La vie

Est-il possible de baptiser un enfant tous les mois?

Pin
Send
Share
Send
Send


L’apparition du foyer de l’enfant est un moment fort attendu et passionnant pour tous les parents. Je veux protéger le bébé, l'admirer jour et nuit, me réjouir de chaque son et du premier sourire prononcé. Pratiquement dès la naissance, les jeunes parents cherchent à déterminer qui seront les parrains de l’enfant né, qui les soutiendra et les protégera en cas de danger ou les orientera sur le droit chemin. Quand le choix est fait, ils se demandent s'il est possible de baptiser un enfant pendant la marraine mensuelle, car personne n'est à l'abri de cela, calculez les options à l'avance pour qu'il n'y ait pas de chevauchement. Les opinions des ministres de l'église ne sont pas d'accord, mais vous pouvez essayer d'établir la vérité.

Jours critiques à la croix, si la cérémonie est possible

Vous pouvez ou ne pouvez pas baptiser un enfant avec un mensuel à la marraine discuter pendant une longue période. Quelqu'un de ferme défend la position selon laquelle il est strictement interdit de prendre part aux sacrements. D'autres autorisent cette option avec des conditions énoncées séparément.

Pour éviter une telle situation, les parents doivent d'abord convenir de la date du baptême avec le futur parrain et serviteur du temple, où la cérémonie aura lieu. Nous ne pouvons pas exclure l'option lorsque le salaire mensuel d'une femme commence de manière inattendue. Dans ce cas, elle doit informer les parents de l'enfant, le prêtre. Ce sera un grand péché que la femme ait délibérément dissimulé la possibilité de menstruations le jour fixé.

Aujourd'hui, la seule interdiction stricte ne l'est pas. Certains religieux autorisent une femme à se faire baptiser pendant les règles. Ceci est stipulé à l'avance. Il y a quelques nuances de comportement dans ce cas. La marraine ne peut être présente qu'à la cérémonie, sans aucune participation, et elle ne détient pas non plus d'enfant.

Il y a d'autres options pour le sacrement:

  • si les passions ont la possibilité de tenir une cérémonie à la maison. Cette pratique n'est pas considérée comme courante. Tout est négocié individuellement,
  • certains prêtres autorisent une femme à aller au temple pendant ses règles, mais elle devrait rester à l'écart, tout en la reconnaissant comme marraine,
  • une femme peut observer le sacrement, debout dans le narthex du temple, elle ne la laisse pas entrer,
  • Certains prêtres insistent sur le fait qu'il est impossible de baptiser un enfant si une femme a des jours critiques. La date du sacrement est transférée ou les parents prennent le parrain d'une autre femme.

Que faire avec des règles inattendues à la croix?

En règle générale, chaque femme connaît son propre cycle menstruel, mais tout ne se passe pas comme prévu. Tous les mois peuvent commencer quelques jours plus tôt ou plus tard, ce qui ne peut être prédit à l’avance. Si le baptême devait avoir lieu à cette date, vous devez absolument informer les parents de l’enfant, le prêtre.

Il y a quelques conseils sur ce qu'il faut faire dans ce cas:

  1. Déplacez la date du baptême.
  2. Demandez à une autre personne de devenir la marraine d'un enfant.
  3. Consultez le prêtre, il donnera les recommandations nécessaires.

Peu de gens savent que, selon les concepts de l'église, une femme physiquement impure est considérée jusqu'à la fin des saignements. Vous ne pouvez pas participer au rite, même le dernier jour

Il y a encore une chose qui permet de ne pas reporter l'événement prévu. Il est fait référence aux paroles du patriarche serbe Pavel, qui affirme qu'un paroissien durant une période de journées critiques est considéré comme physiquement impur. Cela n'empêche pas d'offrir des prières. En conséquence, tout le problème de l'écoulement du sang, mais avec cette hygiène, les produits peuvent y faire face. En utilisant le coton-tige, la décharge restera à l'intérieur. Bien sûr, même une telle mesure ne permet pas une pleine participation au sacrement, mais elle n'interdit pas non plus le nom de la marraine dans l'église.

De nombreux prêtres sont guidés par les paroles du patriarche, permettant à la marraine de se rendre au temple. Elle est avertie de ne pas toucher les icônes. Vous ne pouvez pas boire d'eau bénite.

Recommandations aux futurs parrains du clergé

Devenir une marraine - responsable pour chaque femme. Elle s'engage auprès du Seigneur pour un enfant innocent, promettant d'instruire et de protéger. Avant d'accepter une offre de jeunes parents, consultez un prêtre.

Ils ont quelques directives générales:

  1. Connaître l'heure du début des jours critiques pour que le jour de la cérémonie ne tombe pas sur cette heure.
  2. Parlez aux prêtres choisis pour faire la Sainte-Cène. Il peut rarement autoriser la présence d'une femme dans le temple, même à cette heure-ci.
  3. Si vous avez commencé vos règles auparavant, ne les cachez pas.

Est-il possible d'être baptisé lors de la réglementation

Une femme qui veut se faire baptiser doit clairement connaître la date du début des règles. Il est strictement interdit de conduire le rite ces jours-ci. Ceci est dû à deux raisons:

  1. L'eau bénite dans la police sera contaminée par du sang. Cela va à l'encontre du symbolisme de sa pureté, de sa capacité à laver les péchés. Ceci est une raison spirituelle.
  2. Les médecins ont également une explication similaire: il est interdit de prendre un bain pendant cette période. Le risque de pénétration d'agents pathogènes du vagin dans le col augmente.

Le rite est transféré à la période de fin complète de la décharge.

Il est possible ou impossible de baptiser avec le mensuel, dans l’enfant d’une femme, la foi du père dans le temple choisi par ses parents. Il est nécessaire d'aborder cette question de manière responsable afin de ne pas violer le sacrement, de ne pas encourir le péché et de tromper ceux qui vous sont chers.

Sacrement du baptême

Le baptême est le premier et le plus important sacrement du christianisme.

Nous devenons membres de l'église après l'avoir traversée et ce n'est qu'après le baptême que nous pouvons participer à d'autres sacrements existants, y compris le sacrement. Cela donne à l'homme l'espoir de la vie éternelle. Le rite est effectué lors de la lecture de certaines prières. Une personne est soit trempée trois fois dans l’eau, soit arrosée.

L'eau est un symbole de pureté: elle ne nous lave donc pas la saleté ordinaire mais la nettoie aussi moralement. Ceux qui sont confrontés pour la première fois à des questions de baptême doivent savoir que tout le processus consiste en des rites apparentés.

Pour la première fois, ce rituel a été accompli par Jean-Baptiste dans le Jourdain, puis Jésus-Christ a été baptisé par lui. Dans le monde moderne, il est conduit par une personne spirituelle spécialement formée. Celui qui est baptisé se repent de ses péchés. Comme l'église l'explique, une personne reçoit une nouvelle naissance spirituelle, elle cesse d'exister pour une vie charnelle et charnelle et renaît en une nouvelle, éternelle, spirituelle.

Dans les temps anciens, par exemple, les bébés n'étaient pas baptisés. Ils n'ont toujours pas conscience de la foi. Toute la responsabilité de prendre une décision devrait être assumée par les proches. Maintenant, nous avons commencé à baptiser de jeunes enfants.

Les bébés sont baptisés dans la foi suivie par leurs parents. Tous les participants au rite doivent être des coreligionnaires.

Les récepteurs spirituels, parrain et marraine, sont responsables de l’éducation du filleul dans le cadre des lois chrétiennes.

Le concept de "l'impureté" féminine dans la religion

Ce concept est connu de l'Ancien Testament. Après analyse, nous pouvons conclure que le non-respect des règles hygiéniques et rituelles a été attribué aux «eaux usées». Par exemple, les corps des personnes décédées, les organes internes des animaux, diverses maladies, en particulier la peau, les femmes en travail, le culte des idoles, les péchés des païens, tout cela était considéré comme "méchant".

La liste inclut également tous les écoulements de sang du corps, y compris le flux menstruel, qui rappellent la mort et le péché originel. Il est possible qu'en raison du manque d'hygiène intime à cette époque, la femme ait simplement barbouillé le sol de l'église avec ses propres sécrétions et qu'il était donc impossible d'y assister.

Le concept de pureté du Nouveau Testament se situe à un niveau complètement nouveau - le plus élevé, le spirituel.

Les chrétiens qui vivent selon les canons du Nouveau Testament ne considèrent pas les maladies de la peau, la chair morte et le sang comme spirituellement impurs. L'histoire décrit même un cas dans lequel une femme très malade qui avait eu ses règles avait touché les vêtements de Jésus et était guérie. On peut en conclure qu'aucune restriction n'a été établie en la matière.

Le Nouveau Testament ne lie pas la pureté de prière physique et spirituelle. Mais est-il possible de baptiser un enfant pendant la menstruation - la question reste ouverte à ce jour.

La marraine "critique" des jours

Procéder ou ne pas faire le baptême, si la croix "ces jours-ci" en excite beaucoup. Craignant de faire quelque chose de mal, chaque parent cherche une réponse à cette question. Appelez pour des éclaircissements au clergé, demandez à des amis.

Personne ne vous donnera une réponse sans équivoque. Sur ce sujet, il y a beaucoup de controverse et de débat. Les avis sont partagés: certains ne permettent que de visiter l'église, de lire des prières et de se tourner vers Dieu, d'autres considèrent même cela comme inacceptable. Aujourd'hui, les ministres de Dieu expriment de manière ambiguë la "femme au mois" et ses droits dans la vie religieuse. Les exceptions concernent les femmes mortellement malades. Ils peuvent prendre la communion et se faire baptiser les jours critiques.

Le livre de règles opère dans l'Église orthodoxe. Cela touche la question discutée dans cet article. On pense que la menstruation rend une femme "impure" uniquement physiquement. Par conséquent, elle peut aller à l'église pour prier.

En ce qui concerne la participation au sacrement du baptême, il est inacceptable que l'orthodoxie y assiste pendant les journées «des femmes».

Les professeurs de science orthodoxes soulignent également l'impossibilité de rester absolument sur tous les sacrements existants d'une femme pendant le cycle menstruel. Un mois se compose de trente jours, vous en trouverez sûrement un approprié. Il est préférable d'attendre une période plus favorable et de reporter le rite. Si c'est interdit, alors il y a des raisons pour cela.

En fin de compte, il y a des traditions enracinées qui doivent être respectées et ne pas douter de la nécessité de les respecter. Si, tout à coup, les circonstances et que vous deviez baptiser le bébé, étant "impur", soyez sûr de l'avouer.

Quelques astuces

Les serviteurs de Dieu se tournent vers les futures marraines avec de telles recommandations:

  • Afin de ne pas être dans une situation inconfortable, calculez le cycle menstruel et discutez de ce moment avec vos parents.
  • Reportez-vous au père, il vous dira comment être dans cette situation. Il y a des cas où ils donnent la permission de participer au rite.
  • En aucun cas, ne peut cacher le fait dominant au prêtre et aux parents de l'enfant.

Il y a certainement un moyen de sortir de chaque situation de la vie. Vous devez être honnête avec vous-même et avec les autres. Pesez le pour et le contre, établissez des priorités et vous prendrez la bonne décision. En dernier recours, sans parvenir à un consensus, vous pouvez inviter la marraine et une autre femme à jouer ce rôle.

Il faut savoir

Si vous décidez de baptiser un enfant, il ne sera pas superflu de vous familiariser avec certains points indiqués par l'Église orthodoxe:

  • Dans notre pays, il est d'usage de baptiser de jeunes enfants, bien que l'âge d'une personne n'ait pas d'importance pour la conduite du baptême. La décision de baptiser à l'âge d'un enfant de moins de sept ans est confiée à ses parents. Jusqu'à quatorze ans - son avis est déjà pris en compte. Ensuite, une autorisation parentale est requise.
  • Il y a des restrictions lors du choix des parrains et marraines. Il est impossible d'inviter des moines, un homme et une femme dans un mariage, des personnes d'une autre confession et des mineurs à ce rôle. Père et mère ne peuvent pas non plus être récepteurs. Ne faites pas confiance à votre enfant à des inconnus.
  • Maman ne peut pas assister à la Sainte-Cène, elle n'a pas non plus besoin d'aller à l'église dans les quarante jours suivant la naissance du bébé. Cela est dû au thème de la "malpropreté" d'une femme qui vient de donner naissance à un enfant.

L'essentiel est que les futurs parrains doivent avant tout aller à l'église, pouvoir prier, observer le jeûne, c'est-à-dire être croyants. Sinon, comment peuvent-ils diriger leur filleul vers le droit chemin?

Mais que vous baptisiez un enfant ou non, lorsque le parrain a ses règles, tout le monde décide par lui-même. Sans connaître tous les antécédents religieux, vous ne devriez pas avoir trop confiance en vous et assumer la responsabilité de la décision. Après tout, si nous ignorons certains problèmes, nous ne pouvons pas non plus savoir avec certitude quelles pourraient être les conséquences de leur non-respect. Plus important encore, le bébé était en bonne santé!

Est-il possible de baptiser un enfant avec un mensuel à la croix?

Les ecclésiastiques interdisent de baptiser un enfant pendant la menstruation. Ce phénomène viole les lois de l'église.

Certains prêtres disent: "Un acte pécheur ne se produira pas dans le rite de baptême, si le mensuel chez la marraine se reproduit de manière inattendue, la marraine pècherait beaucoup si elle savait qu'elle avait l'intention de baptiser l'enfant avec le mensuel. "

En substance, quel développement spirituel donnera-t-elle à son filleul si elle-même n’honore pas les lois de l’église?

Que faire pendant le cycle menstruel au croisement?

  • Si la menstruation survient accidentellement, il est recommandé de transférer le baptême.
  • La marraine devrait être remplacée par une autre femme si la date du baptême ne peut être changée.
  • Nous devons parler avec le saint père, qui envisage de baptiser le bébé. Découvrez son avis. Il vous conseillera quoi faire dans cette situation.
  • Rappelez-vous que le dernier jour de la menstruation, la marraine est également considérée comme impure.
  • Ne trompez pas la mère avec le père et le prêtre au début de la menstruation.
  • Fixez la date du baptême en tenant compte du cycle menstruel de la croix.

Pourquoi n'est-il pas souhaitable d'aller à l'église et de baptiser un enfant pendant la menstruation?

Un tel tabou est né au début de l'Ancien Testament. Pendant le cycle menstruel, la femme est impure et souille le temple pendant son séjour. Il est interdit à une femme de mettre des bougies, d’embrasser un crucifix, d’aller à l’église. Pour cette raison, il est interdit de baptiser un enfant à tous les mois. Et dans le Nouveau Testament ne semble pas une interdiction sur les femmes ayant des règles. Par conséquent, les opinions des membres du clergé de différentes confessions diffèrent sur ce sujet:

  1. Les prêtres donnent la permission de la croix au mensuel pour entrer non seulement dans la Maison de Dieu, mais aussi pour baptiser l'enfant au cours du mois.
  2. Permettre à la marraine d'aller au temple, seulement pour prendre l'enfant du bol pour le laver n'est pas autorisé. Cela doit être fait par quelqu'un d'autre.
  3. Interdisent généralement aux femmes de franchir le seuil de l'église avec leurs règles.

Si un parrain a ses règles le jour du baptême, elle doit se comporter honnêtement avec l’église, ses parents et son filleul. Après tout, le rite du baptême est soumis aux sept mystères de l'Église orthodoxe, lorsqu'une personne réapparaît dans le monde pour préserver sa vie spirituelle.

Forum: Psychologie

Nouveau pour aujourd'hui

Populaire aujourd'hui

L'utilisateur du site Woman.ru comprend et accepte qu'il est seul responsable de tous les documents publiés partiellement ou entièrement par lui-même via le service Woman.ru.
L'utilisateur du site Woman.ru garantit que le placement des documents qui lui sont soumis ne porte pas atteinte aux droits des tiers (y compris, mais sans s'y limiter, le droit d'auteur), ne porte pas atteinte à leur honneur et à leur dignité.
L'utilisateur du site Woman.ru, en envoyant des documents, est donc intéressé par leur publication sur le site et exprime son consentement à leur utilisation par les éditeurs du site Woman.ru.

L'utilisation et la réimpression de documents imprimés sur le site woman.ru ne sont possibles qu'avec un lien actif vers la ressource.
L'utilisation de matériel photographique n'est autorisée qu'avec le consentement écrit de l'administration du site.

Placement de propriété intellectuelle (photos, vidéos, œuvres littéraires, marques de commerce, etc.)
Sur le site woman.ru, seules les personnes disposant de tous les droits nécessaires à un tel placement sont autorisées.

Droits d'auteur (c) 2016-2018 Hurst Shkulev Publishing LLC

Édition du réseau "WOMAN.RU" (Woman.RU)

Le certificat d'enregistrement des médias EL No. FS77-65950, délivré par le Service fédéral de surveillance dans le domaine des communications,
Technologies de l'information et communications de masse (Roskomnadzor) 10 juin 2016. 16+

Fondateur: Société à responsabilité limitée «Hurst Shkulev Publishing»

Pourquoi est-il impossible de baptiser avec le mensuel?

Les femmes et les filles qui avaient le syndrome prémenstruel ne pouvaient pas et ne pouvaient pas participer au sacrement du baptême, car elles sont considérées comme impures et ont été nettoyées de la saleté pendant leur cycle. Ils ne pouvaient pas être baptisés ou baptisés pendant le cycle menstruel. Une femme pendant sa période «difficile» est instable, ce qui peut nuire à sa santé. Ceci s'applique à la condition mentale et physique des femmes. Ce point de vue existe toujours dans l'environnement de l'église. Il est également impossible d'être marraine lors du «nettoyage», car cela s'explique également par l'instabilité émotionnelle du corps de la femme pendant la période «difficile».

Cacher le fait qu'une femme soit «nettoyée» est un péché.

Cette interdiction a un autre aspect: pour des raisons naturelles, une femme ne peut pas participer au sacrement du baptême pendant la menstruation.

Premièrement, dans le passé, les femmes ne portaient pas de sous-vêtements, elles étaient donc au statut de persona non grata pendant leur «position spéciale». Quand ils avaient le syndrome prémenstruel, leur «impureté» pouvait contaminer le temple, le souiller. Une femme n'était pas autorisée à aller à l'église à ce moment-là jusqu'à la fin de ses règles. Ce n’était pas une discrimination fondée sur le sexe, mais était faite pour des raisons esthétiques et hygiéniques par des membres du clergé.

✔ Découvrez le secret ➔ Pourquoi ne pas vous faire couper les cheveux pendant la grossesse?

Dans le monde moderne, il existe des tampons et des vêtements, mais le syndrome prémenstruel reste un fait. Si le sang lors de la plongée dans la fonte pénètre dans l'eau, l'eau sera souillée par "la malpropreté" de la femme et ne conviendra pas pour le sacrement.

Du point de vue de l'hygiène, cela est également très dangereux, car le col de l'utérus est ouvert pendant les règles, ce qui peut entraîner l'infiltration de bactéries et entraîner une infection.

Une femme pendant ses règles ne peut pas contrôler ses émotions associées à l’expérience de saignements, d’anxiété en raison de la situation inconfortable. Ses pensées sont constamment distraites et la femme elle-même est dispersée émotionnellement et mentalement, ce qui est strictement interdit dans l'église. La marraine ou le baptisé doit se concentrer sur les rituels, la prière et rejoindre Dieu.

Il ne doit pas être distrait par des pensées et des conversations superflues afin de préserver la pureté du rituel. Une femme pendant les jours «critiques» ne peut pas contrôler totalement son passé émotionnel. C’est aussi l’un des problèmes de son isolement pour la période du PCI.

Signes Pourquoi ne pas se laver à Pâques?
Signes, coutumes et caractéristiques
L'Eglise orthodoxe est née ... Pourquoi ne pouvez-vous pas mettre une bougie pour un non baptisé?
Beaucoup de traditions, en particulier concernant l'appartenance à ceci ou à cela ... Pourquoi est-il impossible de planter des épinettes dans la cour?
Les signes, les superstitions et les croyances jouent parfois un rôle important ... Pourquoi les esprits ne peuvent-ils pas être convoqués?
Depuis l'enfance, nous connaissons tous de nombreuses histoires sur la mort d'une personne ... Pourquoi ne pouvons-nous pas laver les droits?
Il y a beaucoup de signes, de règles et de rituels chez les automobilistes, ... Pourquoi est-il impossible de se marier vendredi?
Dans le monde moderne, non seulement beaucoup de gens n'adhèrent pas à l'ancien ...

De l'histoire

L'Ancien Testament affirmait qu'une femme est impure pendant le cycle menstruel. Par conséquent, elle ne pouvait pas toucher les gens et les choses qui étaient également considérées comme impures après cela. Mais les scientifiques expliquent cela par le fait que la règle concerne davantage les normes sanitaires que les règles divines. Dans le désert, il était nécessaire d'éliminer tout risque d'infection et d'autres maladies.

Au début de la naissance du christianisme (les 500 premières années), il n'y avait aucune restriction à ce sujet. La moitié féminine de la population était libre d'aller au temple et de participer à des cérémonies. Plus tard, les membres du clergé ont changé de point de vue et ont commencé à interdire la présence de filles dans des lieux sacrés pendant les saignements.

On sait que dans le temple ne peut pas verser le sang. Mais en l’absence de méthodes modernes d’hygiène intime, la menstruation pourrait encore s’étendre. De nombreux prêtres célèbres n’ont pas soutenu cette approche. Ils croyaient que le principe divin est dans l'homme à tout moment de la vie. Par conséquent, vous ne pouvez pas excommunier une femme de l'église pendant la menstruation. Mais plus de discussions s'ouvrent autour du baptême de l'enfant.

Approche moderne

Comment organiser des baptêmes est décidé individuellement. Une organisation d'église spécifique a le droit d'établir des règles de conduite pour ses membres sur la base de leur propre interprétation des Saintes Écritures.

Par conséquent, la réponse du prêtre quant à savoir si cela peut être pendant la marraine mensuelle dans une église sera positive et dans l’autre négative.

L’Église catholique a depuis longtemps aboli les interdictions obsolètes. Mensuel associé à "l'impureté" seulement les conservateurs.

«Aujourd'hui, il est plus facile pour une femme de suivre les règles de l'hygiène personnelle. Par conséquent, je ne vois aucune raison qui empêcherait d'aller à l'église et de participer à un culte pendant la menstruation. "

Cette information intéressante est fournie par un autre prêtre:

«Pourquoi est-il impossible de baptiser un enfant d'un mois ou d'aller au temple? Tout cela est un malentendu historique commun. Je crois que les processus naturels dans le corps ne peuvent pas profaner une personne. Ce n'est que par des actes pécheurs. Par conséquent, il n'est pas interdit de mener une vie d'église complète. "

Conseils utiles pour le baptême pendant la menstruation

Pour éliminer tout doute, une femme devrait faire ce qui suit:

  1. Consultez le prêtre qui effectuera le rite du baptême. Le prêtre peut interdire complètement d'être dans le temple ou simplement ne pas toucher aux sanctuaires (l'enfant sera tenu par quelqu'un d'autre).
  2. À toute occasion pour transférer l'événement. Mais il n’est pas exclu que le prêtre permette à l’enfant d’être baptisé pleinement avec la participation d’une femme. Tout dépendra de la paroisse et de la clarification des Saintes Écritures.

Découvrez dans l'un de nos articles s'il est possible d'aller au cimetière par mois.

Exceptions orthodoxes

En raison de la réunion des évêques qui s'est tenue en 2015, l'église a officialisé la règle de l'abstention de la Sainte-Cène pendant la période de purification des femmes.
Par conséquent, la question de savoir s'il est possible d'aller à l'église avec des baptêmes avec des périodes mensuelles a été résolue. Une visite au temple est autorisée, mais la participation aux rites peut poser problème. Mais il existe des exceptions selon lesquelles il est possible de baptiser un enfant pendant ses règles:

  • en danger mortel
  • saignements prolongés dus à la maladie.

La future marraine doit en tenir compte et étudier son cycle. Si les menstruations sont en avance sur le calendrier ou continuent plus longtemps que d’habitude, ce n’est pas la faute de la femme. Bien pire, si une personne sait d'avance sur l'impossibilité de participer à la Sainte-Cène, mais accepte quand même.

Comment procéder

Si la date du baptême de l'enfant tombe sur le mois, mais qu'il n'est pas possible de choisir une autre date, la marraine peut simplement être enregistrée. Et lors du baptême du garçon, sa présence est facultative. Une femme doit comprendre que là où sa future participation à la vie de l’enfant est plus importante que la présence à la Sainte-Cène est plus importante.

Ne pas oublier un point important. Si vous ne savez pas s'il est possible de baptiser un enfant tous les mois, vous doutez de la capacité de celui-ci à remplir ses futures obligations envers le bébé. Les parrains et marraines qui ne vont pas à l'église et ne se conforment pas aux prescriptions ne peuvent pas aider l'enfant dans les domaines spirituels.

Que faire lors du baptême pendant la menstruation

Lorsque la mère de la marraine a commencé ses règles, vous ne pouvez pas cacher ce fait. Vous ne devriez pas refuser un tel rôle. Vous devez donc expliquer aux parents de l'enfant la raison de l'impossibilité de leur comparution dans le temple.

Et vous ne pouvez pas le cacher au prêtre. La pratique montre que certains prêtres font des concessions, étant donné le désir d'une personne d'aider un enfant dans son développement spirituel.

Si une femme dissimule le fait de saigner, cela ne nuit pas seulement à elle-même, mais aussi au bébé. Une personne malhonnête n'est pas en mesure de remplir une fonction concernant le soutien d'un enfant et son développement spirituel. Mais dernièrement, le baptême a été réduit à la formalité habituelle, sur laquelle tout se termine. Et les parrains et les mères ne remplissent pas leurs obligations.

Pourquoi les règles sont-elles autorisées à ne pas participer aux sacrements?

Les parties constitutives de la personnalité sont le corps, l'âme (le vaisseau de Dieu) et l'esprit de l'homme, qui parmi les croyants sont mélangés à l'Esprit de Dieu. Dans le sacrement du baptême, baptisés, purs dans la pensée, des représentants de la foi - paroissiens de l'Église participent. Une femme ayant ses règles, en fonction de facteurs historiques et traditionnels, est considérée comme impure. Cela signifie seulement qu'il est pollué corporellement et physiologiquement - il subit lui-même une purification. Une personne est directement responsable de la moralité et de la pureté spirituelle, exposant ses propres pensées ou passions mauvaises et se repentant au Seigneur au moment de la confession.

Le côté spirituel et psychologique du monde est en contact avec la matière à travers le corps. Les règles du sacrement du baptême ont été établies à une époque où il n’était pas fait mention de moyens d’hygiène et où les femmes elles-mêmes ne portaient pas de sous-vêtements. Les prêtres n'étaient pas autorisés à aller dans les temples pendant la menstruation pour éviter que du sang ne tombe accidentellement sur le sol. C’est un facteur historique et traditionnel qui interdit la participation à des cérémonies et la présence dans l’Église.

Les vêtements et la qualité des tampons et des tampons ne posent plus aucun problème, mais le facteur physiologique reste le mois et le syndrome prémenstruel. Lors du baptême d'un enfant, les pensées de toutes les personnes participant au sacrement sont orientées vers le contact spirituel avec Dieu. L'âme est attachée au côté mental et physique du monde. La plupart des femmes ont du mal à contrôler leurs émotions et leurs pensées, ce qui «tourne» autour d'un processus biologique: spasmes de l'utérus, expérience de la circulation sanguine dépassant les limites des produits d'hygiène, instabilité nerveuse. À ce moment-là, elle est psychologiquement absente au baptême et elle applique les règles du sacrement de manière mécanique. C'est la deuxième raison pour laquelle les prêtres de l'Église ne sont pas autorisés à baptiser un enfant pendant la menstruation.

Quand pouvez-vous participer à la Sainte-Cène

Baptême - immersion dans l'eau. Lors de la cérémonie, le prêtre lit les prières destinées à cette occasion, badigeonne l'enfant avec de l'huile et coupe une partie de ses cheveux. Après cela, la confirmation est effectuée. Maintenant, le baptisé peut lui-même participer à tous les sacrements et il a des parrains qui sont responsables devant Dieu de l'éducation spirituelle et psychologique du filleul, ainsi que de ses père et mère de sang.

Symboles lors du baptême:

  • l'onction d'huile et l'immersion ultérieure dans l'eau est la purification du corps, de l'âme et de l'esprit de l'homme par la mort des péchés commis,
  • croix pectorale - salut, patience,
  • des vêtements légers après la fonte - pureté spirituelle (confirmation de la mort des péchés),
  • tonsure - dévotion à la volonté baptisée de Dieu.

À l’origine, le baptême des adultes et de Jésus-Christ dans l’eau du Jourdain était célébré par Jean-Baptiste. Aujourd'hui, les bébés âgés de moins de sept ans sont baptisés avec le consentement de seuls parents biologiques. Les jeunes (7-14 ans) et les personnes âgées sont obligés de demander leur décision afin de ne pas violer le droit de la personne à la liberté de choix de la religion. Celui qui est baptisé plus de 14 ans ne peut pas attendre le consentement du père et de la mère pour le baptême, mais il a besoin de la présence de témoins à la cérémonie.

Avant que la Sainte-Cène ne commence ses règles

L'évangile selon Matthieu (chapitre 9, versets 20-22) décrit un cas dans lequel Jésus-Christ a approuvé le toucher d'une femme qui saignait à la main sur des vêtements qui représentent la règle céleste.

Vous ne pouvez pas baptiser une femme ou un garçon (une adolescente de 7 à 14 ans), si elle a commencé ses règles. Le baptême est définitivement transféré au moment où la menstruation ou les jours critiques sont complètement terminés.

Il y a deux raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas être baptisé pendant les règles. Spirituel - l'eau dans la fonte sera contaminée de sang, ce qui violera le symbolisme de la pureté corporelle après la mort des péchés. Médical - Pendant la menstruation, il est interdit de prendre un bain car le col est ouvert et il y a un risque de pénétration de bactéries du vagin.

Le père et la mère biologiques doivent coordonner le temps de l'Épiphanie avec le ministre du temple choisi et le futur parrain, afin d'exclure les coïncidences avec les jours critiques.

Si la période a commencé au temps de la marraine, il est impératif d’informer le prêtre et les parents de sang de trouver ensemble un moyen de sortir de cette situation. Nulle part dans le Nouveau Testament il n'est dit que les femmes menstruées sont limitées à la visite des temples ou au respect des règles.

Il est considéré comme un péché que la femme connaisse d'avance sur la possible coïncidence de la date de la cérémonie avec la période au cours de laquelle son nouveau cycle menstruel pourrait commencer, mais, sans informer personne, a décidé de suivre toutes les règles du sacrement.

Il n’ya pas d’interdiction stricte faite aux filles et aux femmes d’aller à l’église durant leurs périodes mensuelles. Ils sont temporairement dispensés de participer aux sacrements, c'est-à-dire qu'ils ont le droit de ne pas suivre les règles obligatoires de la cérémonie, mais seulement d'assister à la cérémonie. Mais comme il n'y a pas d'opinion sans équivoque des théologiens et du clergé, cette question devrait être discutée avec le prêtre lui-même, qui devrait accomplir le baptême.

Quelles sont les décisions les plus souvent prises:

  • le sacrement est fait à la maison (au domicile du nourrisson),
  • permettre de participer partiellement, ne pas permettre de garder l'enfant dans le processus de la cérémonie, etc.,
  • la marraine n'assiste qu'à la cérémonie ou observe par la porte ouverte du porche du temple, et son nom est inscrit dans le livre et le témoignage,
  • sont autorisés à suivre toutes les règles lors du baptême,
  • interdire d'entrer dans l'église.

Si le prêtre a autorisé la marraine avec la menstruation à se rendre à la cérémonie, il stipule immédiatement quelles règles elle doit respecter et ce qui est interdit. Le déroulement de la procédure elle-même restera le même, mais le rite est efficace et sans conséquences mystiques pour l'enfant. Mais lorsqu'une femme n'est pas autorisée à participer, les parents biologiques s'accordent sur une date différente. Dans les cas extrêmes, ils demandent à être la marraine d'une autre femme.

Conclusion

La vision de l'église moderne d'assister au temple et de participer aux sacrements des femmes menstruées est différente de la vision du monde des prêtres chrétiens et des théologiens du 19e siècle de notre ère. Par conséquent, si le mensuel chez le parrain a commencé soudainement, et la date du baptême n'est pas possible de transférer, vous devez simplement informer le prêtre, pour connaître son opinion.

Est-il possible de baptiser un enfant tous les mois?

Les différends et les discussions sur cette question ne peuvent pas être comptés, et maintenant tout le monde est libre d'agir à sa propre discrétion. Cependant, si vous triez en quelque sorte les informations obtenues à partir de différentes sources, plusieurs options s'offrent à vous.

  1. Alors, souvent avec la question de savoir si cela est possible et comment baptiser un enfant, si la marraine commençait soudainement à avoir ses règles, les parents se tournent vers le clergé. Ce qui n'est pas toujours obtenir une réponse définitive. Certains prêtres interdisent formellement aux femmes menstruées de se rendre à l'église et, plus encore, de participer à la Sainte-Cène. D'autres le prennent avec condescendance et proposent à la marraine de simplement rester à l'écart, tandis que quelqu'un d'autre prendra le bébé dans la police. En outre, il existe des réponses positives à la question de savoir s'il est possible de baptiser un enfant pendant ses règles. Mais dans tous les cas, il est impératif de se renseigner sur l’opinion du prêtre à ce sujet.
  2. Par ailleurs, je voudrais expliquer pourquoi il est impossible de baptiser un petit enfant pendant la menstruation. C'est une très longue tradition. Auparavant, on croyait qu'une femme menstruée était censée être «sale» et ne devrait pas entrer dans l'église de Dieu et toucher les sanctuaires. La question est évidemment controversée et la différence entre des concepts tels que "foi" et "religion" est clairement visible.

Pourquoi, à l'époque de la purification naturelle du corps de la femme, assister à une église est considéré comme un péché, mais tout le monde ne comprend pas. Après tout, la menstruation peut être considérée comme une étape préparatoire à la conception et à la naissance d’un enfant, et elle n’a rien de grave ni de coupable. En outre, si une femme se tourne vers Dieu avec des pensées pures.

Peut-être cela est-il dû au fait qu'avant le beau sexe ne portait pas de sous-vêtements et que le sang menstruel maculait le sol de l'église. Dans ce cas, les produits de soins personnels modernes résolvent ce problème depuis longtemps.

En bref, il n’ya pas de réponse définitive à la question de savoir s’il est possible de baptiser un enfant du premier au dernier jour du mois. Mais pour ne pas violer les traditions bien établies, il est préférable que la date du baptême soit convenue d'avance avec la marraine. Et si les règles ont commencé soudainement, vous devez demander conseil au prêtre.

Opinion orthodoxe

Lorsqu'on étudie les opinions des membres du clergé, il existe une variété d'informations sur ce sujet.

Prêtre Nikolai Karov:

«Une femme ne devrait pas être interdite d'aller à l'église et de participer à des cérémonies, car les saignements ne proviennent pas de sa faute. La principale chose à prendre toutes les règles d'hygiène existantes.

«Toutes les questions sont discutées avec un mentor spirituel. Il n'est pas souhaitable de baptiser un enfant pendant la menstruation, il est donc utile de transférer le sacrement à une autre date. "

prot. Vladimir Golovin:

«Il est faux de dire qu'avec la menstruation, quelque chose est interdit aux femmes. Ces jours-ci, ils sont simplement exempts de toute autre charge de travail, y compris des visites au temple et des services de culte. Et aussi le mot «impur» ne peut pas être utilisé parce que les menstruations reflètent le but principal d'une femme de Dieu. "

Il n'y a pas de réponse sans équivoque à la question de savoir s'il est possible de baptiser un enfant avec le mensuel à la croix. Mais l'Église orthodoxe ne conseille pas de participer aux sacrements pendant les jours critiques. Les parrains sont une mission responsable. Ces personnes devraient être engagées dans l'éducation spirituelle de l'enfant et donner l'exemple. Par conséquent, il est nécessaire de suivre toutes les règles. Et en cas de doute, demandez conseil au prêtre.

Est-il possible de baptiser un enfant pendant ses règles?

Le baptême pour le bébé, ses parents et ses parrains et marraines est un événement marquant de la vie. Le gamin suit donc le chemin de Dieu et les parrains prennent la responsabilité de son éducation future. Par conséquent, il est tout à fait logique que les parents et les parrains et marraines souhaitent que le rituel baptismal se déroule selon toutes les règles et les canons de l'église. Mais des situations imprévues ne peuvent parfois pas être évitées, par exemple, chez la mère de la marraine peut commencer soudainement menstruée, quoi faire dans de tels cas, essayons de le comprendre.

Je suis devenue marraine lors du nettoyage mensuel. Est-ce un péché?

Cher Victoria, je voudrais clarifier un peu: il n’ya pas et ne peut pas être interdit de prière dans une période de la vie d’une personne, y compris pour une femme pendant un mois de purification. Nous pouvons toujours nous tourner vers Dieu, lire l'Évangile, tel est le besoin naturel de l'âme humaine, et le laisser sans cela, car le corps sans nourriture est mortel.

Dans la pratique prédominante moderne de l'Église orthodoxe russe, une femme est autorisée à être présente dans l'église pendant la période de purification mensuelle et, bien sûr, à prier à l'église, et pas seulement à rester debout. Mais être là avec un respect raisonnable et évoqué du sanctuaire, des restrictions. А именно: не приобщаться Святых Христовых Тайн, кроме ситуации исключительной, болезни, перед операцией, перед какой-либо иной смертной опасностью, еще в каких-то исключительных ситуациях, не прикладываться к святыням церковным, мощам, иконам, кресту напрестольному, который дает священник. Ограничить себя также в употреблении просфор и святой воды в период месячного очищения, если нет тому чрезвычайной нужды.Il est important de se rappeler que derrière cette attitude, derrière cette pratique, il n'y a pas de regard sur la femme en tant que créature impure au cours de sa vie, mais en se rappelant que toute la personne est attachée au sanctuaire, pour se rappeler que notre foi n'est pas spirite, mais l'âme et le corps d'une personne sont attachés au sanctuaire de l'église, aux dons du Saint-Esprit. Et tout comme un prêtre dans un état de plaies sanglantes ne devrait pas accomplir la Divine Liturgie, de la même manière qu'une femme est gardée de la communion. Déjà en expansion, ils étendent cette restriction à d'autres sanctuaires de l'église. Votre perplexité est peut-être due au fait que la direction des siècles précédents impose des exigences plus strictes à une femme. Mais ici, il est important de rappeler que l’Église applique ses statuts - non pas la foi et le dogme - mais les rites et les réglementations, s’appliquant aux besoins de la pastorale. Ensuite, dans ces siècles où toute la société était une église, bien sûr, puis une semaine d'abstention au temple, se restreignant à la prière au foyer, ne pouvait pas entraîner de pertes importantes pour l'âme humaine. Maintenant, une semaine supplémentaire passée sans visite de l'église se transforme souvent en un assèchement de l'âme, une dérogation intérieure, une croissance qui se transforme en une vie spirituelle, qui, bien sûr, ne devrait pas être utilisée pour cette abstinence.

En ce qui concerne ce qui s’est passé dans votre situation, disons que, bien sûr, il est préférable de procéder aux Mystères de l’Église, y compris dans le rôle de la croix. pas avec une double conscience. Cependant, ne doutez pas que le sacrement du baptême a été accompli véritablement et efficacement, et le fait que vous soyez dans un tel état ne peut avoir aucune conséquence mystique, ni pour l'enfant ni pour vous. Je suppose que vous devriez faire ceci: dire au plus près de la confession la même chose que celle que vous avez écrite dans la lettre et écouter ce que le prêtre vous dira, en vous rappelant que les traditions relatives à cette période de la vie de la femme diffèrent selon les diocèses et les paroisses.

Est-il permis de baptiser un nouveau-né pendant le mois de la marraine

Les prêtres rappellent que le baptême est l'un des sept grands sacrements de l'Église. Le rite de purification des péchés (repentance) et le transfert d'un enfant en possession du Seigneur ont clairement établi des règles qu'une femme menstruée ne peut pas remplir pleinement. Il est nécessaire de demander directement au prêtre de l'Église s'il est possible de baptiser avec un mensuel chez un parrain ou d'accepter le baptême lui-même.

Qu'est ce que le baptême? Pourquoi s'appelle-t-il le sacrement?

Le baptême est l'un des sept sacrements de l'Église orthodoxe, dans lequel un croyant immergé dans un corps triple du corps dans l'eau, appelé le nom de la Très Sainte Trinité - le Père et le Fils et le Saint-Esprit meurt pour une vie pécheuse et est ressuscité par le Saint-Esprit pour la vie éternelle. Bien sûr, cette action est basée sur la Sainte Écriture: «Celui qui n'est pas né de l'eau et de l'Esprit ne peut entrer dans le Royaume de Dieu» (Jean 3, 5). Le Christ dit dans l'Evangile: "Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé et qui ne croira pas, il sera condamné" (Marc 16,16).

Le baptême est donc nécessaire pour que l'homme soit sauvé. Le baptême est une nouvelle naissance pour la vie spirituelle dans laquelle une personne peut atteindre le Royaume des Cieux. Et cela s'appelle un sacrement parce que, par lui, le pouvoir de salut invisible baptisé de Dieu, la grâce, agit pour nous d'une manière mystérieuse et incompréhensible. Comme d'autres ordonnances, le baptême est établi par Dieu. Le Seigneur Jésus-Christ lui-même, envoyant les apôtres au sermon de l'Évangile, leur a appris à baptiser les gens: «Allez, enseignez à toutes les nations, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit» (Matthieu 28, 19). Étant baptisée, une personne devient membre de l'Église du Christ et peut désormais se consacrer au reste des sacrements de l'église.

Maintenant que le lecteur a pris connaissance du concept orthodoxe de baptême, il convient de se pencher sur l’une des questions les plus fréquemment posées concernant le baptême des enfants. Donc:

Baptême des enfants: est-il possible de baptiser des enfants parce qu'ils n'ont pas une foi indépendante?

C'est vrai, les jeunes enfants n'ont pas une foi indépendante et consciente. Mais ses parents, qui ont amené leurs enfants au baptême dans le temple de Dieu, n'en ont-ils pas? Ne vont-ils pas inculquer à leur enfant la foi en Dieu dès son enfance? Il est évident que les parents ont une telle foi et, très probablement, inculqueront leur enfant. En outre, l’enfant aura également des parrains et marraines - destinataires des fonts baptismaux, qui en témoignent et s’engagent à éduquer leurs parrains dans la foi orthodoxe. Ainsi, les bébés ne sont pas baptisés par leur propre foi, mais par celle de leurs parents et de leurs parrains et marraines, qui l'ont emmené au baptême.

Le prototype du baptême du Nouveau Testament était la circoncision de l'Ancien Testament. Dans l'Ancien Testament, les bébés étaient amenés au temple pour être circoncis le huitième jour. Par ceci, les parents de l'enfant ont montré leur foi et leur appartenance au peuple élu de Dieu. Les chrétiens peuvent dire la même chose à propos du baptême des paroles de Jean Chrysostome: "Le baptême est la différence la plus évidente et la séparation des fidèles de l'infidèle". Surtout parce que c'est la base de la Sainte Écriture: «Circoncis par la circoncision sans les mains, en enlevant le corps pécheur de la chair, par la circoncision de Christ, après avoir été enterré avec lui lors du baptême» (Colossiens 2: 11-12). C'est-à-dire que le baptême est en train de mourir et l'enterrement pour le péché et la résurrection pour une vie parfaite avec Christ.

Ces raisons suffisent au lecteur pour comprendre l’importance du baptême des enfants. Après cela, la question sera tout à fait naturelle:

Quand est-il nécessaire de baptiser les enfants?

Il n'y a pas de règles spécifiques en la matière. Mais généralement, les enfants sont baptisés le 40ème jour après la naissance, bien que cela puisse être fait tôt ou tard. L'essentiel est de ne pas reporter le baptême longtemps, sauf en cas de nécessité absolue. Il serait faux de priver un enfant d'un si grand sacrement au nom des circonstances.

Un lecteur inquisiteur peut avoir des questions sur les jours du baptême. Par exemple, à la veille de messages de plusieurs jours, entendez le plus souvent la question:

Est-il possible de baptiser les enfants pendant les jours de jeûne?

Bien sur que tu peux! Mais techniquement, ça ne marche pas toujours. Dans certains temples du Carême, ils ne baptisent que les samedis et les dimanches. Cette pratique est probablement fondée sur le fait que les services de carême de la semaine sont très longs et que les intervalles entre les services du matin et ceux du soir peuvent être réduits. Les jours de culte du sabbat et du dimanche, les offices sont un peu plus courts et les prêtres peuvent consacrer plus de temps aux demandes. Par conséquent, lors de la planification du jour du baptême, il est préférable de connaître à l'avance les règles observées dans le temple où l'enfant sera baptisé. Eh bien, si vous voulez parler des jours où vous pouvez baptiser, alors il n'y a pas de restrictions sur cette question. Vous pouvez baptiser des enfants tous les jours sans obstacles techniques.

J'ai déjà mentionné que, si possible, chaque personne devrait avoir des parrains et marraines - des destinataires des fonts baptismaux. De plus, ils devraient être chez les enfants baptisés par la foi des parents et des successeurs. La question se pose:

Combien de parrains doivent avoir un enfant?

Les règles de l'église prescrivent à un enfant de recevoir le même sexe que le baptisé. C’est-à-dire pour un garçon - un homme et pour une fille - une femme. Traditionnellement, les deux parrains sont généralement choisis pour l'enfant: père et mère. Cela ne contredit pas les canons. Ce ne sera pas non plus une contradiction si, le cas échéant, l'enfant aura un destinataire d'un sexe différent de celui du baptisé. L’essentiel est que ce soit une personne véritablement religieuse qui, par la suite, s’acquitte consciencieusement de son devoir d’élever un enfant dans la religion orthodoxe. Ainsi, une personne baptisée peut avoir un ou au plus deux récepteurs.

Après avoir traité du nombre de parrains et marraines, le lecteur voudra probablement savoir:

Quelles sont les exigences pour les parrains et marraines?

La première et principale exigence est la foi orthodoxe incontestable des destinataires. Les parrains doivent être des personnes allant à l'église qui vivent la vie de l'église. Après tout, ils devront enseigner à leur filleul ou à leur filleule les rudiments de la foi orthodoxe, afin de donner des instructions spirituelles. S'ils ignorent eux-mêmes ces questions, que peuvent-ils enseigner à l'enfant? Les parrains et marraines sont chargés de l’énorme responsabilité de l’éducation spirituelle de leurs filleuls, car, avec leurs parents, ils sont responsables de lui devant Dieu. Cette responsabilité commence par la renonciation à "Satan et toutes ses œuvres, et tout son ange, et tout son ministère, et toute sa fierté". Ainsi, les destinataires, responsables de leur filleul, font la promesse que leur marraine sera chrétienne.

Si le filleul est déjà un adulte et qu'il prononce lui-même les paroles de renonciation, les parrains et marraines présents au même moment deviennent les garants de l'Église dans la fidélité de ses paroles. Les parrains sont obligés d’enseigner à leurs parrains de recourir aux mystères sauveurs de l’Église, principalement les confessions et les communions, pour leur expliquer le sens du culte, les caractéristiques du calendrier de l’église et le pouvoir gracieux des icônes miraculeuses et autres sanctuaires. Les parrains devraient enseigner aux membres des polices perçus comment assister aux offices de l'église, jeûner, prier et observer les autres dispositions de l'ordonnance de l'église. Mais l'essentiel - les parrains et marraines devraient toujours prier pour leur filleul. De toute évidence, les parrains et marraines ne peuvent pas être des étrangers, par exemple une grand-mère généreuse du temple, que les parents ont persuadé de "tenir" le bébé au baptême.

Mais il n’est pas intéressant non plus d’intéresser les parrains et marraines à des proches ou à des parents qui ne répondent pas aux exigences spirituelles énoncées ci-dessus.

Les parrains ne devraient pas faire l'objet d'avantages personnels pour les parents des baptisés. Le désir de se marier avec une personne rentable, par exemple avec un patron, amène souvent les parents à choisir des parrains pour un enfant. Oubliant en même temps le véritable but du baptême, les parents peuvent priver un enfant d'un vrai parrain et lui imposer celui qui, par la suite, ne s'occupera absolument pas de l'éducation spirituelle des enfants, à laquelle il répondra également devant Dieu. Les pécheurs impénitents et les personnes menant un mode de vie méchant ne peuvent devenir des parrains.

La question suivante peut être attribuée à certains détails du baptême:

Une femme peut-elle devenir une marraine au cours de la purification mensuelle? Et si cela arrivait?

Ces jours-là, les femmes devraient s'abstenir de participer aux ordonnances de l'église, qui incluent le baptême. Mais si cela se produisait, il est nécessaire de se repentir de la confession.

Peut-être que quelqu'un qui lit cet article deviendra lui-même un parrain dans un avenir proche. Conscients de l'importance de la décision, ils seront intéressés par:

Comment les futurs parrains peuvent-ils se préparer au baptême?

Il n'y a pas de règles spéciales pour préparer les destinataires au baptême. Dans certaines églises, des conversations spéciales ont lieu, dont le but est généralement d'expliquer à une personne toutes les dispositions de la foi orthodoxe en matière de baptême et de réceptivité. S'il est possible de participer à de telles conversations, il est nécessaire de le faire, car C'est très utile pour les futurs parrains et marraines. Si les futurs parrains sont assez religieux, ils confessent et prennent constamment la communion, alors assister à de telles conversations sera une préparation suffisante pour eux.

Si les destinataires potentiels eux-mêmes ne sont pas encore suffisamment fidèles à l’église, une bonne préparation ne leur permettra pas seulement d’acquérir les connaissances nécessaires sur la vie de l’église, mais aussi d’étudier les Saintes Écritures, les règles de base de la piété chrétienne, ainsi que le jeûne, la confession et la communion de trois jours avant le mystère du baptême. Il existe encore quelques traditions concernant les auteurs. Habituellement, le parrain assume le paiement (le cas échéant) du baptême lui-même et l’achat d’une croix pour son filleul. La marraine achète une croix de baptême pour une fille et apporte également le nécessaire pour le baptême. Habituellement, une chemise de baptême, un drap et une serviette sont inclus dans le kit de baptême.

Mais ces traditions ne sont pas contraignantes. Il y a souvent des traditions dans différentes régions et même dans des églises individuelles, dont l'exécution est strictement suivie par les paroissiens et même les prêtres, bien qu'ils n'aient pas de fondements dogmatiques ni canoniques. Par conséquent, il vaut mieux en apprendre davantage à leur sujet dans le temple où aura lieu le baptême.

Parfois, vous entendez une question purement technique liée au baptême:

Que doivent donner les parrains au baptême (le filleul, les parents du filleul, le prêtre)?

Cette question ne se situe pas dans le domaine spirituel, régi par les règles et les traditions canoniques. Mais, il semble que le cadeau devrait être utile et rappeler le jour du baptême. Les cadeaux utiles le jour du baptême pourraient être des icônes, un évangile, de la littérature spirituelle, des livres de prières, etc. En général, dans les magasins d'église, vous pouvez maintenant trouver beaucoup de choses intéressantes et agréables à l'achat. L'achat d'un cadeau de valeur ne devrait donc pas être une grande difficulté.

Une question assez commune posée par les parents non-églises est la question:

Les chrétiens non orthodoxes ou les chrétiens non orthodoxes peuvent-ils devenir des parrains?

De toute évidence, non, car ils ne peuvent jamais enseigner à leur filleul les vérités de la foi orthodoxe. N'étant pas membres de l'église orthodoxe, ils ne peuvent généralement pas participer aux sacrements de l'église.

Malheureusement, beaucoup de parents ne demandent pas à ce sujet à l'avance et sans aucun remords de conscience invitent leurs marraines à leurs enfants hétérodoxes et gentils. Au baptême, bien sûr, personne n'en parle. Mais alors, ayant appris l'inadmissibilité de l'acte, les parents se rendirent au temple et demandèrent:

Et si, par erreur, c'était encore arrivé? Le baptême est-il valide dans ce cas? Dois-je traverser un enfant?

Tout d'abord, de telles situations montrent l'irresponsabilité extrême des parents lorsqu'ils choisissent des parrains pour leur enfant. Cependant, de tels cas ne sont pas rares et se rencontrent parmi des personnes qui ne sont pas de l'église et qui ne vivent pas la vie de l'église. Il est impossible de donner une réponse sans équivoque à la question "que faire dans ce cas?" Il n'y a rien de tel dans les canons d'église. Ce n'est pas surprenant, car les canons et les règles ont été écrits pour les membres de l'Église orthodoxe, ce qui ne peut être dit des non-orthodoxes et des non-orthodoxes. Néanmoins, en fait, le baptême a eu lieu et il est impossible de l'appeler invalide. Il est légal et valide, et le baptisé est devenu un chrétien orthodoxe à part entière, puisque Il a été baptisé par un prêtre orthodoxe au nom de la Sainte Trinité. Aucun re-baptême n'est requis, il n'y en a pas du tout dans l'Église orthodoxe. Une personne naît une fois physiquement, elle ne peut plus la répéter. De la même manière, une seule personne peut naître pour une vie spirituelle, il ne peut donc y avoir qu'un seul baptême.

Je me permettrai une petite digression et dirai au lecteur comment j'ai déjà assisté à une scène peu agréable. Un jeune couple a fait baptiser leur fils nouveau-né au temple. Le couple travaillait dans une société étrangère et a invité un de leurs collègues, un étranger, à devenir une religion luthérienne, à devenir un parrain. Certes, la marraine était censée être une fille de la foi orthodoxe. Ni les parents ni les futurs parrains ne se sont démarqués par des connaissances particulières dans le domaine du dogme orthodoxe. La nouvelle de l'impossibilité d'avoir un luthérien dans les parrains de son fils, les parents de l'enfant, prit l'hostilité. On leur a demandé de trouver un autre parrain ou de baptiser un enfant avec une marraine. Mais cette proposition irrita encore plus le père et la mère. Le désir persistant de voir cette personne comme le bénéficiaire prévalait sur le sens commun des parents et le prêtre devait refuser de baptiser l'enfant. L'analphabétisme des parents est donc devenu un obstacle au baptême de leur enfant.

Remercions Dieu que de telles situations ne se rencontrent plus dans ma pratique sacerdotale. Un lecteur curieux peut bien supposer que l’acceptation du sacrement du baptême peut être entravée par certains obstacles. Et ce sera tout à fait raison. Donc:

Dans quel cas un prêtre peut-il refuser le baptême à une personne?

Les orthodoxes croient en Dieu la Trinité - le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Le fondateur de la foi chrétienne était le Fils - Seigneur Jésus-Christ. Par conséquent, une personne qui n'accepte pas la divinité du Christ et ne croit pas en la Sainte Trinité ne peut être un chrétien orthodoxe. En outre, une personne qui nie les vérités de la foi orthodoxe ne peut pas devenir un chrétien orthodoxe. Le prêtre a le droit de refuser une personne au baptême s'il accepte le sacrement comme une sorte de rite magique ou s'il a une sorte de croyance païenne concernant le baptême lui-même. Mais il s’agit d’une question distincte et j’y reviendrai plus tard.

Une question très commune sur les récepteurs est la question:

Les conjoints peuvent-ils devenir parrain ou sont sur le point de se marier?

Oui ils peuvent. Contrairement à la croyance populaire, il n'y a pas d'interdiction canonique pour les conjoints ou ceux qui vont se marier, d'être marraines d'un même enfant. Seule une règle canonique interdit au parrain d'épouser sa propre mère. La parenté spirituelle établie entre eux par le sacrement du baptême, plus élevée que toute autre union, même le mariage. Mais cette règle n'affecte pas la possibilité de mariage avec des parrains ou marraines, ni la possibilité pour les conjoints de devenir des parrains et marraines.

Иногда невоцерковленные родители детишек, желая подобрать крестных для своих чад, задают и такой вопрос:

Могут ли стать восприемниками люди, живущие в гражданском браке?

На первый взгляд, это достаточно сложный вопрос, но с церковной точки зрения он решается однозначно. Полноценной такую семью назвать нельзя. Да и вообще нельзя назвать семьей блудное сожительство. Ведь, по сути, люди, живущие в так называемом гражданском браке, живут в блуде. Это большая беда современного общества. Les personnes baptisées dans l'Église orthodoxe, au minimum, qui se considèrent comme chrétiens, pour une raison obscure, refusent de légaliser leur union non seulement devant Dieu (ce qui est sans aucun doute plus important), mais aussi devant l'État. Les excuses doivent entendre une myriade. Mais, malheureusement, ces personnes ne veulent tout simplement pas comprendre qu'elles cherchent des excuses pour elles-mêmes.

Pour Dieu, le désir de "faire connaissance de plus près" ou de "ne pas vouloir salir un passeport avec des sceaux inutiles" ne peut être une excuse pour la fornication. En fait, les personnes vivant dans un mariage "civil" piétinent tous les concepts chrétiens du mariage, de la famille. Le mariage chrétien implique la responsabilité des époux l'un envers l'autre. Pendant le mariage, ils deviennent une personne et non deux personnes différentes qui ont désormais promis de vivre sous le même toit. Le mariage peut être comparé à deux jambes d'un corps. Si un pied trébuche ou se casse, l'autre ne supportera-t-il pas tout le poids du corps? Et dans un mariage "civil", les gens ne veulent même pas prendre la responsabilité d'apposer un cachet sur leur passeport.

Que peut-on dire alors de ces personnes irresponsables qui veulent être des parrains? Quel bien peuvent-ils enseigner à un enfant? Peuvent-ils donner un bon exemple à leur filleul s'ils ne disposent pas d'un fondement moral très fragile? Non, non De plus, selon les canons de l'église, les personnes menant une vie immorale (le mariage «civil» devrait considérer de cette façon) ne peuvent pas recevoir les polices de baptême. Et si ces personnes décident enfin de légitimer leur relation avec Dieu et l’État, elles ne pourront en outre pas être les parrains d’un même enfant. Malgré la complexité apparente de la question, la réponse à cette question ne peut être qu'une: absolument: non.

Le sujet des relations entre les sexes est toujours très aigu dans tous les domaines de la vie humaine. Bien entendu, cela se traduit par divers problèmes directement liés au baptême. En voici un:

Un jeune homme (ou une fille) peut-il devenir un parrain pour son épouse?

Dans ce cas, ils devront mettre fin à leur relation et se limiter à un lien spirituel, car dans le sacrement du baptême, l'un d'eux deviendra un receveur - le parrain de l'autre. Un fils peut-il épouser sa propre mère? Ou une fille d'épouser son propre père? Évidemment pas. Bien sûr, les canons d'église ne peuvent pas permettre que cela se produise.

Beaucoup plus souvent que d'autres, des questions se posent sur la perception possible des proches parents. Donc:

Les parents de l'enfant peuvent-ils devenir les destinataires des enfants de leurs parrains (les parrains de leurs enfants)?

Oui, c'est tout à fait acceptable. Une telle action ne viole pas la relation spirituelle établie entre parents et bénéficiaires, mais ne fait que la renforcer. L'un des parents, par exemple, la mère d'un enfant peut devenir la marraine de la fille d'un des parrains. Un père peut très bien être le parrain du fils d'un autre parrain ou kuma. D'autres options sont possibles mais, dans tous les cas, les conjoints ne peuvent devenir les séquestres d'un seul enfant.

Parfois, les gens posent cette question:

Un prêtre peut-il être un parrain (y compris celui qui accomplit le sacrement du baptême)?

Oui ça peut. En général, cette question est très urgente. Périodiquement, j'entends une demande pour devenir un parrain parmi des personnes qui me sont totalement inconnues. Les parents amènent leur enfant au baptême. Pour une raison quelconque, il n'y avait pas de parrain pour l'enfant. Ils commencent à demander à devenir un parrain, motivés par le fait qu'ils ont appris de quelqu'un qu'en l'absence d'un parrain, le prêtre doit remplir ce rôle. Nous devons refuser et baptiser avec une marraine. Le prêtre est la même personne que tout le monde et il se peut bien qu'il refuse aux étrangers d'être des parrains de leur progéniture. Après tout, il devra être responsable de l'éducation de ses parrains. Mais comment peut-il faire cela s'il voit cet enfant pour la première fois et ne connaît absolument pas ses parents? Et, très probablement, ne reverra jamais. Évidemment, c'est impossible. Mais le prêtre (même s’il accomplit lui-même le sacrement du baptême) ou, par exemple, un diacre (et celui qui le servira pour le sacrement du baptême) peuvent bien devenir les destinataires des enfants de leurs amis, connaissances ou paroissiens. Il n'y a pas d'obstacles canoniques à cela.

En continuant le sujet de la réceptivité, on ne peut pas ne pas rappeler un phénomène tel que le désir des parents, en raison de certaines raisons, parfois complètement incompréhensibles, de «prendre le parrain par contumace».

Puis-je prendre le parrain "in absentia"?

Le sens même de la perception signifie que les parrains acceptent leur filleul de la police elle-même. Par sa présence, le parrain accepte d'être accepté par le baptisé et s'engage à l'éduquer à la foi orthodoxe. Par contumace, cela ne peut être fait. En fin de compte, une personne qui essaie «d'écrire par contumace» aux parrains et marraines peut être complètement désagréable avec cette action et, par conséquent, les baptisés peuvent rester complètement sans le parrain.

Les paroissiens doivent parfois entendre des questions à ce sujet:

Combien de fois une personne peut-elle devenir un parrain?

Dans l'Église orthodoxe, il n'existe pas de définition canonique claire quant au nombre de fois où une personne peut devenir un parrain au cours de sa vie. La principale chose dont une personne qui accepte de devenir un récepteur doit se souvenir est une grande responsabilité à laquelle vous devrez répondre devant Dieu. La mesure de cette responsabilité détermine combien de fois une personne peut faire preuve de réceptivité. Pour chaque personne, cette mesure est différente et, tôt ou tard, la personne devra peut-être abandonner la nouvelle réceptivité.

Est-il possible de refuser de devenir un parrain? Serait-ce un péché?

Si une personne ressent un manque de préparation interne ou craint sérieusement de ne pas être en mesure de remplir consciencieusement les devoirs de parrain, elle peut très bien refuser aux parents de l'enfant (ou à lui-même baptisé, s'il est majeur) de devenir des parrains de leurs enfants. Il n'y a pas de péché là-dedans. Ce sera plus honnête vis-à-vis de l'enfant, de ses parents et de lui-même, que de prendre des responsabilités dans l'éducation spirituelle de l'enfant et non de remplir ses devoirs immédiats.

Poursuivant sur ce sujet, je vais donner quelques questions supplémentaires que les gens posent habituellement au sujet du nombre de filleuls possibles.

Est-il possible qu'une personne reçoive plusieurs personnes (par exemple des jumeaux) lors du baptême?

Il n'y a pas d'interdiction canonique. Mais techniquement, il peut être assez difficile de baptiser des bébés. Le récepteur devra tenir et prendre les deux bébés de la police en même temps. Ce serait mieux si chaque filleul avait ses parrains et marraines. Après tout, chacun de ceux qui sont baptisés séparément est une personne différente qui a droit à son parrain.

Probablement beaucoup seront intéressés par cette question:

À partir de quel âge pouvez-vous devenir destinataire?

Les mineurs ne peuvent pas devenir parrain ou marraine. Mais, même si une personne n’a pas encore atteint l’âge de la majorité, son âge devrait être celui où il pourra pleinement assumer toute la responsabilité qui lui incombe et s’acquitter consciencieusement de son devoir de parrain. Il semble que l'âge soit proche de l'âge adulte.

Les relations entre les parents de l'enfant et les parrains jouent également un rôle important dans l'éducation des enfants. C’est bien quand les parents et les parrains et marraines ont une unité spirituelle et dirigent tous leurs efforts vers la bonne éducation spirituelle de leur progéniture. Mais les relations humaines ne sont pas toujours sans nuages, et parfois vous entendez cette question:

Que faire si vous vous disputez avec les parents du filleul et que pour cette raison vous ne pouvez pas le voir?

La réponse se suggère: faites la paix avec les parents du filleul. Car que peut enseigner un enfant de parenté spirituelle alors qu’il est inimitié entre eux? Cela vaut la peine de penser non pas à des ambitions personnelles, mais à l'éducation d'un enfant et, ayant gagné en patience et en humilité, essayez d'améliorer les relations avec les parents du filleul. La même chose peut être conseillée aux parents de l'enfant.

Mais ce n'est pas toujours une querelle qui explique pourquoi le parrain ne peut pas voir le filleul pendant longtemps.

Et si, pour des raisons objectives, vous ne voyez pas votre filleul pendant des années?

Je pense que les raisons objectives sont la séparation physique du parrain du filleul. Cela est possible si les parents avec l'enfant ont déménagé dans une autre ville ou un autre pays. Dans ce cas, il ne reste plus qu'à prier pour le filleul et, si possible, à communiquer avec lui par tous les moyens de communication disponibles.

Malheureusement, certains parrains, ayant baptisé le bébé, oublient complètement leurs responsabilités immédiates. Parfois, cela est causé non seulement par l'ignorance élémentaire du destinataire de ses devoirs, mais également par le fait qu'il est tombé dans des péchés graves, qui rendent sa propre vie spirituelle très difficile. Alors les parents de l'enfant ont involontairement une question tout à fait légitime:

Est-il possible de refuser des parrains et des marraines qui ne remplissent pas leurs devoirs, sont tombés dans des péchés graves ou mènent une vie immorale?

L’Église orthodoxe ne connaît pas le rang de refus des parrains et marraines. Mais les parents peuvent trouver un adulte qui, sans être le destinataire de la police, aiderait à l'éducation spirituelle de l'enfant. Dans le même temps, il ne peut être considéré comme un parrain.

Mais avoir un tel assistant vaut mieux que de priver un enfant de la communication avec un mentor spirituel et un ami. Après tout, il peut arriver un moment où l'enfant commence à rechercher une autorité spirituelle non seulement dans la famille, mais également en dehors de celle-ci. Et à ce moment, un tel assistant serait très utile. En grandissant, on peut apprendre à un enfant à prier pour le parrain. Après tout, le lien spirituel de l’enfant avec la personne qui l’a accepté de la police de caractères ne sera pas rompu s’il assume la responsabilité de la personne qui n’a pas pu assumer cette responsabilité. Il arrive que les enfants soient supérieurs à leurs parents et mentors dans la prière et la piété.

La prière pour le pécheur ou le perdu sera une manifestation d'amour pour cette personne. En effet, ce n'est pas pour rien que l'apôtre Jacques a parlé dans sa lettre aux chrétiens: "Priez les uns pour les autres afin d'être guéris, la prière renforcée des justes peut beaucoup" (Jacques 5:16). Mais toutes ces actions doivent être coordonnées avec votre clergyman et recevoir une bénédiction sur eux.

Et voici une autre question intéressante que les gens posent de temps en temps:

Quand il n'y a pas besoin de parrains et marraines?

Il y a toujours un besoin de parrains et marraines. Surtout pour les enfants. Mais tous les adultes baptisés ne peuvent pas se vanter d'avoir une bonne connaissance des Saintes Écritures et des canons de l'église. Si nécessaire, un adulte peut être baptisé sans parrainage, car il a une foi consciente en Dieu et peut prononcer de manière indépendante les mots de renonciation à Satan, se combiner avec Christ et lire le symbole de la foi. Il est pleinement conscient de ses actions. Que peut-on dire sur les bébés et les jeunes enfants? Les parrains font tout cela pour eux. Mais, en cas de besoin extrême, vous pouvez baptiser un enfant sans récepteur. Un tel besoin, bien sûr, peut être l’absence totale de parrains et de marraines dignes.

Le temps sans Dieu a laissé une empreinte sur le destin de nombreuses personnes. Cela a eu pour résultat que certaines personnes, après de nombreuses années d'incrédulité, ont finalement acquis la foi en Dieu, mais lorsqu'elles sont venues au temple, elles ne savaient pas si elles avaient été baptisées en tant que croyants dans leur famille depuis leur enfance. Il y a une question logique:

Est-il nécessaire de baptiser une personne qui ne sait pas avec certitude s'il a été baptisé enfant?

Selon la règle 84 du Conseil œcuménique, ces personnes doivent être baptisées dans le cas où aucun témoin ne pourrait confirmer ou infirmer le fait de leur baptême. Dans ce cas, une personne est baptisée en prononçant la formule: "Si vous n'êtes pas baptisé, le serviteur (esclave) de Dieu est baptisé ...".

Quelque chose je suis tout au sujet des enfants mais des enfants. Parmi les lecteurs, il y a peut-être des personnes qui n'ont pas encore été honorées par l'ordonnance salvifique du baptême, mais qui s'efforcent de tout leur coeur. Donc:

Que sait une personne qui se prépare à devenir un chrétien orthodoxe? Comment peut-il se préparer au mystère du baptême?

La connaissance de la foi d’une personne commence par la lecture des Saintes Écritures. Par conséquent, une personne qui veut être baptisée doit tout d'abord lire l'Evangile. Après avoir lu l'Évangile, une personne peut avoir un certain nombre de questions qui nécessitent une réponse compétente. De telles réponses peuvent être obtenues lors de la soi-disant discussions publicitaires organisées dans de nombreuses églises. Lors de telles conversations, ceux qui souhaitent se faire baptiser se voient expliquer les bases de la foi orthodoxe. Si de telles conversations ne se déroulent pas dans un temple dans lequel une personne va être baptisée, vous pouvez alors poser toutes les questions au prêtre dans le temple. Il sera également utile de lire quelques livres expliquant les dogmes chrétiens, par exemple, la loi de Dieu. Il serait bon qu'avant d'accepter le sacrement du baptême, une personne apprenne par cœur le symbole de la foi, qui résume la doctrine orthodoxe de Dieu et de l'Église. Cette prière sera lue au baptême et il serait merveilleux que le baptisé confesse sa foi. La préparation immédiate commence quelques jours avant le baptême. Ces journées sont spéciales, il ne faut donc pas disperser l'attention sur d'autres problèmes, même très importants. Il est nécessaire de consacrer ce temps à des réflexions spirituelles et morales, pour éviter la vanité, les discussions vides, la participation à divers divertissements. Il faut se rappeler que le baptême, comme les autres ordonnances, est grand et saint. Il doit être abordé avec la plus grande anxiété et le plus grand respect. Il est conseillé de rester à jeun pendant 2-3 jours, ceux qui vivent dans un mariage la veille au soir s’abstiennent des relations conjugales. Être baptisé pour être extrêmement propre et bien rangé. Vous pouvez porter de nouveaux vêtements élégants. Les femmes ne devraient pas utiliser de produits de beauté, comme cela a toujours été le cas lors de la visite du temple.

De nombreuses superstitions sont associées au sacrement du baptême, que je voudrais également aborder dans cet article. Une des superstitions les plus courantes est:

Une femme enceinte peut-elle devenir marraine? Cela affectera-t-il en quelque sorte son propre enfant ou filleul?

Bien sur que tu peux. Une telle illusion n’a rien à voir avec les canons et les traditions de l’église. La participation aux ordonnances de l'église ne peut être que dans l'intérêt de la future mère. J'ai aussi dû baptiser des femmes enceintes. Les enfants sont nés forts et en bonne santé.

Beaucoup de superstition associée à ce qu'on appelle le croisement. De plus, les raisons d'une telle action insensée sont parfois indiquées très bizarres et même drôles. Mais la plupart de ces raisons sont d'origine païenne et occulte. Voici, par exemple, l'une des superstitions d'origine occulte les plus courantes:

Est-il vrai que pour supprimer les dommages infligés à une personne, il est nécessaire de traverser à nouveau, et de garder le nouveau nom secret, afin que les nouvelles tentatives de sorcellerie ne fonctionnent pas, car conjure exactement le nom?

Honnêtement, en entendant de telles déclarations, je veux rire de bon cœur. Mais, malheureusement, il n'y a pas de quoi rire. Quel genre de vague païenne une personne orthodoxe doit atteindre pour décider que le baptême est une sorte de rituel magique, une sorte d'antidote aux dommages. L'antidote à une certaine substance indéfinie, dont personne ne connaît la définition. Quel est ce dommage fantomatique? Il est peu probable que quelqu'un de ceux qui en ont si peur puisse répondre clairement à cette question. Ce n'est pas surprenant. Au lieu de rechercher Dieu dans la vie et d'accomplir ses commandements, les membres de «l'église» dotés d'une diligence enviable recherchent la mère de tous les maux: les dommages. Et d'où vient-il?

Commencez une légère digression lyrique. Un homme marche dans la rue, trébuché. Tous - Jinxed! Il est urgent de courir au temple pour mettre une bougie, pour que tout soit bien et que le mauvais œil passe. En marchant vers le temple, il trébucha encore. Il semble que non seulement ils l'aient jinxé, mais qu'ils aient également causé des dégâts! Wow, sans Dieu! Eh bien, rien, maintenant je vais venir au temple, je vais prier, je vais acheter des bougies, coller tous les chandeliers, je vais me battre avec tous les dégâts. Un homme a couru au temple, est tombé sur le porche et est tombé. All - Allongez-vous et mourez! Dommage pour la mort, malédiction familiale, eh bien, et il y a toujours une sorte de méchanceté, le nom est oublié, mais aussi quelque chose de très effrayant. Cocktail "trois en un"! Contre cette bougie et la prière ne va pas aider, voici une affaire sérieuse, le sortilège de l'ancien vaudou! Un seul moyen de sortir - être baptisé à nouveau, et seulement avec un nouveau nom, de sorte que lorsque ces mêmes vaudous diffamèrent leur ancien nom et chuchotaient des aiguilles dans les poupées, tous leurs sorts passaient. Ils ne connaîtront pas le nouveau nom. Et toute la sorcellerie est exactement le nom est fait, vous ne savez pas? Ce sera amusant quand ils murmureront et qu'ils imagineront que ce sera difficile et que tout passera! Whack, Whack et - par! Oh, eh bien, quand il y a baptême - un remède contre toutes les maladies!

C'est ainsi que les superstitions liées au re-croisement apparaissent. Mais beaucoup plus souvent les sources de ces superstitions sont les figures des sciences occultes, c.-à-d. diseuses de bonne aventure, médiums, guérisseurs et autres personnalités "douées pour Dieu". Ces «générateurs» infatigables de la nouvelle terminologie occulte, dans le but de séduire une personne, vont à toutes sortes de trucs. Dans le cours aller et des malédictions patrimoniales, et des couronnes de célibat, et des noeuds karmiques de destins, des changeurs, des sorts d'amour avec des sommets et d'autres absurdités occultes. Et tout ce qui reste à faire pour se débarrasser de tout ça, c'est de traverser. Et les dégâts avaient disparu. Et le rire et le péché! Но многие клюют на эти околоцерковные уловки «матушек Глафир» и «отцов Тихонов», и бегут в храм на повторное крещение. Хорошо, если скажут о том, откуда у них такое горячее желание перекреститься, и им откажут в этом кощунстве, предварительно объяснив, чем чреваты походы к оккультистам. А некоторые и не говорят, что уже крещены и крестятся повторно. Есть и такие, которые крестятся по несколько раз, т.к. предыдущие крещения «не помогли».Et n'aide pas! Plus grand blasphème sur le sacrement et est difficile à imaginer. Après tout, le Seigneur connaît le cœur de l'homme, connaît toutes ses pensées.

Il faut dire quelques mots sur le nom, qui est donc conseillé de changer "de bonnes personnes". Le nom de la personne est nommé le huitième jour de naissance, mais comme beaucoup ne le savent pas, la prière du nom est principalement lue par le prêtre juste avant le baptême. Chacun sait sûrement que le nom du nom d'un homme en l'honneur de l'un des saints. Et c'est ce saint qui est notre protecteur et intercesseur pour nous devant Dieu. Et, bien sûr, il semble que chaque chrétien devrait faire appel le plus souvent possible à son saint et demander ses prières devant le trône du Tout-Puissant. Et qu'est-ce qui se passe réellement? Non seulement une personne néglige son nom, mais elle néglige également ses saints, qui lui ont donné son nom. Et au lieu d’appeler au secours son saint patron, son saint, au moment de l’inquiétude ou du danger, il s’engage à rendre visite à des diseuses de bonne aventure et à des médiums. La «récompense» sera suivie par le correspondant.

Il y a une autre superstition directement liée au mystère du baptême lui-même. Presque immédiatement après le baptême suit le rite de la coupe des cheveux. Dans ce cas, le destinataire reçoit un morceau de cire dans lequel il est nécessaire de retirer les cheveux coupés. Cette cire devrait être jetée dans l'eau. C'est là que commence le plaisir. Je ne sais pas où la question se pose:

Est-il vrai que si, lors du baptême, la cire avec les cheveux coupés court, la vie du baptisé ne sera pas longue?

Non, c'est une superstition. Selon les lois de la physique, la cire ne peut absolument pas se noyer dans l'eau. Mais si vous le jetez d'une hauteur suffisante, alors il ira tout d'abord sous l'eau. Heureusement, si le percepteur superstitieux ne voit pas ce moment et que "la divination sur la cire du baptême" donnera un résultat positif. Mais le parrain mérite de remarquer le moment d'immersion de la cire dans l'eau. Les lamentations commencent immédiatement et le nouveau chrétien est presque enterré vivant. Après cela, il est parfois difficile de soustraire les parents d’un enfant de la terrible dépression, qui sont informés du «signe de Dieu» observé lors du baptême. Bien sûr, cette superstition n’a aucun fondement dans les canons et les traditions de l’église.

En résumé, je voudrais noter que le baptême est un grand sacrement et que son approche doit être respectueuse et délibérée. Il est regrettable de voir des personnes qui ont accepté le sacrement du baptême et qui continuent de vivre dans la même vie de pécheur. Une fois baptisée, une personne doit se rappeler qu’elle est maintenant un chrétien orthodoxe, un guerrier du Christ, un membre de l’Église. Cela oblige à beaucoup. Tout d'abord, aimer. Amour pour Dieu et le prochain. Alors, que chacun de nous, peu importe le moment où il a été baptisé, respecte ces commandements. Nous pouvons alors espérer que le Seigneur nous conduira dans le royaume des cieux. Ce royaume, dont le chemin révèle le mystère du baptême.

Regarde la vidéo: Devrait-on baptiser les enfants? Episode 38 (Décembre 2020).

Pin
Send
Share
Send
Send