un tel cas, les raisons suivantes peuvent provoquer une gêne:

  • faiblesse des muscles vaginaux
  • insuffisance hormonale, souvent observée chez les adolescents,
  • contraction utérine excessive
  • mauvaise coagulation du sang,
  • seuil de douleur bas
  • le stress et la dépression,
  • l'inflexion de l'utérus, ce qui complique l'écoulement du sang.

Douleur intense pendant la menstruation le premier jour

Une douleur intense pendant les règles, observée le premier jour, peut être une variante de la norme ou indiquer un processus pathologique. Dans ce dernier cas, les problèmes suivants sont le plus souvent observés:

  • processus inflammatoires dans les organes pelviens,
  • infection dans les ovaires ou l'utérus,
  • MST (maladies sexuellement transmissibles).

Il est possible de distinguer la douleur pathologique de la douleur physiologique. Dans le premier cas, l’inconfort sera permanent plutôt que périodique (sous forme de spasmes). Il est très difficile de les arrêter avec des analgésiques conventionnels.

Crampes douloureuses pendant la menstruation

Le développement de maladies gynécologiques peut entraîner une gêne lors des règles et des crampes. Dans la plupart des cas, ces symptômes provoquent des processus inflammatoires dans le pelvis et provoquent également une endométriose.

Cette maladie entraîne le fait que la couche interne de la paroi utérine s'étend jusqu'aux ovaires ou aux trompes de Fallope. Le traitement de l'endométriose implique des médicaments hormonaux.

Quoi prendre de la douleur pendant la menstruation

Pour soulager la douleur pendant la menstruation, il est autorisé de prendre de tels médicaments:

  1. AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) - Diclofenac, Nimesil.
  2. Dérivés de progestérone, qui réduiront l'activité de l'utérus.
  3. Antalgiques non hormonaux - "Analgin".
  4. Contraceptifs oraux. Ils vont supprimer le processus d'ovulation et réduire le tonus de l'utérus.

Également autorisé à prendre des plantes médicinales (infusion de prêle, décoction de camomille, menthe et achillée millefeuille).

Comment traiter les règles douloureuses

Traiter les menstruations douloureuses est recommandé dans un complexe. Si la cause de l’inconfort est une maladie spécifique, vous devez prendre les médicaments prescrits par votre médecin.

Avec les causes physiologiques de l'algoménorrhée, vous pouvez soulager votre état en:

  • correction de puissance,
  • éliminer les mauvaises habitudes
  • massage lombaire.

De plus, lors de journées critiques, il est conseillé de faire des exercices spéciaux pour améliorer l'élasticité et le tonus des muscles du bassin.

Prévention

Les recommandations suivantes aideront à réduire le risque de développer des règles douloureuses.

  1. Nutrition complète. Le régime alimentaire doit être bien équilibré et riche en nutriments.
  2. Prendre des vitamines à chaque saison. Le médecin doit les choisir en fonction des besoins individuels du corps.
  3. Activités sportives. Cela peut être à la fois une formation professionnelle et de simples exercices physiques effectués à la maison. En outre, le fonctionnement et la charge habituels aideront à renforcer l’appareil ligamenteux.
  4. Respect du mode optimal de repos et de travail.
  5. Éviter le stress et la surmenage nerveuse.
  6. Protection contre le refroidissement excessif.
  7. Contraceptifs oraux appropriés.
  8. La rapidité du traitement de toutes les maladies gynécologiques, processus inflammatoires, infections.
  9. Examen préventif régulier (semestriel) par un gynécologue et tests.

Conclusion

Les périodes douloureuses peuvent être si prononcées qu'une femme ne sera pas en mesure de travailler, de dormir ou d'aller à ses occupations. Dans un tel état, il est nécessaire de rechercher la cause du problème et de l’éliminer, jusqu’à ce que la maladie soit passée à une forme courante.

Causes de menstruations douloureuses

Avant de décider de l'utilisation de certaines méthodes de traitement des périodes douloureuses, il est nécessaire d'établir de manière fiable le facteur étiopathogénétique, qui est devenu la cause première de leur survenue, car dans certains cas, l'élimination de la cause suffit à soulager le syndrome douloureux.

Les mécanismes étiopathogénétiques de développement du syndrome douloureux sont les mêmes pour toutes les formes d’algoménorrhée et sont basés sur la violation du trophisme du myomètre résultant du spasme des vaisseaux alimentant l’utérus. La cause immédiate de l'augmentation du spasme artériel est le processus de contractions utérines excessives, qui se produisent sous l'influence de taux élevés de prostaglandines. Dans des conditions normales, les contractions utérines se produisent de manière constante, mais elles sont si faibles qu'elles n'affectent pas la santé de la femme et ne causent pas de douleur. Ainsi, la douleur ne survient que dans le cas de contractions énergétiques intensives de l'utérus.

Les périodes douloureuses chez les adolescents appartiennent au groupe des algoménorrhées primaires qui surviennent au cours des trois premières années suivant le début de la menstruation. Les filles de type asthénique avec une psyché émotionnellement instable souffrent plus souvent de menstruations douloureuses. Dans certains cas, l’algoménorrhée primaire disparaît d'elle-même après l’accouchement, en raison de l’étirement du col de l’utérus, ce qui constitue un obstacle à la sortie du sang.

Les débuts de l'algodysménorrhée primitive se produisent à l'adolescence et la survenue de périodes douloureuses est due à l'un des facteurs étiologiques suivants:

- des troubles du fonctionnement du système nerveux sympathique avec un déséquilibre concomitant de la sphère hormonale (augmentation du niveau de noradrénaline et de dopamine). Chez les filles souffrant de ces troubles, il existe non seulement des règles douloureuses, mais aussi des constipations fréquentes, de la tachycardie, une insuffisance de la circulation périphérique des membres supérieurs et inférieurs, des troubles du sommeil et une fièvre de courte durée lors de la menstruation,

- dysfonctionnement du système nerveux parasympathique, accompagné d'une augmentation du taux de sérotonine et se manifestant sous la forme d'algoménorrhée, d'une diminution du rythme cardiaque, de selles affaiblies, d'une diminution de la température corporelle et d'une tendance aux réactions allergiques,

- lésion tuberculeuse des organes génitaux. Dans l’enfance, cette pathologie se manifeste par l’apparition d’anomalies congénitales du développement, de sous-développement de l’une ou des deux glandes mammaires, de salpingo-opharite chronique, de troubles du cycle de l’apparition des règles et de périodes douloureuses. On pense que cette pathologie dépend de la saison et que des périodes d'exacerbation sont observées en automne et au printemps,

- une diminution du taux de magnésium dans l'organisme s'accompagne non seulement de règles douloureuses, mais aussi d'une tendance à la constipation, à des douleurs dans l'intestin non associées à la prise de nourriture, ainsi qu'au développement de signes de myopie,

- les anomalies dysplasiques du tissu conjonctif dans 60% des cas sont accompagnées de règles douloureuses. Les filles atteintes d'anomalies du développement du tissu conjonctif présentent des signes phénotypiques caractéristiques tels que membres allongés, disproportionnalité du corps, déformation statique de la colonne vertébrale thoracique et du pied plat longitudinal transversal,

- diverses maladies psycho-neurologiques sont accompagnées d'une distorsion de la perception de la douleur; par conséquent, les filles atteintes de tels troubles se plaignent souvent de règles douloureuses et il est impossible d'identifier une pathologie organique de l'appareil reproducteur dans ce cas,

- La sortie difficile des écoulements ménagers avec une anomalie congénitale existante de l'emplacement ou de la forme de l'utérus est accompagnée de contractions utérines douloureuses supplémentaires.

Chez les femmes après l'accouchement, les règles douloureuses sont classées dans la catégorie des algoménorrhées secondaires et leur apparition est associée à l'influence de facteurs nécessitant une correction médicale. Les facteurs de risque pour l'apparition de périodes douloureuses incluent:

- la formation d'adhérences dans la région pelvienne après des maladies infectieuses et inflammatoires des organes génitaux internes,

- néoplasmes de l'utérus et des appendices (fibromyome, polype). La survenue de douleur est due à une violation de l'écoulement sanguin de l'utérus en raison de la présence d'une masse dans sa cavité,

- signes d'endométriose, se manifestant par la propagation des cellules du myomètre à d'autres organes génitaux. La douleur dans cette situation survient à la suite du rejet de ces cellules au moment de l'apparition de la menstruation. Une douleur persistante, qui est observée même après la fin de la menstruation, est caractéristique.

- varices du réseau veineux du segment iléo-fémoral,

- déformation massive cicatricielle de l'utérus, due à de nombreuses chirurgies abdominales intra-utérines et curetage,

- utilisation à long terme de la contraception intra-utérine, ainsi que violation des conditions techniques de son établissement,

- rupture de l'appareil ligamentaire de l'utérus pendant l'accouchement,

- l'apparition de signes d'adénomyose, dans lesquels se développent la reproduction des cellules de l'endomètre, et leur pénétration dans les couches musculaires plus profondes de l'utérus.

Périodes très douloureuses

Les «règles très douloureuses» sont la plainte la plus courante de la plupart des femmes qui demandent conseil à un gynécologue. Presque toutes les femmes en âge de procréer remarquent que, durant les premiers jours du cycle menstruel, elles ont des règles douloureuses qui peuvent être considérées comme une sorte de gêne liée à la localisation du bas-ventre.

Selon les statistiques mondiales, pas plus de 10% des femmes souffrent d'épisodes typiques d'algoménorrhée, qui décrivent le syndrome douloureux comme une douleur soudaine, intense, crampes et récurrente dans le carré inférieur de l'abdomen ou directement au-dessus de l'utérus. En plus des douleurs abdominales basses dans 80% des cas au cours de cette période, il se produit un relâchement des selles et des vomissements isolés non associés à la prise de nourriture. Dans la plupart des cas, chez les femmes dont les règles sont douloureuses au cours des premiers jours du cycle, il existe un mal de tête prononcé de nature compressive, des vertiges et même une altération de la conscience à court terme.

Le syndrome de la douleur typique de l’algoménorrhée est une douleur douloureuse ou aggravante qui irradie à la fois dans la région lombaire et périanale et qui est observée le premier jour du cycle menstruel et diminue progressivement après deux jours.

Les manifestations caractéristiques chez les femmes souffrant de périodes douloureuses sont des troubles psycho-émotionnels, qui se manifestent par une irritabilité accrue, des troubles du sommeil allant de la somnolence à l'insomnie, des troubles de l'humeur, allant jusqu'au développement de la dépression. Tous ces troubles ne sont pas étayés, car dans cette situation, il n’ya pas de pathologie organique des structures cérébrales et, dans une plus grande mesure, ces troubles psycho-émotionnels sont causés par un changement du statut hormonal de la femme au début de la menstruation.

Selon la gravité des manifestations de certains symptômes, il existe en gynécologie une classification généralement acceptée de l'algoménorrhée, selon laquelle on distingue trois degrés de sévérité de cette pathologie.

♦ L’algodysménorrhée légère se caractérise par l’apparition d’une douleur modérée à court terme au bas de l’abdomen lors de l’apparition de la menstruation, et ce complexe de symptômes douloureux ne cause pas l’invalidité de la femme. Bien que le syndrome douloureux n’ait pas d’effet négatif prononcé sur l’état de santé, les gynécologues recommandent de procéder à un examen approfondi de ces femmes afin d’en identifier les causes et de prévenir la progression de l’algoménorrhée. Certaines femmes remarquent que les règles modérément douloureuses après l'accouchement cessent de les gêner ou que le syndrome douloureux s'atténue.

♦ Les menstruations douloureuses de sévérité modérée doivent également déterminer la cause première de leur survenue, car les femmes atteintes de cette pathologie ont besoin d'un traitement médical qualifié pour réduire la douleur. Le degré moyen implique l’émergence d’une femme souffrant non seulement de douleur, mais aussi de troubles du fond psycho-émotionnel.

♦ Dans presque 100% des cas, la forme grave de menstruations douloureuses est provoquée par une pathologie congénitale ou infectieuse-inflammatoire grossière des organes du système reproducteur. Les femmes souffrant d’algoménorrhée grave perdent complètement leur capacité de travail au début de la menstruation, car elles présentent des troubles prononcés de leur santé physique et psycho-émotionnelle.

En outre, il est nécessaire de distinguer la forme compensée de l’algoménorrhée primitive, caractérisée par un syndrome douloureux de même intensité tout au long de la menstruation, ainsi que par une décompensation, caractérisée par une augmentation progressive de l’intensité de la douleur. Afin de prévenir la décompensation chez le type primaire d'algoménorrhée, il est recommandé de préserver la première grossesse.

Tous les symptômes cliniques observés lors de règles très douloureuses peuvent être attribués à un syndrome particulier:

- syndrome végétatif-vasculaire, se manifestant par des vertiges, des nausées et des vomissements non motivés, de graves maux de tête compressifs, un engourdissement des membres supérieurs et inférieurs ainsi que des troubles de la conscience à court terme,

- syndrome psycho-émotionnel, qui se manifeste par une irritabilité accrue, une distorsion des préférences gustatives et olfactives, un manque d'appétit et même un développement d'humeurs dépressives,

- Syndrome métabolique endocrinien, faiblesse manifeste non motivée, démangeaisons de la peau et douleurs dans les grosses articulations.

Les règles douloureuses sont parfois accompagnées de saignements utérins abondants et, dans certains cas, au contraire, les femmes constatent une faible libération de sang menstruel sous forme de caillots.

Une des règles douloureuses résultant de l'endométriose est un syndrome douloureux prononcé et un complexe symptomatique de nature infectieuse-inflammatoire (augmentation de la température corporelle jusqu'au niveau sous-fébrile, augmentation de la VS, présence d'écoulement mucopurulent, quel que soit le cycle menstruel). Un examen gynécologique primaire chez une femme souffrant de règles douloureuses, provoqué par une endométriose, permet de suspecter cette terrible maladie, puisque des sensations douloureuses sont observées lors d'un examen manuel de l'utérus et des appendices, ainsi qu'une violation de leur mobilité.

L'endométriose, localisée dans la cavité corporelle de l'utérus, s'accompagne non seulement d'un syndrome douloureux prononcé, mais également de la survenue de saignements utérins en dehors du cycle menstruel. Une des manifestations de la menstruation douloureuse avec une endométriose interne est un syndrome anémique de sévérité modérée et sévère, accompagné d'une faiblesse grave, de la pâleur de la peau, d'une distorsion du goût. Cette pathologie nécessite un diagnostic et un traitement précoces, car dans 70% des cas, l'endométriose est compliquée par le développement d'une infertilité due à une obstruction des trompes de Fallope.

En règle générale, les périodes douloureuses, même de gravité sévère, ne provoquent pas de complications spécifiques et ne causent pas de maladie ou d'invalidité prolongée. L'évolution longue et l'absence de diagnostic et de traitement rapides de la maladie sous-jacente, principale cause de l'apparition de l'algoménorrhée, entraînent l'apparition de complications inflammatoires.

Que faire avec les menstruations douloureuses

L'idée fausse absolue chez de nombreuses femmes souffrant d'algoménorrhée est que cette pathologie n'a besoin que de prendre une pilule analgésique pendant les périodes douloureuses. N'espérez pas que les crises de règles douloureuses se termineront après la naissance de l'enfant. En fait, même le moindre inconfort au niveau de la région pelvienne et de l'abdomen constitue la base d'un examen médical approfondi des femmes à l'aide de méthodes de recherche instrumentales et de laboratoire.

Afin de permettre au gynécologue de déterminer plus facilement le volume de mesures diagnostiques et thérapeutiques nécessaires, une femme souffrant de règles douloureuses devrait toujours tenir un journal intime reflétant tous les changements survenant dans son corps au cours du cycle menstruel. En plus des enregistrements réguliers de la durée du cycle menstruel, une femme doit enregistrer la durée, l’abondance du flux menstruel, ainsi que tous les symptômes observés lors de l’apparition de la menstruation.

Les gynécologues recommandent aux femmes souffrant de règles douloureuses d'observer certaines conditions de travail et de repos, ainsi que d'adapter leur régime alimentaire. Parmi les mesures non spécifiques susceptibles de réduire la douleur au début de la menstruation, il convient de noter:

- la normalisation du régime de travail et l’assurance d’une nuit complète d’au moins 8 heures,

- des exercices physiques réguliers visant à renforcer les muscles de la paroi abdominale antérieure,

- correction du comportement alimentaire avec rejet total de l'usage de boissons alcoolisées, ainsi que restriction des aliments riches en calories,

- la limitation des effets du stress sur le corps, ainsi que l'utilisation de méthodes apaisantes de psycho-correction du comportement,

- application d'un massage relaxant général avec des éléments d'acupuncture,

- application d'un réchauffeur de chaleur dans la région du bas-ventre quelques jours avant le début attendu de la menstruation,

- 5-6 séances d’électrophorèse avec Novocainum dans le plexus solaire avant l’apparition de la menstruation.

La médecine alternative propose également une large gamme de médicaments à base d'ingrédients à base de plantes que vous pouvez préparer vous-même à la maison. Ces recettes sont efficaces pour soulager la douleur pendant la menstruation: infusion de piment à l'eau (2 cuillerées à soupe de feuilles bouillies bouillir dans 500 ml d'eau et laisser infuser pendant deux heures, puis prendre 50 ml trois fois par jour, quel que soit le repas) , décoction de prêle (mélanger 300 ml d’eau bouillie avec 1 cuillère à soupe de prêle hachée et laisser reposer pendant 2 heures, puis filtrer et prendre 50 ml deux fois par jour).

Toutes les méthodes susmentionnées de traitement de la douleur ont le droit d'exister, mais les femmes doivent prendre en compte le fait que l'algoménorrhée n'est pas une forme nosologique indépendante et que cette pathologie nécessite nécessairement le diagnostic et l'application d'un schéma de traitement individuel.

La clé du succès du traitement de l’algodysménorrhée est un examen complet du patient, impliquant un examen gynécologique des organes génitaux externes et internes, une évaluation du statut hormonal, un examen des organes internes du système digestif, du système urinaire par imagerie par rayonnement et, si nécessaire, un examen laparoscopique.

Après l'examen gynécologique initial du patient présentant des règles douloureuses, le médecin décide de l'utilisation de diverses méthodes de diagnostic instrumentales et de laboratoire supplémentaires. Dans la plupart des cas, une méthode par ultrasons pour diagnostiquer la cause de l'algoménorrhée est un examen par ultrasons de l'utérus et de ses annexes avec un capteur linéaire ou vaginal. Cette méthode de diagnostic radiologique permet de reconnaître la présence de formations volumiques de l'utérus et des ovaires, ainsi que des anomalies de localisation et de forme.

Afin de clarifier la présence de varices dans la projection du pelvis, ainsi que les signes de lésions de l’appareil ligamenteux de l’utérus, il est recommandé de réaliser une méthode d’imagerie laparoscopique au cours de la période prémenstruelle.

Les examens de laboratoire et cytologiques du sang et de l'urine ne sont pas cruciaux pour le diagnostic de la cause de l'algoménorrhée, mais certaines maladies causant des règles douloureuses se traduisent par des modifications des paramètres de laboratoire. Par exemple, les maladies de nature infectieuse et inflammatoire sont accompagnées d'une augmentation de la RSE, de la leucocytose sanguine. En outre, une liste obligatoire de mesures de diagnostic pour les périodes douloureuses comprend la colpocytologie avec biopsie, ainsi que le frottis vaginal pour les cellules atypiques afin de diagnostiquer une oncopathologie maligne du système reproducteur.

Traitement des menstruations douloureuses

Avant de commencer le traitement symptomatique des menstruations douloureuses, il est nécessaire de diagnostiquer la cause première de leur survenue, car dans la plupart des cas, un traitement étiopathogénétique adéquat est complété par l'élimination complète de la douleur pendant la menstruation.

Le traitement des femmes atteintes d'algoménorrhée primaire et secondaire doit être confié à différents spécialistes: un gynécologue, un généticien, un endocrinologue, un neuropathologiste, un rééducateur.

Les principales directions dans le traitement des menstruations douloureuses sont: une approche individuelle, la continuité de la méthode thérapeutique et la composante étiopathogénétique de la thérapie. Pour choisir la méthode de traitement la plus efficace, la forme de l'algoménorrhée, l'âge du patient, la gravité des manifestations cliniques de la maladie, la possibilité de corriger le facteur étiologique de l'apparition de cette maladie ainsi que la présence d'une pathologie chronique concomitante chez la femme.

L'algoménorrhée primaire est difficile à traiter car, avec cette pathologie, il est souvent difficile d'éliminer la cause des règles douloureuses. Afin d’éliminer le facteur psycho-émotionnel qui aggrave la perception de la douleur, a recommandé l’utilisation de sédatifs (Adaptol 500 mg 2 p. / Jour. Oral, Sedasen 1 capsule 2 p. / Jour).

Afin de soulager les douleurs sévères, il est conseillé d'utiliser des médicaments du groupe antispasmodique (Spazmolgon 500 mg par jour, No-Shpa à une dose quotidienne de 120 mg) et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (Nise 100 mg 2 p. / Jour. Indométhacine 25 mg 3 p. par jour.). Il est recommandé de prendre les préparations de ces groupes quelques jours avant l’apparition prévue de la menstruation, ainsi que toute la période douloureuse. Il convient de garder à l'esprit que les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont agressifs pour les effets sur les muqueuses du tractus gastro-intestinal et que, par conséquent, la durée de leur administration orale régulière ne doit pas dépasser 5 jours.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont un effet analgésique en raison de leur capacité à réduire rapidement le niveau de prostaglandines. Par conséquent, un effet positif se produit dans les deux heures et la durée de l'analgésie est d'au moins 6 heures. La grossesse, l'hépatite virale et le diabète sont des contre-indications absolues à l'utilisation de médicaments dans ce groupe.

Les médicaments dont l'efficacité dans le traitement de l'algoménorrhée primaire est prouvée sont des gestagènes naturels qui peuvent réduire le niveau de prostaglandine dans le sang, procurant ainsi un effet relaxant sur les muscles utérins. En outre, les médicaments de ce groupe ont un effet bénéfique sur la fonction de reproduction et constituent un moyen de prévenir les fausses couches spontanées. À un jeune âge, il est préférable d'utiliser des gestagènes naturels dépourvus de réactions indésirables (Progestérone 5 mg par jour par voie intramusculaire avec une série de 6 injections). La seule contre-indication à l'utilisation de médicaments dans ce groupe est la présence de maladies infectieuses et inflammatoires des organes génitaux.

En cas d’algoménorrhée primaire chez les femmes sexuellement actives, il est raisonnable d’utiliser régulièrement des contraceptifs hormonaux (Ovidon, Antiovin). Le mécanisme de soulagement de la douleur est dû à une diminution du niveau de prostaglandine, due à la suppression de l'ovulation, à une diminution de la pression à l'intérieur de l'utérus, ainsi qu'à une diminution de l'intensité des contractions utérines. La durée d'utilisation des médicaments dans ce groupe est d'au moins trois mois, conformément au schéma standard des moyens hormonaux d'action combinée aux fins de la contraception. L'utilisation à long terme de contraceptifs hormonaux est considérée comme la meilleure mesure préventive pour prévenir la grossesse extra-utérine, ainsi que l'apparition de tumeurs malignes dans la région pelvienne.

La combinaison de contraceptifs oraux avec de la vitamine E à une dose quotidienne de 300 mg a un effet positif sur le traitement de l’algoménorrhée primaire. Comme tous les médicaments d’origine synthétique, les contraceptifs oraux ont un certain nombre de contre-indications qui en limitent l’utilisation, ce qui devrait inclure une tendance à une thrombose accrue, une cirrhose du foie et une lactation.

Le seul domaine d'application de la méthode de traitement chirurgical est la présence d'une fille atteinte de malformations congénitales menstruelles douloureuses du système reproducteur.

Le facteur déterminant dans le choix d’une méthode appropriée de traitement de l’algoménorrhée secondaire est l’établissement de la cause fondamentale de la maladie et son élimination. Ainsi, la présence de signes de déformation cicatricielle de l'utérus chez la patiente avec un processus d'adhérence concomitant dans le petit bassin est une indication absolue pour un traitement chirurgical. Le montant des avantages opérationnels dans cette situation est déterminé selon que la femme a accouché ou non. Un traitement chirurgical est également utilisé dans le cas d'une tumeur diagnostiquée des organes génitaux internes. Si la survenue de règles douloureuses est due à l'utilisation prolongée de dispositifs contraceptifs intra-utérins, ce fait justifie le retrait de la spirale utérine.

Les suppositoires vaginaux pour menstruations douloureuses ne sont utilisés que dans les cas de syndrome douloureux marqué provoqué par des modifications infectieuses et inflammatoires de l'utérus et des appendices.

Le soulagement de la douleur pendant la menstruation est favorisé par l’utilisation de diverses méthodes de traitement en physiothérapie (courants diadynamiques, électrophorèse avec novocaïne, acupuncture), qui doivent être suivies pendant 10 à 15 séances d’au moins trois mois.

Comment améliorer le bien-être

Si la douleur est causée par une maladie, il faut la guérir. Comment exactement - le médecin déterminera. Mais supporter la douleur en tout cas n'est pas nécessaire. Si vous avez des règles douloureuses, beaucoup de femmes savent quoi prendre. Ce sont les médicaments les plus différents. Nous parlerons des plus efficaces d'entre eux.
1. AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens). Non seulement il est très efficace contre les pilules menstruelles douloureuses, mais il réduit également l’abondance des pertes de sang d’environ 30%. Si le médicament ne fonctionne pas - le problème est probablement lié à une posologie trop faible, cela devrait dépendre du poids de la personne.
Le problème est que les médicaments de ce groupe (peut-être le plus connu - "l'ibuprofène") affectent négativement l'estomac. Par conséquent, ils ne peuvent pas tout prendre. Options plus "douces" et sûres - "Meloxicam" ou "Celebrex".

2. contraceptifs oraux. Oui, ce sont les mêmes pilules hormonales qui protègent contre la grossesse. Mais ils constituent également un excellent moyen de prévention de l’endométriose et de réduire les pertes sanguines mensuelles - la menstruation devient plus courte, plus pauvre et pratiquement indolore.

3. Préparations avec progestatif. Ce sont aussi des préparations hormonales, mais qui, en cas de menstruations douloureuses, doivent être bues au cours de la seconde moitié du cycle. Recommandé aux femmes qui, pour une raison quelconque, ne peuvent pas prendre de contraceptifs oraux. La drogue la plus célèbre de ce groupe est peut-être Duphaston. Par ailleurs, il est également utilisé pour traiter l'infertilité, s'il est causé par un déficit en progestérone.

4. Antispasmodiques. “No-shpa”, “chlorhydrate de Papaverina”. Beaucoup de gens savent que ces médicaments soulagent les spasmes musculaires. Mais les gynécologues modernes les considèrent moins efficaces que les AINS. Si vos règles passent douloureusement - ces médicaments ne sont pas le meilleur choix.

5. vitamine E. Une étude menée par James Makele il y a 10 ans montre le rôle positif de la prise de vitamine E à une dose de 200 mg par jour, avant et pendant la menstruation. Et un effet particulièrement positif est perceptible chez les adolescents. Chez les jeunes filles, non seulement les règles deviennent moins douloureuses, mais aussi moins abondantes.

Tout cela est bon, mais beaucoup de femmes recherchent des remèdes populaires mensuels douloureux qui peuvent aider, car la plupart des médicaments ont des effets secondaires, des contre-indications et ne sont pas bon marché. Une alternative peut être des bougies à la belladone - un remède naturel vendu en pharmacie. Certes, les instructions disent que cela vient d'hémorroïdes, mais certains médecins le recommandent comme antispasmodique.

Le traitement des herbes menstruelles douloureuses est également effectué avec les éléments suivants: ortie, sauge, camomille, utérus en pin, origan, céleri, absinthe, etc. Différents guérisseurs offrent leurs propres honoraires. Mais leur efficacité et leur sécurité sont inconnues.

Nous vous recommandons de ne pas utiliser de médicaments et d'herbes par vous-même. Consultez un médecin.

Pin
Send
Share
Send
Send